PRATIQUE

Qu'est-ce qu’une action ?

Une action représente une fraction du capital d’une entreprise. Si vous détenez des actions, vous êtes propriétaire d’une partie de la société. Cela vous donne des droits, notamment, celui de recevoir des  dividendes,   Définition Le dividende est la partie du bénéfice d'une société qui est distribuée aux actionnaires. Pour un actionnaire, c'est le revenu que lui rapportent les actions qu'il détient jusqu'à ce qu'il les vende.
Si une société fait des bénéfices, son assemblée générale décide, soit de les distribuer, en partie ou en totalité, soit de les réinvestir ou de les garder en réserve. Si elle décide de les distribuer, chaque actionnaire reçoit, au titre de chaque action détenue, une partie égale de ce bénéfice qui est le dividende. Le versement d'un dividende n'est pas systématique et son montant est variable d'une année sur l'autre, puisqu'il dépend à la fois des résultats de l'entreprise et de la politique de distribution.
L'actionnaire perçoit généralement le dividende sous forme de numéraire mais il a parfois la possibilité d'opter pour un paiement sous forme d'actions.
  si la société en distribue, et d’influer sur la politique générale de l’entreprise lors des assemblées générales d’actionnaires. En contrepartie de ces avantages, vous pouvez perdre tout ou partie de votre investissement en cas de faillite de l’entreprise ou de baisse du cours de l’action.

Les différents types d'actions

Derrière le mot « action », on trouve en réalité une grande famille où se côtoient des titres qui n’obéissent pas tous aux mêmes règles.

Cotées/non cotées

Tout d’abord, les actions peuvent être cotées en bourse, ou non cotées. Dans ce dernier cas, elles s’échangent de gré à gré entre les investisseurs, à un prix qu’ils fixent entre eux. Mais se pose alors le problème de la fixation du prix et de la liquidité   Définition Un actif est liquide s'il peut être acheté ou vendu rapidement et faire l'objet d'une grande quantité de transactions sans que cela ait d'effet majeur sur les prix.
de ces titres.

Actions au porteur et actions nominatives

Lorsqu’elles sont cotées, les actions peuvent encore être détenues « au porteur » ou « nominatives ».

  • Les actions au « porteur »  sont abritées sur votre compte, mais la société dont vous êtes actionnaire ne vous connaît pas. Toutes les opérations transitent par votre intermédiaire financier. C’est la situation la plus fréquente.
  • A l’inverse, une action « nominative » entraîne l’inscription des actionnaires sur les registres juridiques de la société : ils sont informés en direct et bénéficient, parfois, d’avantages de type « club » (mais la valeur de l’action, son dividende et son comportement sont identiques dans les deux cas).

Toutes les entreprises cotées ne permettent pas la détention des actions nominatives.

Actions ordinaires et actions de préférence

Les actions ordinaires donnent à leurs propriétaires des droits sur la société : droit à l’information, droits de vote lors des Assemblées générales d’actionnaires et droits financiers, comme celui de recevoir des dividendes.

Les actions de préférence peuvent prévoir des avantages financiers, comme des dividendes prioritaires, mais sans droits de vote. Les droits attachés aux actions de préférence dépendent des statuts des sociétés et des réglementations en vigueur dans les différents pays.

Titres apparentés 

A côté des actions proprement dites, il existe aussi des titres boursiers apparentés : il s’agit des « bons de souscription d’actions (BSA) ». Ces titres sont généralement distribués par les entreprises aux actionnaires afin de leur permettre d’acheter des actions supplémentaires à un prix défini ou non à l’avance : ils font eux aussi l’objet d’une cotation permanente jusqu’à la date limite prévue pour l’achat des actions. Ils présentent un risque similaire à celui de l’action de la société qui les a émis. Les sociétés émettrices s’engagent parfois à les racheter au prix d’émission, s’ils n’ont pas été exercés pendant leur durée de vie.
 Certaines actions sont assorties d’un ou plusieurs de ces bons : ce sont les Actions à bons de souscription d’action (Absa), émises lors d’augmentations de capital.

  • Les stock options (ou options sur titres) 

Les stock-options (ou options sur titres en français) sont des options d’achat d’actions d’une société à un cours déterminé et une date d’exercice fixée. Elles sont attribuées par les entreprises à leurs dirigeants – rarement à l’ensemble des salariés – afin de les motiver sur l’évolution du cours de bourse. Elles sont devenues une forme de rémunération.

Attribuées par le conseil d’administration de l’entreprise après accord de l’assemblée générale, les stock-options permettent d’acquérir des actions de l’entreprise avec un rabais par rapport à la cotation en vigueur lorsqu’elles sont attribuées (mais ce rabais est limité à 20 % maximum) et souvent avec une interdiction de revente immédiate une fois l’option levée (limitée à 3 ans). Les avantages fiscaux dont bénéficiaient les stock-options, à certaines conditions de conservation, se sont sensiblement réduits. La dernière réforme, en date d’août 2015.

Les actions gratuites

Plus simple et désormais plus prisée que les plans de stock-options, la distribution d’actions gratuites. Les bénéficiaires n’ont rien à débourser et ne prennent aucun risque puisque les actions leur sont données gratuitement. L’attractivité de cet outil a été renforcée par la loi Macron du 6 août 2015. Cette réforme a réduit à un an le délai d’acquisition (période minimale pour devenir propriétaire des actions) et à une autre année le délai de conservation (délai à respecter pour bénéficier de la fiscalité des plus-values mobilières). Elle n’a pas supprimé la dualité entre plus-value d’acquisition et plus-value de cession, mais elle a reporté au jour de la cession le paiement de la plus-value d’acquisition.

Les marchés d'actions

La confrontation entre l’offre et la demande d’actions se fait sur des marchés, plus ou moins organisés, plus ou moins contrôlés. On dit également que les actions font l’objet d’une cotation. C’est ce qui distingue les actions non cotées (pour lesquelles il n’y a pas de marché) des actions cotées. 

Marché primaire ou secondaire

Pendant la courte période où une entreprise émet des actions, c’est-à-dire qu’elle met en vente une partie de son capital, on parle de « marché primaire ». Le mot « primaire » vient du fait que l’acheteur / investisseur est le premier propriétaire de ces titres. En fait, il ne s’agit pas vraiment d’un marché dans le sens habituellement compris car le prix auquel l’action est proposée à la vente n’est pas établi comme le point d’équilibre entre une offre et une demande ; il s’agit d’un prix fixe pour une quantité déterminée de titres nouveaux, proposés pendant une période fixée à l’avance.

Une fois toutes les actions nouvelles vendues par l’entreprise, les échanges peuvent commencer entre investisseurs. On dit alors que les titres s’échangent sur un marché secondaire. Lorsque ce marché est organisé, on parle de Bourse.

L'organisation des marchés

Les marchés boursiers sont très précisément organisés et surveillés. En France :

  • Euronext est une société privée, dite "entreprise de marché", chargée de l’organisation des principaux marchés de la bourse. Depuis 2007, cependant, il existe des plateformes alternatives sur lesquelles peuvent s’échanger les titres boursiers ;
  • l’Autorité des marchés financiers (AMF)  est le « gendarme » qui veille au respect de la réglementation par tous les opérateurs du marché et les investisseurs.

Certaines actions, celles qui sont les plus échangées, sont cotées en continu et elles peuvent être acquises ou revendues tout au long de la journée. Les titres les moins traités peuvent quant à eux ne faire l’objet d’une cotation qu’à certaines heures de la journée, voire en fin de séance boursière. On parle alors de cotation au « fixing » ou au « fixage ». Ces derniers titres sont évidemment moins liquides que ceux cotés tout au long de la journée et les écarts peuvent y être plus brutaux entre deux cotations.

Euronext gère aujourd'hui les marchés actions mais également les obligations, les warrants et les trackers, de quatre pays d'Europe : la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Portugal.

En France, ses marchés d'actions comprennent :

  • le   Définition Marché réglementé de la bourse de Paris. Ouvert le 21 février 2005, il est issu de la fusion des anciens Premier, Second et Nouveau marchés. Les sociétés y sont classées par ordre alphabétique avec un critère de capitalisation boursière. A pour les sociétés dont la capitalisation est supérieure à 1 milliard d’euros, B pour les sociétés dont la capitalisation est comprise entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et C pour les sociétés dont la capitalisation est inférieure à 150 millions d’euros. Eurolist regroupe ainsi environ 700 sociétés cotées. (Source AMF)
    marché réglementé,  dont les règles répondent en tous points aux directives européennes en matières d'admission et d'informations financières des sociétés cotées sur les marchés réglementés, divisé en quatre compartiments essentiellement liés à la taille des entreprises (A,B, C et "professionnel") ;
  • Alternext, créé en 2005 pour les petites et moyennes entreprises, un marché non réglementé au sens des directives mais encadré par l'entreprise de marché et offrant des règles de nature à garantir la protection des investisseurs et la liquidité ;
  • Le Marché libre   Définition Marché non réglementé. Les sociétés présentes sur le Marché libre n'ont aucune obligation d'information légale spécifique. Le Marché libre n'offre, par conséquent, pas le même niveau de liquidité, d'information et de sécurité qu'Eurolist. Les opérations d'échange, de retrait ou de rachat des titres des actionnaires minoritaires concernant ce marché sont réalisées hors intervention et contrôle des autorités de marché.( Source AMF)
    , un marché non réglementé.

Les indices d'actions

Un indice d'actions, ou indice boursier, est la moyenne du cours d'une série d'actions, qui donne au premier coup d'œil l'évolution des cours sur un marché ou un certain segment de marché. Lorsqu'il est conçu pour être représentatif de la performance globale de la bourse d'un pays, comme l'indice CAC 40 pour la France, c'est en quelque sorte le baromètre boursier national. 
 L'indice CAC 40 est composé de 40 sociétés parmi les plus importantes de la cote française. Comme tous les autres indices de NYSE Euronext en France, c'est un indice de capitalisation, c'est-à-dire que le cours de chaque action le composant est pondéré par le nombre de titres de la société concernée. 
 De nombreux autres indices d'actions sont calculés par Euronext, représentatifs de ses marchés européens.

Les principaux indices d'Euronext en Europe

En savoir plus

Le CAC 40

Créé le 19 juin 2007 - Dernière mise à jour le 21 septembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !