La crise de la dette publique

Le fonds européen de stabilité financière : Un dispositif pour enrayer la contagion à d’autres pays

Alors que l’Irlande et le Portugal se trouvent en difficulté, les chefs d’État et de gouvernement des États membre de l’Union européenne réalisent que les institutions européennes existantes sont dans l’impossibilité de venir en aide aux États en difficulté.

L’article 123 du traité de Lisbonne précise bien que ni  la Banque centrale européenne ni les banques centrales nationales ne peuvent « accorder de découvert ou tout autre type de crédits aux institutions, organes ou organisme de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres. L’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite ».

Dans ces conditions et afin d’enrayer tous risques de contagion, le 10 mai 2010, les ministres des finances européens (ECOFIN) décident de mettre en place un mécanisme reposant sur la solidarité financière des États membres (ratification par tous les pays européen le 4 aout 2011). Le FESF est un dispositif temporaire en attendant de modifier le traité de Lisbonne afin d’envisager un mécanisme permanent de financement des États.

Le fonctionnement du FESF

L’appellation commune parle de fonds, en fait il est préférable de parler de mécanisme car ce dispositif n’est pas constitué de sommes déposées sur un compte par les États de la zone euro. Le FESF est une possibilité donnée à l’Union européenne de lever des fonds sur le marché via le FESF, Société anonyme basée au Luxembourg.

Le Fonds européen de stabilité financière est donc un dispositif intergouvernemental   qui permet d’apporter un financement aux États membre de la zone euro jusqu’à hauteur de 440 milliards d’euros. Ce fonds permet d’accorder des prêts conditionnels à des États de la zone euro rencontrant des difficultés de refinancement sur les marchés. Il se finance en émettant des obligations garanties par les Etats de la zone euro aux meilleurs taux d’intérêt possibles et peut effectuer des prêts à des taux assez faibles aux États de la zone euro en difficulté.  La hauteur de garantie des États est calculée au prorata des participations des pays de la zone euro au capital de la Banque centrale européenne.

Ce dispositif intergouvernemental est complété par un mécanisme communautaire de stabilisation financière (MESF) qui permet à l’Union européenne de lever jusqu’à 60  MdE. A la différence du FESF, le MESF bénéficie de la garantie implicite du budget européen. Enfin le FMI apporte une assistance financière complémentaire de 220 MdE.

Novembre 2010 une première aide du FESF- FMI  est accordée à l’Irlande ( 45 milliards d'euros complété par 22,5 milliards d'euros du FMI). En mai 2011, un nouveau plan d’aide est accordé au Portugal  (52 milliards d'euros complété par 26milliards d'euros provenant du FMI).

Les évolutions du mode d’intervention du FESF

Le contexte de la crise et le rôle des agences de notation obligent les États de la zone euro à affiner  les modes d’intervention du FESF.

  •  les agences de notation font savoir qu’elles ne donneront pas la note maximale AAA à ce mécanisme. En effet pour elles, seuls les pays ayant la note AAA apportent une réelle garantie. Dans ces conditions, les pays notés AAA sont contraints d’augmenter leur plafond de garantie. La France par exemple passe de 111 milliards d'euros de garanties données au FESF à 159 milliards d'euros (Accord du 11 mars 2011).
  • En juillet 2011, les chefs d’État et de gouvernement de la zone euro décident d’élargir le champ d’activité du FESF. Désormais, le FESF peut aussi acheter des titres d’État sur le marché secondaire. Il peut participer à la recapitalisation financière des établissements de crédit par des prêts aux gouvernements de tous les pays membres de l’Union européenne. Le FESF peut accorder à certains États en difficulté et sous certaines conditions une ligne de crédit. Un réaménagement des prêts déjà accordés est aussi prévu. (Accord du 21 juillet 2011)
Créé le 18 février 2013 - Dernière mise à jour le 18 février 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Noter cet article
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 4

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !