Patrimoine : les inégalités se creusent

L’enquête Patrimoine des ménages de l’Insee réalisée en 2010 révèle un accroissement des inégalités du patrimoine des ménages entre 2004 et 2010. C’est ce que montre une récente étude de l’Insee.

En 2010, le patrimoine brut global moyen est de 259 000 € par ménage (chiffre ramené à 229 000 € si l’on déduit le montant des emprunts encore à rembourser). Ce patrimoine se décompose en patrimoine immobilier (160 500 €), actifs financiers (50 800 €), et actifs professionnels (35 300 €). La moitié des ménages français déclare plus de 150 200€ de patrimoine brut et ces mêmes ménages concentrent 93 % des avoirs.

De fortes inégalités

Les chiffres révèlent que les ménages les plus riches en patrimoine concentrent une grande partie de la masse totale du patrimoine. En effet, près de la moitié du patrimoine brut total des Français (48 %) est détenue par les 10 % les mieux dotés, qui disposent de 552 300 € ou plus par ménage. Les 5 % de ménages les plus riches en patrimoine détiennent 35 % du patrimoine total et les 1 % les plus riches (1,9 million € d’avoirs par ménage) concentrent 17 %. En bas de l’échelle, les 10 % des ménages les moins dotés détiennent moins de 2700 € chacun, soit environ 0,05 % de la masse totale.

Les disparités entre les ménages les plus riches et les plus modestes en termes de patrimoine se sont accrues de façon marquée entre 2004 et 2010. L’écart entre les 10 % en haut de l’échelle et les 50 % en bas a augmenté de près de 10 % sur cette période. Aujourd’hui, les 10 % des ménages les plus riches en patrimoine possèdent 205 fois le patrimoine des 10 % les plus pauvres.

 

L’immobilier dans le patrimoine des Français

L’immobilier représente 62 % du patrimoine brut des Français. L’achat d’un bien immobilier constitue une étape importante de la constitution du patrimoine : 6 ménages sur dix sont propriétaires de leur résidence principale ou accédants à la propriété, en 2010. Toutefois, des inégalités persistent aussi dans ce domaine. Parmi les 50 % de ménages les moins dotés, seuls 22 % sont propriétaires ou accédants à la propriété contre presque la totalité des 10 % les mieux dotés.

Le patrimoine brut moyen des propriétaires est 8,3 fois plus élevé que celui des locataires ou logés gratuitement. Mais ce constat ne prend pas en compte les emprunts à rembourser. Si l’on regarde le patrimoine net, le résultat est frappant chez les moins de 30 ans parmi lesquels les propriétaires ou accédants ont un patrimoine net 5,5 fois plus élevé que celui des non-propriétaires et un patrimoine brut 8,6 fois plus élevé.

Le montant de patrimoine varie avec l’âge

Globalement, le montant du patrimoine augmente avec l’âge jusqu’à 70 ans avant de fléchir. Le patrimoine net moyen est de 32 700 € chez les moins de 30 ans, 345 500 € chez les 60-69 ans, et 259 800 € pour les plus âgés.

L’INSEE explique ce phénomène par une logique d’accumulation puis de désaccumulation en fin de vie. Par ailleurs, l’héritage et la donation jouent pour beaucoup dans le montant de patrimoine détenu et ce sont les ménages où la personne de référence a plus de 60 ans qui en ont bénéficié le plus souvent, d’après l’enquête de l’Insee.

Cependant, les critères d’âges sont à relativiser du fait des variations de contexte économique d’une génération à l’autre. La période des trente glorieuses ne peut pas être comparée au contexte de croissance économique plus lente et incertaine et à la montée du chômage depuis les années 1980.

Les indépendants accumulent plus que les salariés

Salariés et non salariés n’ont pas les mêmes logiques d’accumulation patrimoniale ni les mêmes motifs pour épargner. Les indépendants font face à de plus fortes fluctuations de revenus. Les droits à la retraite ne sont pas les mêmes et l’inclination à épargner chez les indépendants est de ce fait, plus forte.

Chez les agriculteurs, la moitié des ménages détient plus de 642 100 € de patrimoine brut global et pour les artisans, commerçants et chefs d’entreprises plus de 338 700 € contre 126 900 € en moyenne chez les salariés en activité.

Si l’écart de patrimoine est élevé entre les indépendants et les salariés pendant les périodes d’activité, il se resserre une fois l’âge de la retraite atteint. Par exemple, les ménages d’anciens agriculteurs détiennent en moyenne 260 900 € contre 254 600 € chez les anciens salariés.

D’autre part, le patrimoine des indépendants est plus diversifié : 16 % d’entre eux détiennent au moins un livret d’épargne, un produit d’épargne-logement, un produit d’assurance-vie ou d’épargne retraite, un bien immobilier et des valeurs mobilières contre seuls 6 % des autres ménages.

Parmi les salariés, le patrimoine varie beaucoup selon la catégorie socioprofessionnelle et le niveau de revenu. Les cadres détiennent un patrimoine brut moyen de 415 300 € contre 67 900 € chez les ouvriers non qualifiés.

Lire l'étude de l'INSEE

Créé le 28 novembre 2011
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !