Les monnaies locales et complémentaires

L’exemple des abeilles

L’association « Agir pour le vivant » a mis en place à Villeneuve-sur-Lot (47) un système de monnaie locale et complémentaire : l’abeille. Les entreprises et les particuliers de la commune peuvent adhérer en payant une cotisation à l’association. Les entreprises s’engagent à respecter une charte éthique. Parmi ces entreprises adhérentes, six ont été désignées pour être des « comptoirs » auprès desquels les particuliers peuvent se procurer des abeilles contre des euros. Les euros ainsi récoltés sont déposés à la NEF (banque solidaire) pour constituer le fonds de garantie (phase 1).

Les particuliers peuvent alors payer leurs achats auprès des commerçants du réseau abeilles. La monnaie est rendue en billets abeilles, si le commerçant en dispose, en euros pour les pièces. Les entreprises qui disposent d’abeilles peuvent aussi effectuer leurs achats en abeilles auprès des fournisseurs adhérents au réseau. Cela les encourage à faire appel à des fournisseurs locaux (phase 2).

Si une entreprise dispose de trop d’abeilles qu’elle ne peut plus utiliser sur la commune, elle peut les reconvertir en euros auprès de l’association contre une commission de 2 % (phase 3).

De plus, s’ils ne sont pas utilisés avant la date de validité inscrite sur le billet, les billets d’abeilles perdent 2 % de leur valeur faciale, c’est ce qu’on appelle la fonte. Les cotisations des adhérents, la fonte et la reconversion en euros permettent à l’association de dégager des fonds pour son fonctionnement courant (impression des billets, communication…). 
Au début de l’année 2012, ce sont environ 10 000 abeilles qui circulent, représentant environ 10 000 €.

L’exemple des abeilles

L’abeille a le même fonctionnement que la bogue, le luciole, le déodat ou encore la mesure. Il s’agit de monnaies « ascendantes » c’est-à-dire créées par des habitants. 
Tous ces systèmes reposent sur le volontariat. Ces monnaies ne sont dotées ni de  cours légal   Définition Une monnaie est dotée d’un cours légal quand tout créancier est obligé de l’accepter en paiement d’une dette dans une économie précise à une période précise.
 ni de  cours forcé   Définition La monnaie qui est dotée d’un cours forcé n’est pas convertible en métal précieux, donc pas convertible en or.
. Les commerçants ne sont donc pas obligés de les accepter comme moyen de paiement et les particuliers ne sont pas obligés de les utiliser. Pour le moment, aucun système ne propose de crédit, mais certains projets sont à l’étude.

Créé le 28 mars 2012 - Dernière mise à jour le 28 mars 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !