L’épargne salariale résiste à la crise

L’enquête réalisée par l’AFG (Association Française de Gestion Financière) confirme la poursuite de la diffusion auprès des salariés et des entreprises des dispositifs d’épargne salariale (participation, intéressement, PEE et PERCO). L’attrait de ces produits auprès des salariés d’entreprise ne cesse de croître, malgré la baisse des marchés financiers.

2,2 milliards de collecte nette

Certes les encours des OPCVM d’épargne salariale a diminué de 18% en 2008. Ils s’établissaient à 71,4 milliards d’euros au 31 décembre 2008 contre près de 90 milliards d’€ fin 2007.

Mais, les retraits anticipés opérés par les épargnants ou intervenant à l’issue de la période des cinq ans ne se sont pas sensiblement accélérés. Ils ont été de 12,4 milliards d’euros au total, y compris les déblocages exceptionnels de la participation permis par la loi pour le pouvoir d’achat.

Dans l’autre sens, plus de 14,5 milliards d’euros ont alimenté l’épargne salariale en 2008, dont 7,2 milliards au titre de la participation (soit 49,7%), 2,7 milliards au titre de l’intéressement (soit 18,6%), 2,8 milliards au titre des versements volontaires des salariés (soit 19,3 %) et 1,9 milliards au titre de l’abondement des entreprises. On observera que celui-ci ne représente donc que 13% du montant de l’épargne nouvelle réalisée en 2008.

Au total ( apports – retraits), 2,2 milliards d’euros de collecte nette ont été réalisés en 2008, soit un maintien de celle-ci à un niveau comparable à celui de l’année 2007 (2,3 milliards d’euros).

11,5 millions de porteurs

D’autres données de l’enquête de l’AFG confirment l’attrait de l’épargne salariale

Au 31 décembre 2008, les salariés représentent 11,5 millions de porteurs, soit 600 000 de plus qu’en 2007. La capacité de moyen/long terme de l’épargne salariale stimule la confiance des salariés, même en période de crise.

211 000 entreprises sont désormais équipées, soit 21 000 entreprises supplémentaires par rapport à 2007 (hausse de 11 %). Les entreprises de moins de 250 salariés affichent un intérêt croissant pour les dispositifs d’épargne salariale.

l’actionnariat salarié davantage pénalisé

Les fonds diversifiés connaissent une relative stabilité, en recul de seulement 7 % sur l’année alors que le CAC 40 a perdu 40% sur la même période. En revanche, les encours des fonds d’actionnariat salarié baissent d’environ 30% en un an du fait de la baisse des cours des actions concernées.

Fin 2008, l’encours des fonds se décomposent en 41,4 milliards placés dans des FCPE diversifiés (58 % du total) et 30 milliards investis en titres de l’entreprise , au travers de FCPE et de SICAV d’actionnariat salarié (42 % , contre près de la moitié fin 2007).

Les investissements dans les fonds dits d’investissement socialement responsable (ISR) représentent 2,2 milliards d’euros, et les placements dans les FCPE solidaires 480 millions d’euros.

Cessation du contrat de travail et achat de logement

A noter que, comme les années précédentes, les deux principaux cas de déblocages anticipés ont été la cessation du contrat de travail (changement d’entreprise, licenciement, départ à la retraite, etc.), avec un montant moyen débloqué de près de 2 230 euros par demande pour près de 769 000 salariés, et l’achat du logement principal. « L’épargne salariale a ainsi permis, souligne l’AFG, à près de 153 000 foyers d’apporter en moyenne près de 7 300 € à leur projet, soit environ la moitié de leur apport personnel dans le cas d’une primo-accession à la propriété ».

Pour aller plus loin :

le dossier de l’AFG

Notre rubrique " Epargne salariale "

Créé le 15 avril 2009
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !