Les interviews de l'IEFP

Services bancaires : ce qui change pour le consommateur

Hervé Mondange, de l’Association Force Ouvrière Consommateurs, analyse les conséquences pour le consommateur de la mis en place le 1er novembre 2009 du service de mobilité bancaire et de la directive européenne sur les services de paiement.

Nouveau service de mobilité bancaire

 
Services bancaires : ce qui change pour le... par lafinancepourtous

Le nouveau dispositif généralisé à partir du 1er novembre 2009 dans toutes les banques françaises ne concerne que le compte courant, rappelle Hervé Mondange.

Il prévoit que, lorsque vous souhaiterez changer de banque, vous pourrez confier à votre nouvelle banque la charge de faire migrer tous vos virements et prélèvements automatiques de l’ancien compte vers celui que vous ouvrez. Vous mandaterez votre nouvelle banque pour qu’elle envoie les demandes de migration des virements et des prélèvements à tous vos créanciers et débiteurs.
Les banques mettront aussi à la disposition de leurs clients un guide de la mobilité bancaire qui aidera ceux qui choisissent d'effectuer les démarches eux-mêmes.

Si Hervé Mondange juge satisfaisante cette « bonne volonté » manifestée par les banques de ne plus retenir leurs clients, il souligne qu'il ne faut pas toutefois que cela pousse le consommateur « à changer de banque comme il peut changer d’opérateur mobile ou internet ». «La relation bancaire, explique-t-il, doit s’installer dans la durée», et il regrette à ce titre le « turn over » trop élevé des conseillers de clientèle des clients « lambda », qui empêche un suivi réellement personnalisé.

Le consommateur ne doit pas croire non plus qu’avec ce nouveau dispositif le marché va être structuré différemment et qu’e changeant de banques «  tous les quatre matins », il va obtenir des dispositions toujours plus favorables.
D’autant qu’il y a selon lui encore du « travail à faire » dans des domaines tels que la transparence des contrats ou la comparabilité des conventions de comptes.

La directive sur les services de paiement

 
Services bancaires : ce qui change pour le... par lafinancepourtous

Le 1er novembre est également la date d’entrée en vigueur de la directive européenne sur les "services de paiement". « Service de paiement » est un nouveau terme. Jusqu’ici on parlait de moyens de paiement.

Ce nouveau terme, et les dispositions de la directive, concernent les cartes bancaires, les virements et les prélèvements ainsi que les paiements liés à l’électronique et ce qu’on appelle les paiements « sans contact » que l’on pourra effectuer avec son téléphone mobile ou au travers de systèmes de paiement innovants sur internet. Ils n'incluent pas le chèque.

Si les changements ne se feront sentir que progressivement, certains points doivent être soulignés :

  • l'allongement des délais de contestation
    Le consommateur pourra contester pendant 13 mois, des paiements qui apparaîtraient sur son compte et qu’il n’aurait pas autorisés. H. Mondange souligne que cela ne doit toutefois pas conduire les consommateurs à être moins vigilants. Au contraire, «  plus que jamais, il faut éplucher son relevé de compte ».
  • l'apparition de nouveaux opérateurs : les établissements de paiement
    «C’est, dit Hervé Mondange, le volet de la directive qui nous inquiète le plus». Il y avait une sorte de monopole des banques sur les moyens de paiement. Moyens de paiement et compte courant étaient liés l’un à l’autre. Avec la création d’établissements de paiement, le consommateur va recevoir des offres de moyens de paiement de nouveaux types d'opérateurs (services de virements ou de prélèvements, offres de paiement sur téléphone mobile ou sur internet, services de transferts de fonds entre pays). Au-delà de la diminution du prix de ces services attendue, Hervé Mondange espère « qu’il n’y aura pas de dégradation du services et de la sécurité ».
  • la vigilance nécessaire des consommateurs
    L'agrément des nouveaux acteurs se fera en France selon des critères très stricts,
    aussi bien en ce qui concerne les règles prudentielles que ces établissements devront respecter que leur surveillance et leur supervision. Mais le dispositif étant européen et la sélection pouvant être moins rigoureuse ailleurs, H. Mondange invite les consommateurs à être vigilants sur la réalité et la qualité de l’agrément des établissements de paiement étrangers qui leur proposeront leurs services.

Pour aller plus loin :
Voir notre site la rubrique " Moyens de paiement " 

Interview réalisée le 23 octobre 2009

Créé le 13 novembre 2009 - Dernière mise à jour le 30 janvier 2012
© IEFP – la finance pour tous
1 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
blaireau , publié le 06/11/2014 01:16

je souhaite m' abonner à la lettre mensuelle de la Finance pour tous

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !