Les Français sont des épargnants !

Depuis 1986, l’Insee réalise, tous les six ans, une étude relative aux comportements patrimoniaux des Français : «L’enquête Patrimoine».

Les résultats de l’étude 2010, commencent à être disponibles. Ces chiffres sont d’autant plus intéressants qu’ils concernent la période 2004 – 2010 au cours de laquelle la crise financière de 2008 – 2009 a pu affecter les comportements d’épargne.

Dans son bulletin n° 185 (3ème trimestre 2011), la Banque de France vient de publier une première étude comparative des enquêtes « Patrimoine » de 2004 et 2010. Elle fournit des indications intéressantes sur les principales évolutions de l’attitude des épargnants dans le contexte de la crise.

Quelques chiffres clés

Les Français se caractérisent par un taux d’épargne brut   Définition C’est le rapport entre l’épargne brute et le revenu disponible brut multiplié par 100.
Le revenu disponible brut est le revenu dont dispose réellement un ménage pour consommer ou épargner. Il est constitué de toutes les formes de revenus auxquels on ajoute les revenus de transfert (allocations, etc) et desquels on retranche les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales).
parmi les plus élevés en Europe. En 2009, le taux d’épargne des Français s’élève à 16,5 % alors que pour l’ensemble des pays de l’Union Européenne il se chiffre à 13,2 %.

Le montant des placements financiers des ménages est évalué par la Comptabilité Nationale et s’élève à plus de 2 900 milliards d’euros fin 2009 soit 1,4 fois plus qu’en 2004.

En 2009, 91,9 % des ménages détiennent au moins un produit d’épargne financière contre 91,2 % en 2004.

Les principaux produits détenus par les ménages (livrets d’épargne, contrats d’assurance-vie et produits d’épargne retraite) continuent d’être très prisés. Ils connaissent des augmentations en valeur et en volume.

En revanche, la détention de titres financiers   Définition C’est un actif financier qui peut prendre la forme d’une action, d’une obligation, d’un titre de créance ou d’un OPCVM, qui lui-même contient des actions, obligations ou titres de créance. Il peut être émis par une société ou par un Etat.
On parle aussi de valeur mobilière.
se concentre sur de moins en moins de ménages (24,3 % en 2009-2010 au lieu de 28,3 % en 2003-2004).

Les auteurs relèvent cinq évolutions principales

Le renouveau du livret A et autres livrets

Le livret d’épargne constitue la forme d’épargne privilégiée des Français (85 % des ménages possèdent un livret d’épargne en 2009) avec une préférence pour le livret A. Les sommes déposées sur le livret A ont fortement progressé depuis la généralisation de ce livret à toutes les banques et s’élèvent à 173,8 milliards d’euros en 2010.

En revanche, les produits d’épargne-logement (plan ou compte) ne séduisent plus les Français. Le nombre de ménages qui en possèdent diminue et le montant des sommes déposées également (en 2004, 33,6 % des ménages détiennent un PEL contre 22,5 % en 2010).

L’essor de l’assurance-vie

On constate que l’engouement pour les contrats d’assurance-vie tant en volume qu’en valeur ne s’est pas démenti.

En 2010, 34,9 % des ménages possèdent un contrat d’assurance-vie contre 26,6 % en 2004.

L’ensemble des contrats assurance-vie   Définition Le contrat d'assurance vie a pour objet la constitution d'un capital par des versements libres ou réguliers. A terme, ce capital peut ou non être converti en rente.
Le souscripteur du contrat acquiert automatiquement la qualité de bénéficiaire du capital au terme du contrat. En cas de décès avant terme, les capitaux sont versés au(x) bénéficiaire(s) de l'assurance vie que le souscripteur a désigné(s) dans le contrat.
Les contrats sont dits « en Euros » lorsque les sommes investies par le souscripteur sont garanties par l'assureur. Elles ne peuvent pas baisser et sont revalorisées chaque année d'un intérêt.
Dans les contrats dits en « Unités de compte », les sommes investies par le souscripteurs sont placées dans des actifs financiers de tous types (actions, obligations, SICAV...) ou des parts de sociétés de placement immobilier. (Les Unités de compte (UC) représentent des OPCVM qui eux-mêmes sont investis en actions, obligations, immobilier... ). Les contrats en UC évoluent comme les supports dans lesquels ils sont investis et ne sont pas garantis. Le risque est pris par le souscripteur, mais il peut espérer des rendements plus élevés que dans les contrats en euros.
, assurance décès   Définition Assurance qui comporte en priorité une garantie décès. Cette assurance a pour objectif en cas de survenance du décès le versement d’un capital ou le versement d’une rente à un ou deux bénéficiaires.
Source : CCSF.
représentent en 2010 1 063,8 milliards d’euros.

Les Français restent attirés par un produit qui conserve une fiscalité souvent attractive et qui peut répondre à une grande variété d’objectifs pour les épargnants.

Une détention moins fréquente de titres financiers par les ménages

Les titres financiers   Définition C’est un actif financier qui peut prendre la forme d’une action, d’une obligation, d’un titre de créance ou d’un OPCVM, qui lui-même contient des actions, obligations ou titres de créance. Il peut être émis par une société ou par un Etat.
On parle aussi de valeur mobilière.
n’attirent plus les Français. Cette désaffection s’explique par la forte baisse des cours boursiers de 2007 à 2008, quelques années seulement après l’éclatement de la bulle internet au début des années 2000.

On constate également une forte concentration de ces produits. En 2010, 24,3 % des ménages détiennent des titres financiers pour un montant de 972,9 milliards d’euros, alors qu’en 2004, 28,3 % des ménages français en détenaient pour 759,7 milliards d’euros.

De nombreux facteurs expliquent les disparités dans la détention du logement principal

L’acquisition d’un logement principal demeure le projet patrimonial principal des Français. Cette acquisition est fortement influencée par les ressources du ménage et par le moment de la vie.

Plus on est riche, plus on possède d’actifs immobiliers. Les propriétaires d’un logement principal sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure qu’ils avancent en âge. De plus, la détention d’un logement principal est fortement corrélée à la réception d’un héritage ou d’une donation. La composition du ménage, elle aussi, est un facteur déterminant. Les couples (avec ou sans enfant) sont plus souvent propriétaires de leur logement.

La situation géographique est également facteur de disparité. Elle influence la taille et la disponibilité du parc immobilier et au final, détermine les prix de l’immobilier.

L’aversion pour le risque accentuée par une perception des risques amplifiée.

Pendant la crise, les ménages ont ressenti de plus en plus une aversion pour le risque (63,6 % en 2010 contre 58,3 % en 2004). On constate des différences liées au sexe, au niveau des revenus, à l’âge et à l’histoire familiale.

Une crainte plus forte du chômage

La crise a rendu les ménages plus pessimistes, par rapport à leurs anticipations en matière de chômage. Cette crainte est d’autant plus forte pour les non diplômés, les jeunes et les catégories sociales telles que les ouvriers ou employés.

Les ménages ont également le sentiment que leurs revenus futurs seront plus aléatoires.

Les ménages jeunes et modestes accèdent plus difficilement à l’endettement immobilier. La crise, combinée aux évolutions structurelles de vieillissement de la population a fortement impacté le comportement d’achat des jeunes ménages (moins de 30 ans). De la même façon, ce sont surtout les ménages modestes (manœuvres, ouvriers qualifiés) qui sont le moins présents sur le marché immobilier.

En savoir plus sur l’étude de la Banque de France Bulletin n° 185 du 3ème trimestre 2011

Créé le 21 octobre 2011
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !