Epargne salariale

Données sur l'actionnariat salarié

La France est le pays d’Europe qui compte le plus d’actionnaires salariés. Mais l’actionnariat salarié reste concentré dans les grands groupes et une minorité d’entreprises l’ont démocratisé et ouvert à une large proportion de salariés.

La France en pointe

D’après le rapport 2015 de la Fédération Européenne de l’Actionnariat Salarié (FEAS), la France et le Royaume-Uni sont les pays d’Europe où l’actionnariat salarié est le plus développé (plus de 70 % des entreprises cotées y ont au moins 1 % de leurs actions détenues par leurs salariés). Au total, cela concerne respectivement plus de 3 millions et 2,5 millions de personnes, soit 2/3 des salariés qui bénéficient d’un tel dispositif en Europe.

En France, l’actionnariat salarié a pris son essor avec les privatisations et a bénéficié d’une politique publique incitative. Ainsi, dans le TOP 10 des entreprises européennes pour l’actionnariat salarié, il y a 6 entreprises françaises (Total, Bouygues, Axa, BNP Paribas, Safran, Vinci) et dans le TOP 100 européen, on en compte 34.

La moitié des entreprises du CAC 40 concernées

Presque toutes les entreprises du CAC 40 ont des actionnaires salariés.

Toujours selon la FEAS, 20 entreprises du CAC 40 ont un actionnariat salarié qui dépasse 3 % du capital en 2015, et 11 franchissent la barre des 5 %. En dehors du CAC 40, d’autres entreprises dépassent également cette barre de 5 % (Eiffage, Auchan, Atos, STEF…).

Un actionnariat salarié souvent orienté vers les cadres dirigeants

La plupart des entreprises cotées ont mis en place des stocks options réservées en général à un petit nombre de cadres dirigeants. Mais moins nombreuses sont celles qui ont un actionnariat salarié significatif et diffusé plus largement parmi le personnel, notamment au travers de mécanismes d’épargne salariale.

L'actionnariat salarié en France

Pour mesurer l’importance de l’actionnariat salarié, on peut utiliser le critère de la part du capital détenue par les salariés mais aussi celui de la proportion de salariés détenant des actions de leur entreprise. Or, selon la Fédération Française des Associations d’Actionnaires Salariés et Anciens salariés (FAS), seules 28 entreprises parmi celles qui composent le CAC All-Tradable (ancien SBF 250), cumulent les deux critères, à savoir un actionnariat salarié supérieur à 3 % du capital et à 25 % du total des salariés.

 Ces sociétés sont regroupées dans l’indice Euronext FAS IAS ( liste des valeurs).

Ce sont là encore les entreprises privatisées qui constituent une bonne part du bataillon des grandes entreprises ayant un actionnariat salarié significatif et largement diffusé.

L'actionnariat salarié en Europe

En 2015, la FEAS relevait que les actifs détenus par les actionnaires salariés en Europe n’ont jamais été aussi élevés. Ils représentent 370 milliards, soit 45 000 euros par personne et plus de 25 000 euros en excluant les dirigeants.

Mais ces actifs sont là aussi partagés par de moins en moins de salariés, aggravant les inégalités de richesse. Ce mouvement de baisse du nombre d’actionnaires salariés est particulièrement vrai en Europe continentale où les politiques ont été moins incitatives depuis la crise de 2007/2008. En revanche, la Grande-Bretagne a augmenté les avantages fiscaux, ce qui s’est traduit par une hausse de 10 % de cette forme d’actionnariat et une progression de la démocratisation de ce support d’épargne.

Créé le 25 juin 2007 - Dernière mise à jour le 06 avril 2017
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !