Carte de paiement rechargeable : une nouvelle génération de moyen de paiement.

À la frontière entre porte-monnaie électronique et carte de crédit, les cartes de paiement rechargeables permettent de régler des achats, effectuer des retraits, partager de l’argent avec ses proches, etc. partout dans le monde, le tout sans compte bancaire et sans document d’identité. Mais pas sans frais.

La directive Européenne SEPA (single Euro Payment Area ou espace unique de paiement en Euro) a donné naissance aux « établissements de paiements » capables, depuis 2009, d’émettre des cartes de paiement prépayées. Ces cartes permettent de régler des achats, effectuer des retraits, partager de l’argent avec ses proches, etc. partout dans le monde, le tout sans compte bancaire et sans document d’identité. Leur fonctionnement est simple, sans contraintes pour l’utilisateur bien que leur coût soit assez élevé.

A quoi servent ces cartes ? Comment fonctionnent-elles et à qui s’adressent-elles ?

Les cartes prépayées, comment ça marche ?

Le premier modèle de carte : PCS a fait son apparition à la fin de l’année 2010 et un nouveau modèle : TONEO FIRST, devrait sortir au 1er semestre 2011.

Elles sont disponibles dans les bureaux de tabac, stations services et chez les nombreux autres partenaires affiliés ou sur leur site web.

Une fois la carte obtenue (pour environ 15 €), il faut activer la carte par SMS en envoyant le numéro de la carte (20cts + coût d’un SMS). Une fois celle-ci activée, l’utilisateur reçoit son code PIN (code à 4 chiffres qui limite le risque en cas de perte ou de vol) par SMS et peut alors charger ou recharger sa carte, soit :

  • En liquide dans les points de vente partenaires,
  • Avec un ticket à code (à la manière des « mobicartes »),
  • Par virement ou par carte bancaire sur les interfaces prévues à cet effet sur leurs sites web.

    La particularité de ces cartes réside surtout dans l’anonymat de leurs utilisateurs. A l’instar de recharges téléphoniques prépayées, aucun papier (carte d’identité, justificatif de domicile, etc.) n’est requis pour obtenir une carte.

    Les cartes PCS sont plafonnées à 1000 € mais ce plafond peut être élevé à 6500 € si l’utilisateur fournit une pièce d’identité et un justificatif de domicile dans le cadre du contrat premium (avec un coût de 5 € supplémentaires si ce compte n’est pas souscrit par internet).

    Etablies en partenariat avec Mastercard, ces cartes mobilisent l’ensemble de son réseau de distributeurs et de terminaux de paiement. Leurs fonctionnalités sont donc les mêmes que n’importe quelle carte Mastercard standard. Dès lors, il est possible d’effectuer n’importe quel retrait, achat en magasin ou sur internet dans la mesure où la carte est suffisamment approvisionnée. Le suivi du solde peut se faire quasi instantanément par internet sur le compte d’utilisateur.

    Par ailleurs, et c’est certainement la principale innovation de ces cartes, Il est possible d’effectuer des virements vers d’autres cartes par un simple SMS/appel ou sur l’espace personnel, réservé aux utilisateurs sur les sites de PCS et TONEO FIRST, et ce partout dans le monde.

Les cartes prépayées, combien ça coûte ?

Les coûts détaillés des cartes TONEO FIRST n’ont pas encore été communiqués.

Le prix d’achat de la carte PCS est de 14,50 €. Elle est assujettie à des frais de gestion de 1,50 € mensuels, majoré de 10cts par paiement refusé pour non approvisionnement.

Les retraits aux distributeurs sont taxés de 1 € quel que soit l’endroit où ils sont effectués dans le monde.

Les coûts de rechargement dépendent des moyens utilisés et s’élèvent à :

  • 2 % du montant si la recharge est effectuée par virement bancaire,
  • 4 % du montant si la recharge s’effectue par SMS, carte bancaire ou par internet,
  • 7 % du montant si l’utilisateur achète une recharge en magasin dont le montant est inférieur à 200 €,
  • 5 % du montant si l’utilisateur achète une recharge en magasin dont le montant est supérieur à 200 €.

    Les frais de transfert d’argent d’une carte à l’autre sont de 1,5 % du montant transféré, ce qui est assez bas comparé aux tarifs habituels de transferts de fonds internationaux.

    Les cartes prépayées ont donc un coût d’utilisation (retraits, paiements, rechargements) très élevé comparé à des cartes adossées à des comptes bancaires, mais sont relativement peu couteuses en matière de transfert de fonds.

En somme, à qui s’adressent ces cartes ?

Vu les coûts d’utilisation importants de ces cartes, il est clair que les cibles visées par PCS et TONEO FIRST ne sont pas les porteurs de cartes bancaires mais plutôt les populations sous-bancarisées ou interdites bancaires. Ainsi, cette solution ne semble pas la plus avantageuse pour cette catégorie.

En revanche, le faible taux pratiqué pour les transferts carte-à-carte et la facilité de souscription devrait certainement séduire les résidents d’origine étrangère, souvent mal intégrés à la société et sous-bancarisés, voire sans papiers. Les noms des cartes PCS (Africa et Black) tendent d’ailleurs à confirmer ce positionnement.

Encore des efforts à faire sur les coûts !

Ces cartes n’apparaissent pas comme une solution optimale aux problèmes d’exclusion bancaire que subissent certaines catégories de la population. En dépit de leur facilité d’accès, les coûts d’utilisation importants en font un moyen de paiement coûteux pour un public souvent démuni. En revanche, les faibles coûts pour les transferts d’argent carte-à-carte en font des produits très performants pour les envois d’argents et semblent particulièrement adaptés pour les transferts des migrants. On notera cependant que, d’une façon générale, le peu d’information nécessaire à la souscription en fait un outil pour des mouvements de fonds peu transparents.

Pour en savoir plus

http://www.pcs-card.com/

http://www.toneofirst.com/

Créé le 07 mars 2011
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !