Revenus

Niveau et composition des revenus moyens en France

Le calculateur budgétaire que nous vous proposons d’utiliser permet de calculer le revenu disponible de votre famille. Il peut être intéressant de comparer vos résultats avec la situation des revenus en France.

Quelques définitions 

Dans les statistiques, notamment celles de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), on parle de ménage   Définition Un ménage, au sens statistique du terme, désigne l'ensemble des occupants d'un même logement sans que ces personnes soient nécessairement unies par des liens de parenté.
Un ménage peut être composé d'une seule personne.
Les ménages sont l'un des six secteurs institutionnels retenus par l’INSEE et la comptabilité nationale. Les autres sont : les sociétés non financières, les sociétés financières (SF), les administrations publiques, les institutions sans but lucratif au service des ménages et le reste du monde.
pour désigner la famille ou le foyer. Quant au revenu disponible calculé par l’INSEE, il comprend les revenus d’activité, les revenus du patrimoine, les prestations sociales, les pensions moins les impôts directs - Impôt sur le revenu (IR), Taxe d’habitation, Cotisation sociale généralisée (CSG), Contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

Le niveau de vie   Définition Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation (uc). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d'un même ménage.
Les unités de consommation sont généralement calculées selon l'échelle d'équivalence dite de l'OCDE modifiée qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.(source INSEE)
est égal au revenu des ménages   Définition Le revenu disponible d'un ménage est celui qui peut être utilisé pour la consommation ou l’épargne. Il comprend les revenus d'activité (salaires nets, honoraires, résultat courant avant impôt des entrepreneurs individuels), les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts perçus, loyers reçus), les transferts en provenance d'autres ménages (pensions alimentaires) et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), dont on déduit les impôts directs (impôt sur le revenu, taxe d'habitation et Contributions sociales (CSG et CRDS)).
Source Insee
divisé par le nombre d' unité de consommation (UC)   Définition Pour comparer le niveau de vie des ménages, il faut prendre en compte le nombre de personnes composant chacun d'entre eux. Mais on ne peut s'en tenir à diviser le revenu par ce nombre. En effet, lorsque plusieurs personnes vivent ensemble, il n'est pas nécessaire de multiplier tous les biens de consommation (en particulier, les biens de consommation durables) par le nombre de personnes pour garder le même niveau de vie.
Aussi, pour comparer les niveaux de vie de ménages de taille ou de composition différente, on utilise une échelle d'équivalence. L'échelle actuellement la plus utilisée (dite de l'OCDE) retient est la suivante :
- 1 UC pour le premier adulte du ménage ;
- 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus ;
- 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.
Ainsi pour un ménage composé de deux adultes et de deux enfants de 10 et 15 ans, on divisera le revenu par 1+(2x0,5)+0,3 = 2,3 unités de consommation.
(source: INSEE)
appartenant au ménage.

Quelques chiffres

En 2010, le salaire mensuel moyen, net de tous prélèvements, s'élève à 2 043 €, contre 2 003 € en 2009, soit une progression de 2 %.

Toujours en 2010, le revenu disponible moyen par ménage était de 35 220 € par an, soit 2 935 € par mois.

En, 2009,le revenu disponible moyen provenait à 63,4 % de revenus d’activités, à 20,9 % de pensions, à 10,8 % de revenus du patrimoine, à 3,5 % de prestations familiales et de logement et à 1 % de prestations de minima sociaux.

En 2005, les données fiscales fournissent des données complémentaires. Le revenu fiscal issu des déclarations d’impôt n’inclut pas les prestations sociales non imposables comme le RSA mais il inclut les prestations chômage et les indemnités maladie. Les salaires et traitements représentent 66 % du revenu fiscal moyen, les revenus des professions non salariées 7 %, les pensions et retraites 23 %, les revenus du patrimoine 3 %.

Mesurer le niveau de vie

Le revenu disponible par ménage ne mesure pas le niveau de vie effectif des individus. Cela dépend du nombre de personnes composant le ménage. Mais il faut aussi tenir compte du fait que des dépenses ne sont pas proportionnelles au nombre de personnes. Le niveau de vie est donc calculé en divisant le revenu disponible du ménage par le nombre d’unités de consommation. Le premier adulte compte pour 1. Les autres personnes de plus de 14 ans comptent pour 0, 5 et les enfants de moins de 14 ans 0,3.

Pour une famille composée d’un couple et de deux enfants, l’un de 15 ans et l’autre de 13 pour estimer le niveau de vie de chaque individu composant cette famille, on divisera son revenu par 2,3.

Selon l’INSEE, le niveau moyen des individus ainsi défini était de 22 590 €/an, soit 1 883 € par mois (en 2010). Pour la moitié des ménages, le revenu disponible est inférieur à 19 550 €/an, soit 1 630 €/mois (en 2011).

En 2011, les 10 % des ménages les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 530 €/an. A l'inverse, les 10 % des ménages les plus aisés ont un niveau de vie supérieur à 37 450 €/an.

Structure du revenu et niveau de vie

Structure du revenu et niveau de vie

La structure du revenu varie selon le niveau de vie.

Des statisticiens de l’INSEE ont réparti les individus selon leur niveau de vie en les classant par décile (c'est-à-dire des 10 % les plus pauvres aux 10 % les plus riches) et calculé la composition moyenne du revenu de chaque tranche. Voici ce qu’ils ont trouvé pour 2009 :

  • Les individus modestes : déciles 1 à 3 (30 % de la population).

Ils ont un niveau de vie mensuel inférieur à 1 200 euros, soit un revenu disponible du ménage inférieur à 1 500 euros pour un couple sans enfant. La part des revenus d’activité et de remplacement est plus faible que pour les autres catégories (environ la moitié du revenu disponible).

Les individus de cette catégorie perçoivent une part importante de prestations sociales – 30 % de leur revenu disponible (entre 40 % pour le 1er décile et 15 % pour le 3e). Les prestations familiales représentent quant à elles entre 10 % et 20 %, et les minima sociaux en moyenne 6 %. Cette partie de la population bénéficie de la Prime pour l’emploi à hauteur de 1 % et ne paie pratiquement pas d’impôt sur le revenu.

  • La « classe moyenne » : déciles 4 à 7 (40 % de la population).

Les personnes dans ce groupe ont un niveau de vie mensuel compris entre 1 200 et 1 900 euros soit un revenu disponible du ménage compris entre 1 700 et 2 400 euros pour un couple sans enfant.

Les salaires représentent une part plus importante du revenu disponible que pour la catégorie précédente, près des trois quarts. Ils bénéficient très peu des allocations logement et des minima sociaux, entre 0,1 % et 2 % selon le décile considéré. Les impôts directs commencent à être significatifs représentant entre 4 % et 8 %.

  • Les individus aisés : déciles 8 et 9 (20 % de la population).

Les individus de cette catégorie ont un niveau de vie mensuel compris entre 1 900 et 2 600 euros, soit un revenu du ménage compris entre 2 400 et 3 450 euros pour un couple sans enfant.

C’est pour eux que la part des salaires dans le revenu disponible est la plus importante (plus de 80 %). La part des prestations sociales est d’un peu plus de 2 %, avec majoritairement des prestations familiales ; 10 % de leur revenu sont prélevés au titre des impôts directs.

  • Les hauts revenus : 10ème décile.

Ils ont un niveau de vie mensuel supérieur à 2 600 euros, soit un revenu du ménage supérieur à 3 450 euros pour un couple sans enfant. Les revenus d'activité non-salariée de cette tranche sont plus importants que pour les précédentes, représentant près de 25 % du revenu disponible. Les revenus du capital sont également sur-représentés. La redistribution joue à plein au profit des plus modestes, les impôts payés représentant un quart de leur revenu, pour des prestations perçues valant à peine plus de 1 %.

Créé le 11 février 2008 - Dernière mise à jour le 16 septembre 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public