Le patrimoine des ménages fin 2010 : au dessus du niveau d’avant la crise

L’INSEE a publié en décembre 2011 une étude sur le patrimoine économique national à la fin 2010. Il en ressort que celui des ménages dépassait à cette date son niveau d’avant la crise.

Ce rebond était dû à la hausse des prix de l’immobilier et à l’évolution positive des cours des valeurs mobilières (actions, obligations, parts de Sicav et de FCP…) en 2010. L’évolution fin 2011 sera vraisemblablement moins positive, compte tenu du recul des cours des valeurs mobilières.

Chiffres clés

Le patrimoine des Français représente la plus grande part (78 %) du patrimoine économique national total

 

Les entreprises individuelles sont comptabilisées dans le patrimoine des ménages

La part des ménages dans le patrimoine net est très élevée car ils ont très peu de dettes. Si on regarde la répartition des actifs (sans tenir compte de la dette), les ménages ne possèdent plus que le tiers des actifs économiques nationaux : 11 458 Milliards sur 34 031 Milliards d’euros.

Poids relatif des dettes sur le patrimoine brut des différents agents (en milliards d’euros et en %)

 

Ensemble des actifs

Ensemble des dettes

Dettes / actifs

Ménages

11 458

1 255

11 %

Sociétés non financières

8 901

7 158

80,4%

Sociétés financières

11 134

10 528

94,6 %

Administrations publiques

2 538

2 025

79,8 %

total

34 031

20 966

61,6 %

Le patrimoine économique national net représente 7,8 années de Produit intérieur net (Produit intérieur brut – amortissement des biens immobiliers).

L’évaluation porte sur le patrimoine net des différentes catégories d’agents économiques, c'est-à-dire déduction faite de leurs dettes. Celles-ci sont évidemment relativement beaucoup plus fortes pour les banques et les sociétés financières (94,6 %) que pour les ménages (11%). Si l’on compare aux niveaux d’avant crise (2007) on constate que le poids relatif des dettes en ce qui concerne les ménages d’une part et les sociétés financières de l’autre a eu tendance à diminuer pour les sociétés non financières (de 84 à 80 %), car les entreprises ont donné une certaine priorité au désendettement et inversement il a sensiblement augmenté pour les administrations publiques et l’Etat qui ont pris l’essentiel du choc financier de la crise (augmentation de 66 à 79,8 %)

En 2010 le patrimoine net des ménages a augmenté fortement +9,1 % après +0,7 % en 2009 et – 3,1 % en 2008. Il représente, fin 2010, 8 années de revenu disponible   Définition Le revenu disponible d'un ménage est celui qui peut être utilisé pour la consommation ou l’épargne. Il comprend les revenus d'activité (salaires nets, honoraires, résultat courant avant impôt des entrepreneurs individuels), les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts perçus, loyers reçus), les transferts en provenance d'autres ménages (pensions alimentaires) et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), dont on déduit les impôts directs (impôt sur le revenu, taxe d'habitation et Contributions sociales (CSG et CRDS)).
Source Insee
des ménages.

Comme on le sait, les Français privilégient les investissements immobiliers par rapport aux placements financiers. Parmi les placements financiers ils privilégient les produits les plus sûrs (livrets et assurance vie en euros) par rapport aux placements plus risqués en actions que celles-ci soient achetées directement ou au travers de fonds ou d’assurance vie. Les chiffres 2010 sur le patrimoine c'est-à-dire sur le stock des actifs possédés confirment évidemment ces comportements. Par rapport à 2007, on constate une légère hausse du poids relatif des patrimoines immobiliers et une baisse du poids des actions, des OPCVM   Définition Organisme de placement collectif. Produit d’épargne géré par une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Il s’agit d’un portefeuille collectif composé de différents instruments financiers (actions, obligations, etc.). Deux catégories principales d’OPC: les OPCVM et les FIA. Deux formes juridiques principales : les FCP (fonds communs de placement) et les SICAV (sociétés d’investissement à capital variable). Il existe aussi les OPCI, les FCPI, les FIP…
et autres titres financiers. Cela tient à la fois aux effets des prix et à la prudence accrue des épargnants.

 

Le taux d’ endettement des ménages a augmenté depuis le début de la crise.

Selon l’étude de l’INSEE, entre 2007 et 2010, l’endettement des ménages a moins augmenté que leur patrimoine mais plus que leur revenu : le taux d’endettement serait passé de 75 à 82,5 %.
L’encours de crédits des ménages fin 2007 était de 929 Milliards d’€. Fin 2010 il était de 1066 Milliards (+14,7 %). Mais le revenu disponible des ménages n’a augmenté que de 4,2 % ( 1292 Milliards contre 1240 milliards d’euros.

Lire l’enquête de l'INSEE

Créé le 22 décembre 2011
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !