Retraités : quelle est leur situation financière comparée à celle des actifs?

Alors que des propositions sont émises pour réformer le système de financement des retraites, il est intéressant de faire le point sur la situation des retraités en France et de la comparer à celle des actifs.

Plusieurs indicateurs permettent d’apprécier la situation financière des retraités français.

Une pension moyenne inférieure de 25 % environ au salaire moyen

Selon le rapport de la DREES, le montant mensuel moyen des pensions de retraites versées tous régimes confondus est estimé fin 2008 à 1 122 €.

  • Il s’agit du montant moyen tous régimes confondus c'est-à-dire y compris ceux des exploitants agricoles, des commerçants et artisans qui délivrent des pensions de montant moyen nettement inférieur. Le montant moyen des retraites des salariés est donc un peu plus élevé que le chiffre indiqué.
  • Les pensions de réversion (en cas de décès d’un conjoint retraité) ne sont pas comptées. Il y a donc sous-estimation des niveaux moyens de pensions effectivement perçues surtout pour les femmes : en moyenne 25% de leur retraite totale est une pension de réversion. Leurs retraites totales restent cependant sensiblement plus basses (67 % de celle des hommes en 2004).
  • Les montants évoqués ici sont des revenus bruts. Il n’est cependant pas correct de comparer ces revenus avec les revenus bruts des salariés actifs car les prélèvements sociaux des retraités sont sensiblement inférieurs à celui des actifs (7 % environ contre plus de 20 %) (lien avec rubrique Seniors à modifier comme indiqué ci-après).

Tenant compte de l’ensemble de ces données, le Conseil d’Orientation des Retraites indique que le ratio « pension moyenne nette sur salaire moyen net » était évalué à 75 % en 2003. ( « retraites : questions et orientations pour 2008 ») Il n’existe pas de donnée officielle plus récente mais cet ordre de grandeur ne semble pas avoir sensiblement évolué. L’économiste Henri Sterdyniak a ainsi calculé que « en 2007, selon l'enquête "Revenus" de l'Insee, le revenu salarial net moyen des actifs de 20 à 60 ans est de 1 758 euros par mois ; la pension nette moyenne des plus de 60 ans est de 1 315 euros par mois. La pension moyenne représente donc 75 % du salaire moyen ». ( Le Monde 9/10 mai 2010)

Le COR prévoyait alors une forte détérioration de ce ratio qui devait passer à environ 67 % en 2020 en tenant compte de la réforme du système de retraite de 2003. D’une part parce que l’évolution des pensions des retraités est indexée sur l’évolution des prix et non plus sur celle des salaires. Les pensions des retraités évolueront donc moins vite que les salaires ... sauf si l’on devait connaître une déflation salariale de longue durée. D’autre part, pour inciter les actifs à travailler plus longtemps et donc à repousser l’âge effectif de la retraite, la réforme «Fillion » a conduit à augmenter la décote sur les pensions des salariés prendront leur retraite sans avoir cotisé assez longtemps pour atteindre la retraite «à taux plein» ou au taux maximal..

Un niveau de vie à peu près égal à celui des actifs

Pour comparer les niveaux de vie, ces données ne suffisent pas. Il faut tenir compte de l’ensemble des revenus perçus (transferts sociaux, revenus de la propriété), des impôts payés et de la taille des ménages des retraités généralement plus réduite (pas d’enfants directement à charge).

Selon l’Enquête sur les Revenus Fiscaux et Sociaux en 2007 de l’Insee, le niveau de vie   Définition Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation (uc). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d'un même ménage.
Les unités de consommation sont généralement calculées selon l'échelle d'équivalence dite de l'OCDE modifiée qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.(source INSEE)
moyen annuel des retraités s’élevait à 21.540 euros en 2007, contre 21.680 euros pour l’ensemble de la population. Le niveau de vie des retraités représente donc 102 % de celui de l’ensemble de la population. En revanche, il ne représente que 96 % de celui des individus actifs (occupés et chômeurs) et 93 % celui des actifs occupés.

Il est intéressant de constater que l’écart le plus significatif en matière de niveau de vie moyen concerne les jeunes de moins de trente ans. De 18 à 24 ans le niveau de vie moyen est inférieur de 18 % à celui de l’ensemble de la population. Il est encore inférieur de 13 % pour les jeunes âgés de 25 à 29 ans.

2{Le logement fait la différence2}

Les loyers imputés aux ménages propriétaires de leur résidence principale, qui permettent de tenir compte du fait qu’un ménage propriétaire dispose, à revenu monétaire égal, d’un niveau de vie plus élevé qu’un ménage locataire, ne sont pas pris en compte dans le niveau de vie précédemment calculé.

En octobre 2009, le COR soulignait que la situation relative des retraités apparaît sensiblement plus favorable si l’on inclut les loyers imputés car les retraités sont plus souvent propriétaires de leur résidence principale que les actifs, et ils ont généralement achevé de rembourser les emprunts contractés pour l’accession à la propriété. D’après l’enquête Patrimoine 2004, 65 % des retraités actifs sont propriétaires de leur résidence principale contre 53 % des actifs.

Le système de retraite actuel préserve généralement les seniors de la pauvreté

Toujours selon le COR, le taux de pauvreté des personnes de 60 ans et plus, a fortement baissé ces quarante dernières années puisqu’il dépassait 30 % en 1970 et atteignait « seulement » 9,8 % en 2007. Le chiffre est comparable au taux de pauvreté des actifs de plus de 30 ans. Là encore ce qui frappe c’est le niveau sensiblement plus élevé des taux de pauvreté des 18-24 ans ( 22,1 % selon l’Insee ) et de celui des 25-29 ans ( 13,9 %). Comme le souligne le sociologue Louis Chauvel, le débat sur les retraites ne doit pas occulter celui sur la situation de la jeunesse.

Niveau de vie et taux de pauvreté des personnes de 18 ans ou plus en 2007 (sur le site de l'INSSE, tableau p111)

Le taux de pauvreté des retraités est également bien inférieur à celui des autres inactifs, qui s’établit à 29,2 %. Les retraités bénéficient, en effet, d’un plancher de revenu, qui leur est assuré par l’ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Agées). Cette allocation a remplacé le minimum vieillesse début 2007. En outre, le système de retraite actuel, en garantissant des taux de remplacement plus élevé pour les bas salaires permet le plus souvent aux retraités d’avoir des niveaux de vie intermédiaire.

Un patrimoine plus élevé et moins disparate que pour les actifs

Le dernier indicateur concerne le niveau de patrimoine. Le COR, qui se base sur les données de l’enquête sur le Patrimoine des ménages menée par l’Insee d’octobre 2003 à janvier 2004, estime que la moitié des ménages de retraités dispose d’un patrimoine global supérieur à 141.000 euros, valeur médiane   Définition La médiane est la valeur qui partage une série en deux parties égales. Il y a autant de personnes au-dessus et en-dessous.
Exemple: les salaire annuel médian est de 20 000 euros ; cela signifie que la moitié des actifs français gagne plus et la moitié gagne moins.
de la distribution des patrimoines, alors que pour les ménages d’actifs, celle-ci se situe plus bas, à 115.900 euros.

Le patrimoine moyen des retraités est donc supérieur à celui des actifs. Cela vaut du haut en bas de l’échelle. Les 10 % de retraités les moins riches en termes de patrimoine ont un patrimoine certes sensiblement plus élevé que les 10 % d’actifs les moins riches mais qui restent cependant très faibles (5 600 euros contre 2 100 euros).

Le patrimoine est moins dispersé entre les retraités qu’entre les actifs : le rapport entre le 9e décile (niveau au dessous quel se situent 90% des patrimoines) et 1er décile (niveau au-dessous duquel se situent 10 % des salaires) s’établit à 103 pour les retraités alors qu’il s’élève à 234 pour les actifs.

Sur la base de ces données, certains préconisent entre autres réformes, de mettre les retraités à contribution par exemple en alignant les prélèvements sociaux (CSG/CRDS) sur ceux des actifs. Il faut cependant prendre garde que les exonérations les plus importantes ne concernent pas que les retraites les plus élevées mais aussi les plus basses . De plus à l’avenir les niveaux de vie des retraités de devraient pas évoluer de façon aussi favorable.

Plusieurs éléments vont dégrader la situation des retraités au delà des prochaines années :

une entrée plus tardive sur le marché du travail ;

de plus longues périodes de chômage et d’inactivité ;

une indexation des pensions sur les prix et non pas sur les salaires

une valeur d’acquisition du point de retraite qui est de plus en plus élevée alors que sa valeur devrait être moindre lors de la liquidation de la pension (avec un point indexé lui aussi sur les prix et non plus sur les salaires).

des difficultés à faire de l’épargne financière notamment du fait d’une concentration de l’effort sur l’immobilier dont le prix a très fortement augmenté ces dernières années ;

Retrouvez notre dossier complet sur la retraite

Sources

Insee

Etude de revenus et patrimoine des ménages- Edition 2010

COR (Conseil d’orientation des retraites)

Retraites : questions et orientations pour 2008

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes

Le patrimoine des ménages retraités

Créé le 04 juin 2010
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !