Accueil ›› Outils ›› Médiathèque ›› Bibliothèque ›› Les essentiels ›› Les 100 mots de la banque

Les 100 mots de la banque

de Jean-Paul Betbèze, Georges Pauget

Les 100 mots de la banque

Titre : Les 100 mots de la banque 
A lire par : Enseignants des sciences économiques et sociales et d’économie et gestion ; élèves de lycée.

Quatrième de couverture 

Si chacun a une appréciation - souvent critique - de sa banque, la connaissance réelle des diverses fonctions de cette institution est peu répandue.

À travers 100 mots-clés, cet ouvrage explicite le rôle de la banque : gérer et créer de la monnaie, c’est-à-dire assurer et contrôler la liquidité en quantité et en qualité pour les particuliers comme pour les entreprises.

De « crédit » à « secret bancaire », de « low cost » à « découvert », de « portefeuille » à « risque », sont ainsi présentés les fonctions mais aussi les enjeux d’un secteur essentiel à notre vie économique et au sein duquel la France dispose de champions européens et mondiaux.

Georges Pauget est directeur de Crédit agricole Sa. Jean-Paul Betbèze est chef économiste de Crédit agricole SA.

Les commentaires de lafinancepourtous

Bien fait et extrêmement utile. Deux livres en un.

Le lecteur disposera de définitions le plus souvent très claires, précises et argumentées sur les principaux mots de la banque. A utiliser comme un dictionnaire, quand on "cherche un mot". Il bénéficiera en même temps d’un livre simple et rigoureux sur la banque, ses mécanismes, son rôle, son "économie" et ses développements récents. A lire d’une traite ou presque pour comprendre à quoi sert la banque, et comment ça marche.

Deux ou trois regrets cependant.

Certains mots essentiels sont cachés :" création monétaire" ne figure pas parmi les 100 élus. On le trouvera dans "le crédit". "Effet de levier" est un peu perdu au milieu de "marché des changes".
L’évolution profonde des relations entre intermédiation bancaire et marchés financiers ne fait pas l’objet d’un exposé un peu systématique. Les auteurs montrent bien la logique et les contraintes du fonctionnement de la banque. Mais dommage qu’ils n’aient pas répondu à des critiques qui lui sont souvent adressées. Des questions comme les difficultés de la lutte contre le blanchiment ou l’offshore, l’endettement à taux fixe versus à taux variable, l’exclusion bancaire et les services de base, l’information et le conseil auraient pu mériter plus d’attention.

 
Créé le 19 décembre 2007 - Dernière mise à jour le 03 février 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !