Produits dérivés : un trader de la banque JP Morgan suscite des inquiétudes

Dans son édition du 6 avril 2012, le Wall Street Journal rapportait qu’un trader français travaillant au bureau londonien de la banque américaine JP Morgan aurait pris des positions colossales sur le marché des produits dérivés. Même si aucune activité frauduleuse n’a été à ce jour décelée, cela suscite de nombreuses interrogations. Explications.

De quelles opérations s’agit-il ?

Le trader en question s’appelle Bruno Michel Iksil, il est français et il travaille au principal bureau d’investissement (Chief Investment Office) de la banque JP Morgan à Londres, la plus grosse banque des  États-Unis.

Ce trader a vendu un nombre très important de CDS   Définition Un CDS (credit default swap) est une sorte d’assurance par laquelle un établissement financier se protège du risque de défaut de paiement d'un crédit en payant une prime.
Contrairement à ce que leur nom laisse entendre, ces dérivés de crédit s’apparentent plus à des options qu’à des swaps.
. Il s’agit plus précisément d’un indice composé de CDS sur les crédits accordés à 121 entreprises américaines.

Le vendeur de CDS perçoit une prime ; en contrepartie il s’engage à dédommager l’autre partie au contrat en cas de défaut des entreprises de référence (ici les entreprises américaines). Le pari est gagnant si les entreprises remboursent correctement leurs crédits. Il est perdant et très risqué dans le cas contraire.

Ce trader table donc sur la bonne santé financière future de ces entreprises, il parie qu’elles n’auront aucune difficulté à rembourser leurs emprunts et que JP Morgan n’aura pas à payer le nominal des prêts en cas de défaut de paiement. Selon le site Bloomberg, ces positions   Définition Exposition d’un opérateur au risque de fluctuation des cours à un moment donné. Il existe de multiples positions possibles. (On parle parfois de « Kâma-Sûtra financier »)
Position ouverte : Engagement pris sur le marché (engagement d’achat ou de vente) qui n’est pas encore liquidée et ne fait pas l’objet d’une couverture par un engagement symétrique.
Position courte : position vendeuse sur un titre. Anticipe une baisse des cours
Position longue : position acheteuse sur un titre. Anticipe une hausse du cours du titre
Position longue/ courte : position consistant à combiner des positions acheteuses sur des titres sur lesquels l’opérateur anticipe des hausses et des postions vendeuses sur les titres sur lesquels il anticipe des baisses, afin de limiter le risque de variation générale du marché. Les stratégies dites longue/ courte sont une des stratégies de base utilisées par les hedge funds.
 atteindraient 100 milliards de dollars, ce qui explique que les traders des autres banques ont appelé M. Iksil « la baleine de Londres ». Mais JP Morgan n’a pas confirmé ce chiffre.

Les importantes ventes de ces CDS ont eu pour effet une baisse du prix de l’indice par rapport aux CDS dont il est composé.

Quels sont les risques de ces opérations ?

Si ces paris s’avèrent perdants, JP Morgan pourrait perdre plusieurs dizaines de milliards de dollars, qui correspondent à la valeur nominale des crédits qui servent de sous-jacents à cette protection. Cela correspond donc à un risque très élevé de la part de JP Morgan.

La banque JP Morgan est l’une des plus actives sur les marchés des produits dérivés. Elle dispose de 70 000 milliards de dollars de produits dérivés pour seulement 1 800 milliards de dollars de fonds propres.

Opération de couverture ou opération de spéculation ?

Selon la banque JP Morgan, ces opérations ont pour seul but de couvrir   Définition Opération ayant pour but de se protéger contre un risque lié à une fluctuation des prix des matières premières ou des cours des titres, des devises ou des taux d’intérêt. Ainsi par exemple, une entreprise qui produit dans un ou des pays de la zone € et vend ses produits à un prix fixé en $ peut donc avoir besoin de se protéger contre une évolution négative du $ par rapport à l’€. Elle doit comme on dit se couvrir contre le risque de change. Un mécanisme de couverture fréquemment utilisé est le contrat à terme. Pour qu’un opérateur puisse se couvrir contre un risque, il faut qu’il trouve un opérateur qui prenne le risque et face un pari inverse du sien sur les évolutions des prix futurs… Il n’y a pas de couverture sans spéculateur.
 le risque de crédit de la banque. Le porte-parole de la banque précise : « (le) CIO fait des investissements de long terme dans le cadre d'une couverture macroéconomique pour notre bilan global ». Certains observateurs extérieurs estiment qu’il peut  s’agir de la couverture de positions que la banque a depuis l’automne 2007.

Mais d’autres participants au marché, notamment les hedge funds, pensent que JP Morgan a voulu donner une direction au marché. On parle même de manipulation du marché des CDS. Le montant colossal et le sens de ces opérations font penser à une forte spéculation.

Tous s’accordent à dire que ces opérations n’auraient pas eu lieu si la règle Volcker était déjà entrée en vigueur.

Du grain à moudre pour l’application de la règle Volcker

Après les excès des banques lors de la crise des subprimes en 2008, le gouvernement américain a pris des mesures pour limiter les effets négatifs de la spéculation.

La règle Volcker (du nom de l’ancien gouverneur de la FED) interdit aux banques qui collectent des dépôts de réaliser des opérations de trading pour leur propre compte.

Cette règle, qui doit entrer en vigueur en juillet 2012, concerne les banques américaines mais aussi toutes les banques présentes aux États-Unis. De nombreuses banques, y compris JP Morgan, se sont insurgées contre cette règle. Mais le comportement de l’un de ses traders donne désormais du grain à moudre aux défenseurs de la règle Volcker.

En tout état de cause, cette histoire a encore démontré l’opacité du marché des CDS.

Créé le 03 mai 2012
© IEFP - la finance pour tous
 
Noter cet article
  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 3

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !