Le pouvoir d'achat baisse - qu'en pensent les économistes ?

D’André Babeau

On entend dire que... le pouvoir d'achat baisse. Qu'en pensent les économistes ?

Les Echos éditions-Eyrolles, 2012, 134 pages

Le pouvoir d’achat est aux particuliers ce que les pieds sont aux fantassins : il est l’objet de leur constante préoccupation. A fortiori lorsque le ralentissement durable de la croissance, la remise en cause de l’Etat providence et la mondialisation à l’origine des pressions sur les salaires moins qualifiés rendent légitime les inquiétudes des Français sur l’évolution de leur niveau de vie.

Le petit livre très pédagogique  d’André Babeau - ancien directeur du CREDOC, ancien  conseiller scientifique du BIPE et actuel administrateur de l’IEFP - publié dans la nouvelle collection « on entend dire que », a précisément pour objectif d’apporter les éléments de connaissance et d’information de base dans ce domaine.

L’art de la mesure

La première partie est consacrée à la mesure du pouvoir d’achat des Français. Ce n’est pas aussi simple qu’il y parait. Comment tenir compte de l’importance de la consommation « non marchande », par exemple d’éducation ou de santé ? Comment mesurer les deux termes de la balance qui  déterminent l’évolution du pouvoir d’achat : d’un côté les revenus et de l’autre les prix. Quelle différence entre le pouvoir d’achat et le niveau de vie ? Comment établir des comparaisons internationales ?  André Babeau apporte sur ces questions les définitions et les explications essentielles.

Dans la deuxième partie il traite des  inégalités en fonction des groupes sociaux  et des âges.  Il souligne notamment l’utilité de distinguer entre  les effets d’âge et les effets de générations. Par exemple le fait de voir ses revenus diminuer au départ à la retraite est un effet d’âge. Mais le fait que depuis 1993 l’indexation des retraites s’effectue sur les prix et non plus sur les salaires est un effet de génération.

Deux chapitres sont également consacrés  à  répondre directement à la question posée dans le titre ou plus précisément encore à expliquer pourquoi de  nombreux Français considèrent que leur pouvoir d’achat diminue alors que les statisticiens disent le contraire. André Babeau  insiste notamment sur le poids croissant des dépenses contraintes, notamment celles concernant le logement.

Dans ce tableau des disparités et des incertitudes, on regrettera cependant l’absence de certaines données. En effet on n’entend pas seulement dire que le pouvoir d’achat baisse. On entend aussi beaucoup dire qu’il ne baisse pas pour tout le monde. Qu’en est- il en réalité ? Quelle est la part des ménages qui connaissent une hausse et ceux qui subissent une baisse de leur pouvoir d’achat. Ces répartitions  sont-elles variables dans le temps ? Qu’en est-il notamment pour les hauts revenus ?  L’INSEE commence à apporter des éléments d’informations utiles sur ces sujets.

Ceci mis à part voici au total un livre qui dit l’essentiel sur le pouvoir d’achat, de façon très abordable par le plus grand nombre. Nul doute qu’il sera également très utile pour tous ceux qui ont à enseigner ce sujet aux jeunes générations.

Créé le 30 octobre 2012 - Dernière mise à jour le 30 octobre 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !