Retraites : les Français résignés à travailler plus longtemps ?

Le Journal du Dimanche et l’IFOP ont publié le dimanche 9 janvier un sondage « Les Français et les retraites ». Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé que les retraites seront le grand rendez vous social de 2010, il est intéressant de savoir l’analyse des Français sur cette question. Du sondage, on retiendra cinq chiffres clés :

1. Les Français ont un jugement très majoritairement négatif sur les réformes conduites dans le passé (1993, 2003, 2008) : 40 % pensent qu'aucune réforme n'a été entreprise et 40 % considèrent que ces réformes n’ont pas été satisfaisantes. 19% au contraire estiment que le système des retraites a fait l’objet de réformes qui allaient dans le bon sens.

2. 76% des Français se déclarent « pas confiant » dans la garantie de toucher au moment de la retraite une pension satisfaisante par rapport à ses revenus. Ce qui est notable c’est l’évolution sur un an : en octobre 2008, ils n’étaient que 61% à se déclarer « pas confiant », soit une hausse sensible de +15 points. 24% se déclarent en revanche « confiant » (octobre 2008 : 38%).

3. 65 ans (exactement : 64,7 ans) : tel est l’âge auquel les actifs pensent être contraints de partir en retraite. Ce chiffre est une moyenne mais la distribution par âge de départ en retraite est plus intéressante : pour 8%, l’âge légal se situera à moins de 60 ans ; pour 30%, entre 60 et 64 ans ; pour 38%, entre 65 et 69 ans et enfin pour 24%, à 70 ans et plus. A noter que ce sont surtout les jeunes de moins de 25 ans (41%) qui pensent devoir prendre leur retraite après 70 ans :

4. 62 ans (61,9 exactement): c’est l’âge, pour les Français, jusqu’auquel ils seraient prêts à travailler pour avoir une bonne retraite. On notera que chez les cadres supérieurs et les sympathisants communistes, on est prêt à travailler au-delà de 64 ans ! Et qu’il y a une différence sensible entre les communes rurales et l’agglomération parisienne : 61, 7 ans contre 63,5.

5. Enfin, dernier chiffre clé : 41% des Français déclarent préférer une hausse des cotisations pour partir à la retraite le plus tôt possible, plutôt que travailler le plus longtemps possible pour se garantir une retraite satisfaisante (34%) voire partir le plutôt possible quitte à avoir une retraite moindre (23%). On note l’écart important entre les salariés du secteur privé et ceux du secteur public en faveur d’une hausse des cotisations : 46% contre 37%.

Accéder aux résultats complets du sondage IFOP/JDD

Pour aller plus loin :

Financer sa retraite

http://www.marel.fr/

Créé le 21 janvier 2010
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !