Les 16/29 ans et leur banque

Une étude menée par le cabinet Exton Consulting met en lumière la forte mobilité des jeunes dans le secteur bancaire. Pour tenter d’en profiter, les banques changent de stratégie marketing et mettent en œuvre des publicités ciblées, des tarifs attractifs, des facilités de caisse gratuites ou encore des prêts à taux réduits. Des efforts importants à l’image de l’importance du marché : la catégorie des 16/29 ans représente un vivier de clientèle de près de 800.000 nouveaux entrants chaque année pour les banques.

Les jeunes adeptes de la mobilité...

L’enquête nous rapporte qu’un jeune actif sur deux a déjà changé d’établissement bancaire. Un chiffre qui met en relief la forte mobilité de cette classe d’âge, en recherche constante de bons plans. Et pour cause, leur pouvoir d’achat n’est pas très élevé et se ressent sur le produit net bancaire annuel moyen. Celui d’un jeune de 26 à 28 ans n’est que de 200 euros contre 600 euros pour un actif plus âgé !
La deuxième raison de la forte mobilité des jeunes est, toujours selon l’étude, la piètre qualité des conseils fournis ainsi que les mauvaises relations avec son conseiller bancaire. En revanche, la mobilité semble se réduire pour les jeunes qui conservent la même banque que leur parent (près de trois jeunes sur quatre), d’où l’ attention toute particulière portée à ce public.

... mais des attentes somme toute classiques

Adeptes des nouvelles technologies, les jeunes conservent toutefois des attentes classiques. L’étude insiste sur l’importance accordée par les 16/29 ans à la relation clientèle en agence. Le contact avec le conseiller reste primordial malgré une utilisation importante par les jeunes du support web. Le cabinet Exton souligne, entre autre, que des progrès peuvent être réalisés sur les sites Internet des banques en repensant les espaces en fonction des tranches d’âge.
Un autre point intéressant concerne l’utilisation par les jeunes de leur téléphone portable dans la gestion de leurs comptes. Pourtant férus de ces concentrés de technologies, ils ne sont en fait que 5 % à y gérer leurs comptes. Peut-on pour autant parler d’échec ? Non car le service est encore peu répandu, mais le cabinet Exton recommande néanmoins aux banques un meilleur zapping entre les différents canaux, sans jamais négliger la dimension de conseil et de relation personnelle.

En vidéo

Les 16/29 ans et la banque

Philippe Gardes, directeur au sein du cabinet Exton consulting, revient sur l’étude conduite en octobre 2009 sur « Les 16-29 ans et les services financiers ».

Créé le 26 octobre 2009
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !