Baisse du taux d’épargne

L’Observatoire de l’Epargne Européenne a publié le 10 mai 2007 une étude sur l’évolution du comportement d’épargne et d’endettement des Français comparé à celui d’autres pays de l’Union Européenne entre 2002 et 2005.
Les Français restent assez fourmis. Leur taux d’épargne global s’inscrit au troisième rang des principaux pays européens. Néanmoins entre 2002 et 2006, il a baissé de près de 1,4 points passant de 16,9 à 15,5 % du revenu disponible. C’est une nette rupture par rapport à la fin du siècle précédent. Source INSEE - Les tableaux de l'économie française-2006.

Que se passe-t-il ?

Les Français ont-ils cherché à soutenir leur consommation en mettant moins d’argent de côté, voire même en ayant davantage recours à l’endettement ? L’endettement a progressé au demeurant de façon raisonnable. Il n’a pas servi principalement à la consommation, mais à financer l’achat de logement. Les Français ont aussi augmenté leurs investissements financiers pour se constituer un capital. En d’autres termes, la baisse du taux d’épargne s’accompagne d’un accroissement de leurs efforts pour accroitre leur patrimoine. Selon les données de l’étude, l’investissement non financier des Français (effectué principalement dans l’immobilier) est passé de 8 à 9,4 % de leur revenu disponible, et le taux de placement financier a augmenté de 13,1 à 14,5 %.
Comme l'indique par ailleurs une étude récente de l'Autorité des Marchés Financiers sur l'année 2006

Créé le 08 février 2008
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !