Revalorisation des pensions de retraite

Après avoir été exceptionnellement revalorisées en septembre 2008 (+ 0,8 %), les pensions de retraites du régime général de la sécurité sociale ont été revalorisées de 1 % à partir du 1er avril 2009 selon une décision des ministres du Travail et du Budget Brice Hortefeux et Eric Woerth.

Une hausse des retraites limitée à 1 %

Depuis la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 adoptée à la fin 2008, les pensions du régime général sont revalorisées le 1er avril de chaque année, c'est-à-dire en même temps que pour les régimes complémentaires AGIRC-ARRCO, au lieu du 1er janvier comme cela se faisait jusqu’ici. Ce changement de date est destiné à garantir de façon plus satisfaisante le pouvoir d'achat des retraités, d'une part en prenant en compte l'inflation réellement constatée l'année précédente, d'autre part en tenant compte, pour l'année en cours, d'une prévision d'inflation actualisée établie par la commission économique de la nation.

La hausse de 1 % qui vient d’être décidée correspond d’une part à une hausse prévisionnelle des prix pour 2009 de 0,4 % et d’autre part à un rattrapage de 0,6 % qui tient compte de l’écart entre les prévisions et l’inflation définitivement constatée pour 2008.

D’autre part compte tenu de la revalorisation de 0,8 % intervenue en septembre la hausse de la pension annuelle 2009 du régime de base de la sécurité sociale sera de 1,3 % par rapport à 2008 ce qui devrait être à peu près en ligne avec la hausse moyenne de l’indice des prix à la consommation que l’on peut anticiper pour 2009.
Pour justifier l’absence de « coup de pouce » le gouvernement souligne que les retraités français ne sont pas parmi les catégories sociales qui souffrent le plus de la crise.

Le minimum vieillesse

Pour les personnes les plus en difficulté, le minimum vieillesse a été relevé de 6,9 % à la même date (pour les personnes seules) passant ainsi de 633 à 677 euros par mois. Le président de la République s’est engagé à revaloriser le minimum vieillesse de 25 % d’ici à 2012. Cette hausse va mécaniquement augmenter le nombre de bénéficiaires du minimum vieillesse puisque sont éligibles toutes les personnes dont les ressources sont inférieures à son niveau (à condition qu’elles aient plus de 65 ans).

Nouveau mode de calcul pour les retraités non-salariés agricoles

Les « petites » retraites agricoles avaient quant à elle déjà été améliorées dès le 1er janvier 2009 à travers un nouveau dispositif de calcul. Le nouveau mode de majoration garantit un montant minimum de pension de retraite non salariée agricole. Chaque retraité remplissant les conditions de durée d'activité se voit attribuer une pension minimum (633 euros mensuels pour un exploitant ou une veuve et 503 euros pour un conjoint) dans la limite d'un plafond de 750 euros mensuels constitué par l'ensemble des pensions perçues et de la bonification pour enfants accordée aux parents de 3 enfants.

Revalorisation prévue pour le taux de réversion

Enfin le taux de la réversion - qui détermine la partie de la pension de vieillesse du conjoint décédé attribuée aux veufs et veuves- des 600.000 veufs ou veuves les plus modestes sera porté de 54 à 60 % en 2010, soit une augmentation de 11 %.
Cette hausse est limitée aux conjoints survivants âgés d'au moins 65 ans et disposant d'une retraite inférieure à 800 euros.

Pour en savoir plus :

Consulter notre dossier retraite

Lire la brève " Retraite complémentaire : revalorisation du point… Qu’est ce que ça signifie ? "

Créé le 09 avril 2009
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !