Cours de bourse

Pour quelle raison, alors qu'à l'automne, les cours de bourses des autres grandes entreprises partout dans le monde s’effondraient, celle de Volkswagen a-t-elle connu de tels sommets ? Pouvez-vous expliquer le mécanisme à l’oeuvre dans cette histoire ?

Par f.g

En deux jours, les 27 et 28 octobre 2008, le cours de l’action Volkswagen cotée à la bourse de Francfort a été multiplié par plus de quatre, passant d’environ 250 € à près de 1000 €. Elle a reflué depuis de 45% mais reste autour de 500€.

La pièce se joue en plusieurs actes :

  1. Des investisseurs (hedge funds, et peut être traders d’établissements financiers plus classiques) considérant le contexte de difficultés de l’industrie automobile, spéculent à la baisse sur l’action Volkswagen après un mouvement de hausse intervenu auparavant. Ils effectuent des ventes à découverts massives.
  2. Porsche (elle-même sous contrôle familial), qui déclarait détenir 35% du capital de VW annonce qu’elle en détient directement ou par le biais d’options 74%. L’Etat régional de Basse Saxe en détenant 20%, les titres disponibles sur le marché sont en fait beaucoup moins nombreux que ce que pensaient les spéculateurs. Ils doivent acheter des titres pour réaliser la vente à laquelle ils se sont engagés.
  3. Ils le font tous en même temps sur un marché étroit et le titre explose.
  4. Du coup, la capitalisation boursière de Volkswagen et la part qu’elle représente dans l’indice DAX (l’équivalent du CAC 40 de la bourse de Francfort) explosent elles aussi ; tous les fonds qui sont gérés pour dupliquer cet indice doivent acheter du VW, ce qui accroit encore la hausse du cours et ainsi de suite. Au plus haut, la capitalisation de Volkswagen est devenue la plus grosse capitalisation mondiale devançant ExxonMobil alors que ses bénéfices annuels sont 10 fois plus faibles. Et la capitalisation de VW a représenté jusqu’à 37% de l’indice DAX.
  5. Après quoi le cours reflue de 50% cependant encore deux fois supérieur à celui d’avant l’épisode.

L’histoire n’est pas finie et chacun peut faire les comptes.

  • Il y a de lourdes pertes pour les spéculateurs qui ont joué la baisse. Cela pouvait représenter des sommes importantes et les rumeurs concernant les perdants éventuels a entrainé la chute du cours de certaines banques. Les nominés des rumeurs ont démenti.
  • La bourse de Francfort constate que le poids relatif trop important de VW menace la crédibilité de l’indice DAX et veut le faire baisser.
  • Porsche se propose de revendre 5 à 6% des 74 % d’actions qu’elle possède maintenant. Ce geste généreux lui permettrait de réaliser une belle plus-value par rapport au prix des options prises et sans doute d’en financer une bonne partie. L’achat de 30 % des actions Volkswagen ne reviendrait pas cher.
Créé le 31 octobre 2008 - Dernière mise à jour le 10 décembre 2015
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Noter cet article
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 4

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !