Accueil ›› Outils ›› Médiathèque ›› Vidéothèque ›› Les interviews de l'IEFP ›› L'argent de poche en 2009

Les interviews de l'IEFP

L'argent de poche en 2009

Jean Daniel Lévy, directeur du département Politique-Opinion de l’institut CSA, analyse les attitudes et les opinions des parents (et des jeunes) en matière d’argent de poche qui font l’objet d’une enquête annuelle réalisée à la rentrée par cet institut pour le Crédit agricole.

 
L'argent de poche en 2009 par lafinancepourtous

Une pratique largement répandue

Un couple sur deux qui donne de l’argent de poche. De manière générale il n’y a pas de refus idéologique dans la société française de donner de l’argent de poche à ses enfants. Sur dix parents, entre six et sept estiment qu’il est légitime de donner de l’argent de poche.

Une volonté pédagogique ?

Donner de l’argent de poche n’est pas une action anodine, explique Jean-daniel lévy. Les parents veulent au contraire faire passer à travers cette pratique un certain nombre de messages à leurs enfants en leur donnant des responsabilités. Les parents croient véritablement dans la valeur éducative de l’argent de poche. Les perceptions et les messages sont différents selon les catégories sociales. Pour les catégories « aisées », on a envie de donner une éducation à l’argent, un apprentissage de la gestion de son budget, une représentation du coût des choses. Les catégories « populaires » ont tendance à donner en même temps que de l’argent de poche une forme d’éducation au mérite, au travail et à l’effort. Les parents rétribuent le bon travail ou le bon comportement de leurs enfants. A l’inverse, si l’enfant a rencontré des difficultés qui peuvent être d’ordres relationnels ou scolaires, l’argent de poche peut être réduit ou supprimé. On peut s’interroger sur la vertu pédagogique de donner ou non de l’argent de poche aux enfants souligne Jean-Daniel Lévy. L’enquête de CSA ne répond pas directement à cette question. Elle analyse ce qu’en pensent les parents et elle montre qu’une très large majorité d’entre eux pensent que l’argent de poche a une valeur éducative réelle et qu’elle permet aux enfants de se former un certain nombre de jugements et de ne pas vivre dans un monde trop « virtuel ».

L’impact de la crise

L’enquête de cette année a permis de mesurer l’impact de la crise. Il est réel. Moins de parents donnent de l’argent de poche à leurs enfants par rapport à la proportion de parents qui en donnaient l’année dernière. Ces même parents indiquent qu’au vue de la crise ils ont soit diminué soit arrêté de donner de l’argent de poche à leurs enfants. L’étude montre cependant que la crise ne touche pas aussi nettement et aussi fortement les différentes catégories de la population. Les catégories populaires ont tendance à répercuter plus rapidement et de manière plus nette les restrictions imposées à leurs enfants, c’est à dire la baisse ou la suppression de l’argent de poche tandis que les catégories de populations aisées vont avoir tendance à conserver un certain niveau d’argent de poche.

Un autre résultat frappant est la maturité qui semble être présente aussi bien chez les parents que chez les enfants. D’une part les enfants ne sont pas spécialement demandeurs et d’autre part ils ne sont pas toujours en connaissance de ce que touchent les autres enfants de leur classe ou de leur école et ne comparent pas leur argent de poche avec leurs amis. De plus, alors même que l’argent de poche a eu tendance à se réduire, les enfants ne semblent pas en tenir rigueur à leurs parents. Cette situation qui est décrite par les parents comme transitoire n’impacte pas les relations familiales et n’apparaît pas comme un signe de tension au sein du foyer.

Pour quel usage ?

L’argent de poche est utilisé essentiellement pour des produits de consommations immédiats, de plaisirs. Les parents confirment cependant garder un œil sur les dépenses. Ils délèguent mais pas sans apporter le moindre contrôle. Il y a quelques années précise Jean-Daniel Lévy, nous avions enquêté auprès des enfants et nous avions constaté que les enfants étaient relativement sages et n’avaient pas tendance à dilapider leur argent. D’ailleurs une partie d’entre eux ont tendance à économiser et à ne pas tout dépenser chaque mois dans l’espoir d’acheter un plus gros cadeau ou un produit dont ils ont établi qu’il coûtait une somme supérieur à ce qu’ils touchent chaque mois.

Une attitude décomplexée et sérieuse

 Au total, l’attitude vis-à-vis de l’argent de poche semble assez décomplexée et sérieuse aussi bien de la part des parents que des enfants. Décomplexée le sujet n’apparaît pas comme un sujet tabou. On peut en parler et échanger, alors qu’en France il est assez difficile de parler du salaire et de l’argent en général. Sérieuse, voir mature car il n’y a pas d’achats impulsifs de la part des enfants mais au contraire des petits achats qui apparaissent comme relativement raisonnées. Les enfants ne dilapident pas leur argent de poche.

Les chiffres clés de l’étude

L’échantillon représentatif est composé de 501 parents dont les enfants ont entre 6 et 15ans.

  • 65 % des parents s’estiment favorables au principe de l’argent de poche, mais ils ne sont que 40 % à en verser.
  • La pratique de l’argent de poche croît avec l’avancée en âge de l’enfant. Les parents des enfants âgés entre 6 et 7ans ne sont que 14 % à donner de l’argent de poche, contre 68 % une fois que leurs enfants ont entre 14 et 15ans.
  • 82 % des parents octroie de l’argent de poche à leurs enfants sans même que ces derniers le leur demande.
  • L’argent de poche a une fonction pédagogique. 50 % des parents en versent pour apprendre à leurs enfants à gérer leur budget et 16 % pour les récompenser.
  • 92 % des ouvriers reconnaissent se servir de l’argent de poche comme punition, contre 59 % des cadres et professions libérales.
  • 18,9 € : c’est le montant mensuel de l’argent de poche quand il est versé de manière régulière. Une somme qui grimpe en fonction de l’âge : 6,97 € pour les 6/7ans contre 22,56 pour les 14/15ans
  • 44 % des parents disent avoir été contraints de restreindre l’argent de poche en raison de la crise Ils ne sont d’ailleurs que 40 % à en verser contre 45 % l’an dernier). Une baisse globale qui s’explique en partie par la diminution de 10 points chez les ouvriers. 93 % d’entre eux estiment cependant que cette restriction est temporaire.
  • 8 enfants sur 10 disposent d’un compte épargne (Livret A, PEL, Livret enfant…), indépendamment de l’argent de poche.

Pour aller plus loin :
L’espace Enfants de notre site
Le livre «  vos enfants et l’argent »
Une  enquête sur les jeunes et l’argent réalisée en 2006 par CSA pour lafinancepourtous.com 
Les résultats complets du baromètre CSA / Crédit agricole « Les parents et l’argent de poche des enfants »

Interview réalisée le 2 septembre 2009

Créé le 01 octobre 2009 - Dernière mise à jour le 03 février 2012
© IEFP – la finance pour tous
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !