Le bilan 2011 de l’épargne salariale

L’Association française de la gestion financière (AFG) a publié son enquête annuelle sur l’épargne salariale pour l’année 2011. Les versements sur les dispositifs d’épargne salariale ont progressé de 20 %. Mais l’encours global est en baisse du fait des mauvaises performances boursières.

Les PME proposant un dispositif d’épargne salariale progressent de 7 %

260 230 entreprises disposaient d’un plan d’épargne salariale au 31 décembre 2011, soit une hausse de 17 000 entreprises en un an. Et ce sont surtout les PME qui se sont équipées d’un tel dispositif (+7 % en un an). Soit plus de 254 000 entreprises de 1 à 250 porteurs.

Les montants épargnés par les salariés ont augmenté de plus de 20 %

Les montants versés sur les dispositifs d’épargne salariale ont atteint 16,3 milliards d’euros en 2011, contre 13,3 milliards en 2010. Ce qui représente une progression de plus de 20 %. Cette évolution est due à l’augmentation du nombre de salariés qui bénéficient d’un plan d’épargne ( PEE   Définition Type de plan d’épargne salariale dans lequel les sommes versées par les salariés sont bloquées pendant au moins 5 ans, sauf cas de déblocage anticipé. Les augmentations de capital réservées aux salariés ont le plus souvent lieu dans le cadre d’un PEE. Les revenus et les plus-values des placements sont exonérés d’impôts sur le revenu, mais sont soumis aux prélèvements sociaux.
Source : CCSF
et/ou PERCO   Définition Système d’épargne collectif qui permet aux salariés d’une entreprise ou d’un groupe d’entreprises de se constituer, éventuellement avec le concours de leur employeur, une épargne investie en valeurs mobilières, dans un cadre fiscal favorable et en échange d’un blocage de cette épargne généralement jusqu’à l’âge du départ à la retraite. Les sommes versées sont donc bloquées jusqu’au départ en retraite sauf circonstances exceptionnelles prévues explicitement dans la loi.
Source : CCSF
) et au rebond des résultats des entreprises en 2010 par rapport à 2009, ce qui accroit les montants versés aux salariés).

Répartition des versements sur les plans d’épargne salariale

Les versements volontaires des salariés ont progressé de +24 % en 2011 (hors participation et intéressement). Le nombre de salariés bénéficiant de comptes d’épargne salariale reste stable à 12,2 millions.

Toutefois, l’épargne nette ne représente que 5 milliards d’euros, le montant total des retraits (ou rachats de parts) s’élevant à 11,3 milliards (à déduire des 16,3 milliards de versement).
 Les deux principaux cas de déblocages anticipés restent :

  • la cessation du contrat de travail, avec un montant moyen débloqué de près de 3 510 euros pour plus de 444 000 salariés,
  • l’achat de la résidence principale, qui a concerné près de 172 000 foyers en leur permettant de financer leur projet immobilier à hauteur de 8 894 euros en moyenne.

Globalement, les encours de l’épargne salariale sont en baisse au 31 décembre 2011 

Les encours d’épargne salariale se situent à 85,3 milliards d’euros. Ils sont en baisse de 3,5 % par rapport au 31 décembre 2010.

L’évolution des actifs en épargne salariale

Cette baisse est liée essentiellement à la conjoncture économique défavorable et à la chute des marchés financiers. Cet effet de marché a particulièrement pesé sur les fonds d’actionnariat. Les fonds « diversifiés » sont quant à eux restés stables.

Les encours d’épargne salariale sont composés de :

  • fonds d’ actionnariat salarié (à hauteur de 32,1 milliards d’euros soit 38 du total), correspondant aux actions d’une entreprise attribuées à ses salariés dans le cadre de la participation
  • fonds « diversifiés », investis largement en actions (à hauteur de 53,2 milliards d’euros soit 62 % du total).

Les encours des fonds solidaires et les fonds Investissement Socialement Responsable (ISR) continuent de progresser 

Les fonds solidaires représentent un actif de 1,7 milliard d’euros en 2011 (contre 1,5 milliard en 2010), soit une progression de 13 %.

Les fonds ISR ont progressé de 17 % en 2011, représentant un encours de 10,2 milliards d’euros. Ils constituent près de 20 % de l’épargne salariale (hors actionnariat salarié).
 Plus des trois-quarts de l’encours ISR sont placés sur des fonds labellisés par le Comité Intersyndical de l’Epargne Salariale. 

Les Perco continuent de progresser, en nombre et en montant épargné

A fin 2011, près d’un million de salariés bénéficiaient d’un Perco   Définition Système d’épargne collectif qui permet aux salariés d’une entreprise ou d’un groupe d’entreprises de se constituer, éventuellement avec le concours de leur employeur, une épargne investie en valeurs mobilières, dans un cadre fiscal favorable et en échange d’un blocage de cette épargne généralement jusqu’à l’âge du départ à la retraite. Les sommes versées sont donc bloquées jusqu’au départ en retraite sauf circonstances exceptionnelles prévues explicitement dans la loi.
Source : CCSF
(Plan d’épargne pour la retraite collectif), proposé par près de 148 000 entreprises grandes, moyennes et petites.
 Les salariés ont versé 1,4 milliard d’euros sur leurs Perco (+18 % sur un an). Le montant des rachats s’élève à 240 millions d’euros, l’épargne nette atteignant 1,18 milliard d’euros (+15 % sur un an).
 L’encours total géré dans les Perco s’est établi à 5 milliards d’euros au 31 décembre 2011, en hausse de près de 25 % en une année.

Créé le 04 mai 2012
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !