Aggravation de la crise en Europe

L’interdépendance entre crises bancaires et crise de la dette publique

Des articles de la revue de la Stabilité Financière publiée par la Banque de France en avril 2012 attirent l’attention sur l’interdépendance entre crises bancaires et crises de la dette publique appelée également dette souveraine   Définition Dette émise ou garantie par un emprunteur souverain, c'est-à-dire un Etat. Cette dette est réputée plus sure que celle émise par un acteur économique privé car pour faire face aux charges de sa dette, l’Etat peut éventuellement faire appel à des fonds prélevés sur l’ensemble des agents économiques sur lesquels il exerce sa souveraineté.
. C’est, disent Silvia Merler et Jean-Pisani-Ferry « un fait saillant de la crise de la zone euro ».

La relation entre crises de la dette publique et crises bancaires est une caractéristique fréquente des crises financières. Elle a été mise en évidence par les économistes américains Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff dans leur récente histoire des crises financières : De 1970 à 2000, plus de 60 % des crises de la dette souveraine ont été associées avec des crises bancaires. Mais cette interdépendance est particulièrement nette dans la crise actuelle de la zone euro. Cela tient au fait que si la zone euro est une zone monétaire unique et un marché unifié des services bancaires et financiers, les Etats membres conservent la responsabilité individuelle du contrôle, de la surveillance et du sauvetage de leurs systèmes bancaires. De plus la Banque centrale européenne agit par une politique monétaire unique pour toute la zone en ayant la stabilité des prix pour mission essentielle. Incontestablement, cela constitue un facteur important de difficultés et d’aggravation de la crise. Certes, des politiques non conventionnelles ont été conduites par la BCE depuis le déclenchement de la crise des subprimes, notamment les prêts massifs accordés en décembre 2011 et en février 2012. Des fonds européens d’aide ( FESF   Définition Fonds créé lors d’un sommet exceptionnel des chefs d’État et de gouvernement de la zone euro le 9 mai 2010 pour fournir des aides financières à des Etats membres de la zone Euro. Basé au Luxembourg, créé au départ pour trois ans, il a été chargé de garantir des prêts pour les Etats qui seraient dans l’incapacité de trouver, seuls, de l’argent frais sur les marchés financiers. Il agit en complément d’une facilité communautaire de 60 milliards d’euros et pourra être complété par des lignes de crédit du FMI pour un montant total de 250 milliards d’euros. L’Irlande en 2010, et le Portugal en 2011 ont été les premiers Etats à bénéficier de son intervention. En mars 2011 il a été décidé d’étendre sa capacité d’intervention à 440 Milliards d’euros et de le remplacer au-delà de 2013 par le Mécanisme Européen de stabilité (MES). Depuis juillet 2011, il a l’autorisation d’acheter des obligations d’Etat sur les marchés financiers.
D’autre part, le fonds bénéficie de la notation AAA (la meilleure) signifiant que le risque de défaut de paiement est quasi-nul et ce grâce aux garanties apportées par les 17 Etats membres de la zone euro.
et MES   Définition Organe de coopération intergouvernementale créé par un Traité entre les États membres de la zone Euro, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) est destiné à soutenir les États membres de la zone euro sur lesquels pèsent des difficultés financières importantes. Il est entré en vigueur le 8 octobre 2012. Il doit succéder au FESF courant 2013.
) ont été mis en place pour effectuer des prêts aux Etats. A charge pour eux de recapitaliser et de restructurer si nécessaire leurs banques. Mais cela ne résout pas les problèmes posés. C’est pourquoi de nouvelles propositions concernant une union bancaire européenne et la politique de la BCE sont maintenant en débat.

La contagion joue dans les deux sens : de la crise bancaire vers la dette publique ; de la crise des dettes publiques vers les banques.

De la crise bancaire vers les dettes publiques

De la crise bancaire vers les dettes publiques

« Le canal le plus immédiat par lequel les tensions affectant le système bancaire peuvent se répercuter sur les emprunteurs souverains est celui du coût du sauvetage des banques » qui, en cas de difficultés, reste à la charge des Etats nationaux, notent Silvia Merler et Jean-Pisani-Ferry. L’Irlande a été un cas extrême. Le sauvetage par l’Etat irlandais des banques irlandaises qui avaient alimenté une énorme bulle de crédits immobiliers a fait passer la dette publique de ce pays de 25 % en 2007 à 110 % fin 2011. Le pays n’a pas eu d’autre possibilité que de solliciter une aide européenne et du FMI accordée de façon conditionnelle. Au-delà de ce cas, tous les pays de la zone euro sont plus ou moins exposés au risque de devoir renflouer les banques nationales en cas de difficulté grave.

En conséquence, les taux d’intérêt exigés par les investisseurs sur la dette publique des différents Etats de la zone vont dépendre de leur évaluation de ce risque. S’ils pensent qu’il y a menace sur les banques d’un pays et donc probabilité de sauvetage par l’Etat concerné, ils vont demander des primes de risque sur les emprunts émis par celui-ci ce qui peut accroitre les difficultés de financement de l’Etat.

 

De la crise de la dette publique vers les banques

De la crise de la dette publique vers les banques

Les banques de la zone euro détiennent de gros portefeuilles de dette souveraine de la zone euro, ce qui est en partie dû à la demande des Etats et des régulateurs de voir les banques détenir des portefeuilles importants de titres publics comme réserve de liquidité. Les banques sont également exposées au risque souverain via les produits dérivés, mais pour des montants plus faibles que ceux des expositions directes.

Un désengagement des banques vis-à-vis des titres de dette publique d’un Etat va aggraver la fragilité de l’Etat et risque de précipiter une crise de la dette publique.

Selon les économistes Régis Breton, Caroline Pinto et Pierre-François Weber de la Banque de France, « c’est ce qu’illustre le désengagement des banques européennes vis-à-vis de la dette italienne et espagnole (en 2011), alors même que d’autres opérateurs se demandent déjà si les niveaux d’endettement public sont tenables ».

Mais la contagion peut aussi se faire dans l’autre sens : d’une crise de la dette publique vers une crise bancaire compte tenu du biais national accentué dans la détention des titres de dettes publiques : Les banques grecques détiennent essentiellement de la dette grecque, les banques italiennes de la dette italienne, etc. Le défaut de l’Etat Grec sur la partie de sa dette publique détenue par des investisseurs privés a massivement impacté les banques grecques, jusqu’à exiger un sauvetage d’urgence que l’Etat grec ne pouvait financer. 

Effets boule de neige

Du fait de cette interdépendance, il s’est établi un certain couplage entre les conditions de financement d’un Etat de la zone euro et les conditions de refinancement des banques de ce pays. Les banques allemandes, même celles qui connaissaient des problèmes, ont bénéficié indirectement du crédit accordé par les investisseurs à l’Etat allemand. Inversement les banques espagnoles, même celles qui n’étaient pas en difficulté, ont pu être pénalisées par les difficultés croissantes sur la dette publique espagnole.

En décembre 2011 et en février 2012, la BCE est intervenue à deux reprises en apportant aux banques européennes des possibilités illimitées d’emprunt auprès d’elle pour 3 ans et avec un taux d’intérêt de 1% seulement. 1000 milliards d’euros de prêts ont été accordés.

Selon les économistes Michel Aglietta, Benjamin Carton et Urszula Szczerbowicz, ces interventions de la BCE « ont permis de briser le cercle vicieux entre les dettes souveraines et les banques … et elles ont sans doute évité un effondrement annoncé du crédit bancaire au secteur privé ». Mais l'évolution de ce dernier depuis la fin 2011 est restée décevante. Et l’hétérogénéité au sein de la zone euro n’a pas reculé : « le niveau d'endettement est tel aujourd'hui dans les pays du Sud de la zone euro que toute réduction des taux d'emprunt est affectée au désendettement. Seule l'Allemagne peut réagir significativement à un relâchement des conditions de crédit » jugent ces économistes.

Dès avril 2012, les taux d'intérêt sur les dettes publiques se sont mis de nouveau à diverger. Le cercle vicieux est réapparu.

La situation est devenue telle que les banques de pays sur lesquels commencent à peser des incertitudes quant à leur maintien dans la zone euro, connaissent des mouvements plus ou moins rampants de retraits de fonds par des entreprises et des ménages qui placent leurs avoirs en euros dans les banques des pays jugés plus sûrs au sein ou à l’extérieur de la zone euro ou dans des coffres forts.

Cela se passe en Grèce depuis de nombreux mois mais aussi en Espagne voire même en Italie. Bien entendu s’ils se poursuivent, de tels mouvements précipiteraient la catastrophe.

Nombreux sont ceux qui considèrent que pour sortir de l’impasse il faut désormais franchir le pas d’une véritable union bancaire européenne.  

Créé le 27 juin 2012 - Dernière mise à jour le 27 juin 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Noter cet article
  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 5

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !