PRATIQUE

Quelques conseils

Avant de souscrire un contrat d'assurance vie, il est fortement conseillé de suivre ces quelques conseils.

  • Pour optimiser la fiscalité de l’assurance vie, l’épargne doit y rester investie pendant les huit années au moins qui suivent la souscription du contrat. C’est à l’issue de cet anniversaire que la fiscalité est la plus douce. Les contrats peuvent généralement être souscrits pour une durée beaucoup plus longue : ce n’est pas gênant car votre argent reste toujours disponible. En général, les professionnels recommandent de souscrire pour la « vie entière », afin que l’assuré choisisse sans contrainte le moment de sa sortie.
  • Un contrat d’assurance vie n’est pas transférable. Si vous n’êtes pas satisfait d’un produit, il faut le fermer et en ouvrir un autre, en faisant de nouveau courir les délais fiscaux. C’est pourquoi il faut bien choisir son ou ses contrats.
  • Les sommes placées dans des supports dits « en unités de compte » ne sont pas garanties, à l’inverse de celles qui sont placées dans les fonds en euros. Mesurez bien le risque associé à chaque compartiment avant d’y investir.
  • Vous avez trente jours après la souscription d’une assurance vie pour l’annuler, si vous vous apercevez que le produit ne correspond finalement pas à vos besoins. Informez-en l’assureur par lettre recommandée – un modèle figure dans les documents qu’il vous a remis - : vous serez intégralement remboursé sous un mois.
  • Le souscripteur doit définir les personnes à qui les capitaux seraient versés s’il décédait. Prenez le temps de choisir avec soin ces « bénéficiaires en cas de décès ». Vous bénéficiez d’une liberté totale et les personnes indiquées reçoivent les capitaux en dehors de la succession.
  • Les avantages de l’assurance vie en matière de fiscalité et de succession peuvent être mis en cause si les primes investies sont « manifestement exagérées ». Il ne faut donc pas y placer tout son argent dans le seul but d’échapper à la fiscalité.
Créé le 21 janvier 2009 - Dernière mise à jour le 26 septembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
6 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
L’équipe de l’IEFP, publié le 29/09/2016 11:13

Bonjour,

Si vous demandez des retraits partiels, vous allez payer des impôts sur les gains, au-delà de 4 600 € d’abattement si vous êtes seul et de 9 200 € si vous être marié. Il faut demander à votre assureur, ou regarder sur votre relevé de contrat la part des intérêts.
Vous pouvez faire des retraits chaque année, donc alléger la pression fiscale en faisant un retrait cette année et un autre en 2017.
Si ensuite, vous souhaitez faire un donc à votre nièces, vous pouvez bénéficier d’un abattement de 31 865 €, à condition de n’avoir pas d’enfants, et d’être âgé de moins de 80 ans.

Sinon l’abattement sera de 7 967 € et au-delà le taux d’imposition est de 55 %...


Meilleures salutations.
L'Equipe de Lafinancepourtous.com

MARIUS , publié le 29/09/2016 07:54

Je possède une assurance vie et un livret d'épargne retraite depuis 1998, 40 000 € chacun. Si je prends 20 000 € sur chaque contrat, qu'en est-il de mon imposition ?
Si je verse ce montant à mes 2 nièces, qu'en est-il de leur imposition ?
Merci

yugnoel , publié le 24/04/2016 12:26

Excellent site ...et semblant indépendant !
Mais l'assurance vie ne permet pas d'échapper à l'IS... il faut les déclarer !

david , publié le 27/12/2014 17:05

Excellent article.
Excellent site!!
Merci

leon.jean pierre , publié le 30/10/2014 09:34

renseignement sur les meilleurs placement

luchelièvre , publié le 15/02/2014 16:00

Dossiers très clairs.Bravo.

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !