Éducation financière et comportements d’épargne

Education financière

La conférence organisée par l’Observatoire de l’épargne européenne, le 8 février 2012, a présenté deux études réalisées par des chercheurs européens, l’une et l’autre cherchant à analyser l’impact de l’éducation financière sur les comportements d’épargne ou de crédit.

Une éducation financière nécessaire pour prévenir contre les risques sous-évalués de certains placements

C’est la conclusion qui pourrait ressortir de la première étude réalisée par Nicolas Fuchs Schuendeln et Michael Haliassos, qui observent les changements de comportement  des Allemands de l’Est en matière d’investissement et de crédit à la consommation. Cette étude  se situe après la réunification des deux Allemagnes. Ils notent  deux grandes tendances.

  • Un changement de comportement en matière d’endettement : Pour compenser les différences de revenus avec les Allemands de l’Ouest, les ménages est-allemands recourent aux crédits à la consommation, produits financiers qui, avant la réunification, n’existaient pas en Allemagne de l’Est.
  • Une prise de risque mal évaluée. En effet l’étude montre que, depuis la réunification, les Allemands de l’Est investissent dans  de nouveaux produits financiers  avec lesquels  ils ne sont pas toujours familiarisés. Cette méconnaissance des risques rend plus vulnérables ces ménages qui, lors de la crise financière de 2000 (éclatement de la bulle internet), ont mis plus de temps que leurs compatriotes Ouest-allemands à réajuster leurs investissements financiers.  

Le coût de l’éducation financière conditionne les choix financiers des ménages

C’est l’une des conclusions de  Mario Padula et Tullio Japelli à la suite de leur étude  relative à l’éducation financière et aux choix d’investissement  Cette étude est  menée sur un échantillon d’individus âgés de plus de 50 ans dans onze pays différents. Ces chercheurs montrent que l’éducation financière est un coût en temps et en ressources pour les ménages. Ces derniers se comportent comme s’ils faisaient un investissement en capital humain avec des perspectives de gains. Il existe donc un « coût d’entrée » en matière d’investissement financier qui peut devenir un obstacle pour les particuliers. L’étude  montre aussi que les pays où les systèmes sociaux sont les plus généreux sont ceux où les particuliers s’intéressent le moins aux placements financiers.

Le mot de Pascale Micoleau-Marcel

Ces deux études sont instructives notamment la conclusion de Mario Padulla sur le lien qui existe entre la générosité des systèmes sociaux et l’incitation des ménages à investir dans des produits financiers. Observation intéressante mais qui, notamment en France, pouvait  être pressentie.

Ainsi, les Français, qui bénéficient depuis longtemps d’un système de protection sociale généreux, s’intéressent moins que les autres aux produits financiers et ont des comportements d’épargne prudents. Mais, ce n’est pas une raison pour s’abstenir de faire progresser leur culture financière. Le monde évolue, les retraites obligatoires se révèlent dès maintenant insuffisantes, l’enseignement supérieur coûte de plus en plus cher, les remboursements de soins et de médicaments sont moins généreux. Bref, il faut soi-même épargner et faire des choix d’investissement. Et pour cela, sans avoir nécessairement besoin de devenir un expert, il faut comprendre les grandes catégories de produits, les principaux risques qui y sont associés et des tas d’autres sujets dont nous traitons sur notre site.

Créé le 18 février 2013
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !