Le taux d’épargne des Français en hausse en 2011

Les Français ont encore augmenté le niveau de leur épargne en 2011. Le taux d’épargne atteint 16,8 %, soit le taux le plus élevé depuis 1983. Explications à partir des données de l’INSEE.

Un taux d’épargne en hausse

En 2011, le  taux d’épargne   Définition Le taux d’épargne représente la part du revenu des ménages qui n’est pas affectée à des dépenses de consommation.
 des ménages français a atteint 16,8 %, soit une hausse de 0,7 point par rapport à 2010.

Ce taux d’épargne est particulièrement élevé. Il faut retourner 28 ans en arrière, soit en 1983, pour trouver niveau aussi important. Par exemple, en 2006, le taux d’épargne était de 15 %.

Pourquoi cette hausse du taux d’épargne ?

Il s’agit principalement d’une épargne de précaution pour se prémunir contre les aléas de la vie. En cette période de ralentissement économique, c’est surtout la crainte du chômage qui pousse les Français à épargner. 
Quand le pouvoir d’achat augmente, les Français ont tendance à utiliser cette hausse pour épargner et non pour consommer. Entre 2010 et 2011, le pouvoir d’achat des ménages a augmenté de 1,1 % mais la consommation ne s’est appréciée que de 0,3 %. La différence est l’augmentation de l’épargne.

Comment se compose cette épargne ?

Cette épargne est encore largement constituée de produits non financiers, principalement l’immobilier. En 2011, les Français ont essayé de rembourser leurs crédits immobiliers, ce qui est considéré comme un effort d’épargne. L’immobilier capte ainsi la moitié de l’épargne.

Quant à l’ épargne financière   Définition Part de l’épargne qui est utilisée pour acquérir des actifs financiers. Ce peut être des livrets (livret A, LDD, livret jeune…), des plans d’épargne (PEL, PERCO…) ou encore des produits financiers tels que les actions, les obligations ou les assurances-vie.
, elle reste composée pour près de la moitié de contrats d’assurance-vie. Mais les livrets réglementés ne sont pas en reste. Par exemple, la collecte nette du livret A en 2011 est de 17 milliards d’euros.

Quelles sont les conséquences sur l’économie ?

L’épargne est très importante pour faire fonctionner une économie. Mais un niveau trop élevé peut ralentir la croissance économique puisqu’elle augmente au détriment de la consommation. De plus, l’épargne financière, qui est mieux utilisée pour financer le développement des entreprises, est en net recul. Les Français n’ont épargné que 105 milliards d’euros sous forme de produits financiers en 2011 contre 132,7 milliards d’euros en 2010, soit une baisse de 20,9 %.

À la fin de l’année 2010, les Français détenaient plus de 4 000 milliards d’euros d’actifs financiers. Cela représente près de deux fois le volume du PIB ou deux fois le montant de la dette publique de l’État.

 

2010

1er trim 2011

2ème trim 2011

3ème trim 2011

4ème trim 2011

2011

Taux d’épargne (en %)

16,1

15,9

17,3

17,0

16,8

16,8

Taux d’épargne financière (en %)

7,0

6,8

8,0

7,5

7,4

7,4

Variation du pouvoir d’achat (en %)

+ 0,8

+ 0,1

+ 0,6

- 0,1

0,0

+ 1,1

Source : INSEE

Dans ce tableau, le pouvoir d’achat correspond au  revenu disponible brut   Définition Le revenu disponible d'un ménage est celui qui peut être utilisé pour la consommation ou l’épargne. Il comprend les revenus d'activité (salaires nets, honoraires, résultat courant avant impôt des entrepreneurs individuels), les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts perçus, loyers reçus), les transferts en provenance d'autres ménages (pensions alimentaires) et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), dont on déduit les impôts directs (impôt sur le revenu, taxe d'habitation et Contributions sociales (CSG et CRDS)).
Source Insee
 corrigé de l’inflation.

Accéder à l’étude de l’INSEE

Créé le 30 mars 2012
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !