PRATIQUE

Choisir l’investissement socialement responsable

L’ISR, plutôt rentable

L’investissement socialement responsable consiste donc à choisir des supports d’investissement (des actions bien sûr, mais aussi des obligations, voire des placements monétaires) non seulement selon des critères financiers classiques, mais en prenant en compte de manière importante des critères de nature environnementale, sociale et gouvernementale (critères ESG)
L’idée qui sous-tend cette démarche ISR est que les entreprises qui respectent le mieux cet ensemble de critères doivent permettre un développement durable de l’entreprise, et à terme amener de meilleurs résultats que celles qui sont seulement focalisées sur leurs résultats à court terme.
Ce sentiment qui, il est vrai, reste encore à démontrer dans la durée, trouve néanmoins des débuts de concrétisation. Les fonds les plus anciens gérés en ISR, apportent aux investisseurs des résultats au moins comparables aux autres fonds, voire un peu meilleurs. Il apparaît aussi, en période de recul de la bourse, qu’ils résistent mieux.
La démarche ne vise pas à exclure des entreprises dans la composition des portefeuilles, mais à faire changer l’entreprise aux bénéfices de ses salariés, des autres parties prenantes et de toute la société qui l’entoure. Dans ce sens, le dialogue entre les entreprises, les représentants des salariés aux différents niveaux et les gestionnaires financiers est important. Une entreprise peut être exclue d’un horizon de placements, mais elle doit savoir pourquoi et donc avoir la possibilité, si elle le veut, de prendre en compte les manques ou les reproches qui lui sont faits.

2016 est une année de transition pour les labels d’investissement responsable. Deux nouveaux labels soutenus par les pouvoirs publics sont lancés, un label Investissement Socialement Responsable (ISR) et un label Transition Énergétique et Écologique pour le Climat (TEEC). Ils vont venir progressivement remplacer les labels ISR et Fonds Vert de Novethic qui restent valables jusqu’à fin 2016.

L’ISR se développe

L’intérêt pour la démarche ISR est tel aujourd’hui que la plupart des gestionnaires de fonds, banques, compagnies d’assurance, groupes de prévoyance proposent un ou plusieurs fonds labellisés ISR. Même les plus réticents à l’ISR, pressentent bien qu’une entreprise avec une mauvaise gouvernance, un mauvais climat social, des conflits avec ses parties prenantes (fournisseurs, ONG,..) sur des questions d’environnement a des facteurs de « risques », qui entravent son développement et peuvent handicaper ses résultats.

Par ailleurs, les organisations syndicales ont fortement impulsé le développement de l’ISR en France en créant en 2002 le Comité Intersyndical de l’Épargne Salariale. Le CIES donne un label à des gammes de produits d’épargne salariale proposées par les grandes sociétés de gestion.
Pour obtenir ce label, ces gammes doivent être gérées de manière socialement responsable, ce qui nécessite d’avoir une analyse des critères ISR, ou critères extra financiers comme il existe une analyse des critères financiers.
Pour obtenir cette analyse extra-financière, les sociétés de gestion, outre leur analyste interne, font appel des sociétés extérieures comme Vigéo qui est leader en Europe sur ces analyses.

Les différentes thématiques

Selon les fonds, il est possible d'affiner le type de critères sélectionnés. Il peut s'agir bien évidemment d'une sélection ESG, mais également de fonds dits "verts", éthiques, ou encore de fonds d'exclusion (armes, alcool, nucléaire...).

2015, une année marquée par la COP 21

Les investissements thématiques enregistrent la plus forte progression en 2015 : ils ont été multipliés par près de 5 entre 2014 et 2015. L’investissement thématique représente aujourd’hui 43 Mds€ ; un tiers de ces encours est orienté vers des entreprises dont la principale activité est d’offrir des solutions à une problématique environnementale. Cette approche séduit particulièrement les investisseurs particuliers puisqu’ils détiennent près de 36 % des encours thématiques.

Il est donc essentiel pour le particulier de bien comprendre sur quel type de fonds il investi. Le site de Novethic permet de mieux saisir ces différences.6.

Créé le 28 octobre 2010 - Dernière mise à jour le 31 août 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !