Accueil ›› Outils ›› Médiathèque ›› Bibliothèque ›› Etudes, essais et recherches ›› Les marchés font-ils la loi ?

Les marchés font-ils la loi ?

Entretien de Pascale-Marie Deschamps avec Pierre de Lauzun et Philippe Tibi

Les marchés font-ils la loi ?

Entretien de Pascale-Marie Deschamps avec Pierre de Lauzun et Philippe Tibi

De quoi s’agit-il ?

Comme son sous-titre l’indique, ce dialogue entre la rédactrice en chef adjointe d’Enjeux Les Echos, et le président (Philippe Tibi) ainsi que le délégué général (Pierre de Lauzun) de l’Amafi, tente d’apporter des  « Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites » sur les marchés financiers. Il est d’abord question de la crise, ou plutôt des crises successives de 2007-2008 et 2010-2011, qui ont secoué le monde de la finance et le système bancaire jusqu’à donner lieu à une crise économique sans précédent depuis 1929 en Europe et en Amérique du Nord. Cette première partie est l’occasion de revenir sur des mots devenus familiers dans les médias depuis 2008 mais pour lesquels des explications restent les bienvenues : subprime   Définition Le « subprime » désigne un crédit à risque, détenu par un emprunteur qui n'offre pas les garanties suffisantes pour bénéficier d’un taux d'intérêt au prix du marché. Les établissements financiers prêteurs consentent ainsi des crédits à des taux variables et de niveau élevé. Ces conditions d'octroi font peser un risque de solvabilité sur les emprunteurs. Ce type de crédit hypothécaire est apparu aux Etats-Unis. Le crédit immobilier est ainsi gagé sur le logement de l'emprunteur.
, CDOs   Définition Il s’agit de produits complexes, résultats des opérations de titrisation , qui portent différents noms techniques (CDOs, MBS…), selon le type de créances ou de titres auxquels ils sont rattachés et dont ils visent à transférer le risque.
, agence de notation   Définition Les agences de notation financière sont des entreprises indépendantes qui établissent, une appréciation du risque de solvabilité financière d’une entreprise, d’un Etat, d’une collectivité locale (communes, départements, régions) ou d’une opération financière. Le rôle des agences de notation est de mesurer le risque de non remboursement des dettes que présente l’emprunteur.
Chaque agence possède son système de notation. Schématiquement, les notes s’établissent de A à D avec des échelons intermédiaires. Les notes peuvent être ainsi accompagnées d’un « + » ou « - » ou encore d’un « 1 » ou « 2 ».
, triple A, dette souveraine   Définition Dette émise ou garantie par un emprunteur souverain, c'est-à-dire un Etat. Cette dette est réputée plus sure que celle émise par un acteur économique privé car pour faire face aux charges de sa dette, l’Etat peut éventuellement faire appel à des fonds prélevés sur l’ensemble des agents économiques sur lesquels il exerce sa souveraineté.

Puis vient une partie, plus théorique, sur le rôle des marchés financiers et les acteurs qui y participent, dans laquelle sont évoqués l’innovation financière (produits dérivés, hedge funds   Définition Les hedge funds, de l’anglais « hedge » qui signifie « couverture », qu’on traduit en français par fonds de gestion alternative, sont des fonds d’investissement dont il n’existe pas de définition légale mais qui sont généralement risqués, peu régulés et qui cherchent à offrir des performances élevées notamment en jouant sur l’effet de levier de l’endettement.
, Exchange Traded Funds ou trackers), les paradis fiscaux, les ventes à nu   Définition Vente à découvert réalisée alors que l'investisseur ne détient même pas la valeur sous forme d'emprunt.
, le trading haute fréquence... Autant de thèmes sur lesquels le niveau de régulation fait débat.
En fin de compte Messieurs Tibi et de Lauzun voient dans les marchés financiers « une solution aux problèmes de dette et de croissance français et européens » plutôt qu’une cause ou qu’un frein. La phrase suivante attribuée à Philippe Tibi résume au fond l’avis des deux interlocuteurs quant à « la toute puissance de l’idéologie » dans le débat sur la régulation des marchés financiers en France: « Pierre de Lauzun et moi-même ne sommes pas des partisans du statu quo, nous pensons qu’il y a des débats honnêtes et étayés et d’autres qui se saisissent de peurs et d’ignorance, voire de ressentiment. » (p.57)

 

Notre avis

Malgré les qualités pédagogiques de certains passages de l’ouvrage (notamment le chapitre 2 sur le rôle et les acteurs du marché), on regrettera que la journaliste n’ait pas utilisé le format de l’entretien pour faire une interview croisée de deux personnes ayant des idées divergentes.
A quand un entretien croisé entre Pierre de Lauzun ou Philippe Tibi et Pascal Canfin, auteur de Ce que les banques vous disent et pourquoi il ne faut presque jamais les croire ?

Créé le 23 juillet 2012 - Dernière mise à jour le 23 juillet 2012
© IEFP – la finance pour tous
Noter cet article
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 0

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !