Immobilier : le niveau actuel des taux historiquement bas

Avec un taux moyen de 3,3 % en septembre, le crédit immobilier est à son plus bas niveau depuis l’après-guerre. C’est ce qui ressort des dernières données publiées par l’Observatoire du Crédit Logement. Dans ces conditions il est tentant de vouloir souscrire un crédit immobilier, notamment pour accéder à la propriété. Ceux qui sont déjà emprunteurs peuvent également mener une réflexion pour savoir s’il est avantageux de renégocier leur prêt. Toutefois, le niveau des taux n’est pas le seul élément à examiner. D’autres critères entrent en ligne de compte.

Les taux des crédits immobiliers ont atteint un niveau historiquement bas

Selon l’Observatoire du Crédit Logement, en septembre dernier, les taux des crédits immobiliers se sont établis en moyenne à 3,3 % hors assurances et sûretés.

La durée des prêts est restée élevée le mois dernier, avec une durée moyenne de 17,25 années, soient 207 mois.

A fin septembre 2010 la plus grande proportion des crédits (soit 27,3 %) était représentée par des prêts d’une durée comprise entre 20 et 25 ans.

Cette baisse des taux a autorisé une baisse du coût relatif des opérations d’emprunt. A fin septembre ce coût (qui comprend les intérêts et tous les frais liés à l’octroi du crédit comme les frais de dossier, d’assurance, de courtage de garanties…) s’établissait à 3,85 années de revenus , demeurant toutefois à un niveau élevé. En mai 2007, à 3,97 années, il avait atteint son plus haut niveau sur les dix dernières années.

Contracter un emprunt immobilier : une réflexion qui va au-delà de la seule prise en compte du niveau des taux d’intérêt

Plusieurs indicateurs économiques sont à prendre en compte.

Les taux baissent mais l’inflation est également particulièrement faible. L’indice des prix à la consommation a même reculé en septembre dernier (de - 0.1 %), après avoir augmenté de 0,2 % au mois d’août. Sur un an la hausse des prix a été limitée à 1,6 %.

Une faible inflation ne favorise pas les emprunteurs car elle signifie que la valeur relative de leur mensualité de crédit varie peu par rapport aux autres prix (notamment ceux de l’alimentation, de l’habillement, de l’équipement, du logement, de l’eau, du gaz, et du transport). Au contraire, une forte inflation permet aux emprunteurs de bénéficier d’une diminution de la valeur relative de leur mensualité.
Néanmoins, lorsqu’on contracte un emprunt immobilier sur 20 ou 25 ans il n’est pas certain que l’inflation reste faible sur une aussi longue période.

L’état du marché immobilier est également un élément qui ne doit pas être négligé car l’achat d’un bien immobilier ne peut être envisagé à tout prix.

Selon la note de conjoncture de juillet dernier publiée par les Notaires de France en collaboration avec l’Insee, sur le premier trimestre, le prix des appartements anciens a progressé de 1,1 % sur trois mois et de 1,4 % sur un an. La progression des prix des maisons anciennes a été plus limitée : de 0,9 % sur trois mois et de 1,2 % sur un an.

Ces évolutions cachent néanmoins de grandes disparités selon les départements, les villes et les quartiers.

Le niveau historiquement bas des taux est le facteur conjoncturel qui favorise la reprise du marché immobilier. L’étude des Notaires de France souligne un autre facteur conjoncturel : l’attrait que représente l’immobilier, en tant que valeur refuge, « dans des périodes économiques et sociales troublées ».

Le manque de logements en France par rapport à la demande soutient également les prix.

En conclusion, il faut bien garder à l’esprit que l’achat n’est pas forcément la solution la intéressante à court-moyen terme. Il est nécessaire de calculer l’ensemble des coûts induits par un achat (le niveau des taux a un impact certain) et les comparer aux produits retirés du placement de l’apport personnel sur d’autres supports.
Notre calculateur, « [Acheter ou Louer->(http://www.lafinancepourtous.com/calculateurs/louerouacheter/louer_ou_acheter.php] ») vous permettra d’y voir plus clair.

Enfin il ne faut pas oublier qu’un bien immobilier est peu liquide, et qu’il est adapté à une vision sur le long terme. Sa cession peut prendre du temps et le prix n’est pas garanti. Surtout en ces temps d’incertitudes économiques…

Pour bénéficier de la baisse des taux et ainsi réduire vos mensualités de remboursement, vous pouvez renégocier votre crédit auprès de votre banque actuelle .

En savoir plus

Consulter les indicateurs publiés par l’ Observatoire Crédit Logement/ CSA

Consulter les prix immobiliers sur le site des notaires de France (Note de conjoncture du 28/07/2010)

Créé le 18 octobre 2010
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !