PRATIQUE

A quel âge commencer ?

Le financement de la retraite reste un sujet prioritaire, notamment chez les jeunes, selon divers sondages. Et de plus en plus Français épargnent en vue de se constituer, sur le long terme, un capital. 

Quand on interroge les Français sur la préparation financière de leur retraite, ils sont 50 % à répondre qu’ils épargnent régulièrement pour cela (selon le dernier baromètre du Cercle des Epargnants – CSA publié en  avril 2016).  Chez les plus jeunes, 56% des moins de 35 ans estiment que les retraites sont un sujet prioritaire de financement (contre 49% en 2015). Mais les jeunes ont des revenus souvent moins élevés et plus incertains. Ils ont d’autres priorités comme l’installation, l’achat du logement, l’éducation des enfants. Résultat, toujours selon le baromètre Cercle des Epargnants, ils sont 28% à estimer qu’il faut épargner régulièrement sur un produit d’épargne dédié pour maintenir le montant de leur retraite. Certes il ne faut pas minimiser les difficultés d’arbitrer entre les besoins de dépenses et d’autres investissements. De plus l’achat de sa résidence principale est aussi un moyen de se préparer à n’avoir plus besoin de payer un loyer à la retraite.

Plus on commence jeune, moins l'effort d'épargne est important

Voici quelques calculs simples qui montrent l’intérêt d’un placement de relativement faible ampleur, mais régulier et de longue haleine.
Partons d’un objectif de revenu mensuel complémentaire de 500 € par mois (6 000 € par an) au moment d’un départ en retraite à 65 ans. Supposons que vous avez 30 ans aujourd’hui. Pour obtenir une rente viagère de ce niveau, il faudra avoir constitué dans 35 ans un capital d’environ 200 000 €. Dans l’hypothèse d’un rendement annuel de 3 %, il faudra verser, chaque mois, 275 €.

Mais si vous commencez à épargner à 40 ans, il faudra alors, toujours avec les mêmes hypothèses, verser chaque  mois 450 €, voire 900 €, si l’épargne dure sur seulement 15 ans ! (en commençant à 50 ans).

En commençant tôt, vous pourrez opportunément investir votre épargne dans des actions (quel que soit le support). Sur le long terme ces placements sont plus rentables et le risque pris a tendance à être moindre. En revanche, si vous commencez assez tard, il sera plus risqué d’investir de la même manière et plus raisonnable de choisir des placements plus sûrs mais aux rendements moins élevés.

Vous pouvez aussi utiliser notre calculateur d'épargne avec vos propres données.

Plusieurs supports d’épargne à long terme

Le PEA ou les supports actions des contrats d’assurance vie sont donc un support intéressant pour ceux qui sont à un âge éloigné de la retraite. Quant aux différentes formules spécifiques d’épargne retraite, elles sont aussi mieux adaptées à l’épargne de longue durée lorsqu’elles permettent le placement d’une part importante de l’épargne en actions. S’y ajoute pour les PERP l’avantage d’une déduction fiscale de l’IR pour les versements effectués. Mais l’avantage n’en est pas un pour les personnes non imposables, et sera en fait d’autant plus important que vous faites partie des gros contribuables, ce qui est rarement le cas lorsque l’on débute son activité professionnelle. Pour le PERCO, la déduction fiscale sur les versements ne vaut que pour l’intéressement, la participation et ceux effectués en abondement des vôtres par l’entreprise. En revanche, les sorties en capital d’un PERCO ou d’un PEE ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu.

En commençant tôt la préparation financière de votre retraite, choisissez des modalités d’épargne qui conjuguent régularité et souplesse. Vous pourrez ainsi moduler vos versements en fonction de votre situation, tout en ayant une incitation à épargner quoi qu’il arrive.

Créé le 21 mai 2007 - Dernière mise à jour le 21 septembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !