Retraite

Les Français attachés à leur système de retraite qu’ils ne connaissent pas toujours très bien

Depuis plusieurs années, les sondages menés sur le thème de la perception des Français à l’égard du système des retraites, sur leurs connaissances de ce système et sur la motivation du départ à la retraite se sont multipliés. La connaissance qu’ont les Français de l’ensemble des mécanismes et des implications financières pourrait être meilleure…

Bonne connaissance de la réforme des retraites de 2010

La Caisse des dépôts et consignations a notamment publié le 25 janvier 2013 les premiers résultats d’une enquête par sondage visant à mieux connaitre les connaissances et les attentes des Français à l’égard de la retraite.

L’enquête réalisée par TNS Sofres en septembre/octobre 2012 a été construite en collaboration avec Luc Arrondel et André Masson, deux chercheurs du CNRS spécialistes des questions d’épargne.

L’originalité de l’étude consiste à construire des indicateurs synthétiques dans quatre domaines : le niveau de connaissance des Français en matière de retraite, leur niveau d’inquiétude face à l’avenir, leur niveau d’attachement au système existant et enfin les axes de réformes souhaités.

S’agissant de la connaissance du système des retraites, les questions sur la répartition, la capitalisation, la retraite par annuités et le fait que le système français est principalement un système par répartition ont chacune 60 % de bonnes réponses. Mais 27 % seulement des Français savent que la retraite du secteur privé se compose d’une partie par annuités et d’une partie par points. Selon les auteurs de l’enquête ces résultats correspondraient à une assez bonne connaissance du système de retraite. On peut au contraire penser que ce « verre presqu’à moitié vide » traduit des lacunes importantes qu’il serait très utiles de combler.

S’agissant de la connaissance de la réforme de 2010, les choses vont nettement mieux puisque 82 % des Français ont au moins trois bonnes réponses sur les 6 posées. 87 % savent que la réforme augmente l’âge de départ et la durée d’activité requise. Toutefois les résultats montrent une certaine confusion entre la notion d’âge légal et celle de la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

Une connaissance limitée des droits personnels

En revanche, les Français semblent avoir un niveau d’information plus limité sur leurs propres droits à la retraite avec globalement 35 % seulement des personnes interrogées qui en ont une bonne connaissance.
Cela corrobore une enquête par sondage réalisée en 2010 par la CNAV, le COR (Conseil d’orientation des retraites) et le Ministère des affaires sociales qui établissait que 37 % des personnes parties en retraite en 2008/2009 connaissaient trois des cinq dispositifs essentiels que sont le taux plein, la décote, la surcote, le cumul emploi-retraite et la retraite progressive (et seulement 10 % en connaissaient cinq sur cinq).
Sans surprise, la connaissance des droits personnels est très faible chez les jeunes. Il s’améliore à l’approche de la retraite ainsi que pour ceux qui reçoivent un relevé de situation individuelle (RIS) quel que soit leur âge (le taux de bonne réponse à l’indicateur est de 20 % chez les jeunes contre 50 % pour les plus de 50ans).

Cette enquête a été renouvelée en 2012 et en 2014, pour inclure également dans cette dernière vague, les fonctionnaires et les agents non titulaires de l’Etat. Il en ressort que lesmotivationsdu départ en retraite sont très similaires entre fonctionnaires et salariés du privé, à savoir :

  • motifs liés au droit à pension, comme l’atteinte de l’âge du taux plein ou de l’âge légal minimal, etc.), cités dans environ 90 % des départs ;
  • profiter le plus longtemps possible de la retraite (de 70 % à 75 %) ;
  • l’état de santé (de 51 % à 59 %).

Ceux qui sont partis après l’âge auquel ils n’avaient plus de pénalités invoquent des motifs non financiers à 77 % quand la conservation des revenus d’activité n’est retenue que dans 55 % des cas

Les Français attachés à leur système de retraite

S’agissant des autres indicateurs synthétiques, l’enquête de la CDC confirme d’autres sondages : s’ils sont  inquiets quant à l’avenir du système de retraite et de leur propre pension, les Français sont fortement attachés au système actuel, même parmi les jeunes générations. S’agissant des réformes pour le pérenniser, ils privilégient l’allongement de la durée de cotisation.

La retraite, un sujet de préoccupation

L’ensemble de ces questions sur le regard que portent les Français sur leur régime de retraite est régulièrement abordé par une enquête annuelle conduite par l’Institut CSA pour le compte du Cercle des Epargnants, dont la dernière vague de 2015 indique que ce sujet inquiète 6 Français sur 10. Cette inquiétude est particulièrement perçue chez les actifs (66 %) et, parmi eux, chez les employés (74 %).

Pour 60 % des Français, le financement des retraites est la première des préoccupations, bien avant celui de l’assurance maladie, de l’aide au logement, de la dépendance ou des allocations chômage. Cette proportion passe même à 70 % pour la génération la plus directement concernée (les 55-64 ans).

Afin de maintenir le montant de leur retraite, 21 % des sondés actifs répondent qu’il faut reculer l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans au lieu de 62 ans aujourd’hui. 43 % des actifs pensent d’ailleurs qu’ils prendront leur retraite à 65 ans ou plus.

La question des finances personnelles au moment de la retraite préoccupe une majorité de Français. Ainsi, 56 % des actifs déclarent qu’ils pensent qu’ils ne disposeront pas de ressources suffisantes pour vivre correctement après le passage à la retraite. Logiquement, une proportion équivalente (55 %) indique épargner en vue de financer leur retraite.

Créé le 27 février 2013 - Dernière mise à jour le 16 décembre 2015
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !