On lit dans la presse que le taux de la Banque Centrale Européenne est de 1% : pourquoi les crédits aux particuliers sont-ils bien plus élevés ?

Par Mapie

Les banques centrales (la Banque centrale européenne ou BCE, pour l'Europe) prêtent de l'argent aux banques, à un taux, dit « taux directeur ». Il s’agit en quelque sorte du prix de la "matière première" des banques. L'objectif de la banque centrale est que son taux ait une répercussion sur les taux proposés par les banques à leurs clients. Mais ceux-ci sont sensiblement plus élevés que le taux directeur, et ils n’évoluent pas toujours de la même façon car d’autres éléments entrent en jeu pour la détermination du prix de l’argent que les banques prêtent aux particuliers (c'est-à-dire des taux qu'elles leurs offrent).

  • Des ressources diverses : L'argent emprunté à la banque centrale au taux directeur n'est pas la seule ressource des banques. C'est une solution de financement en dernier recours, mais pour prêter de l'argent à leurs clients, elles trouvent de l’argent ailleurs : auprès de leurs propres clients (grâce à leurs dépôts), auprès d'autres banques à travers le marché interbancaire, auprès des investisseurs par l'émission d'obligations ou d'actions. Toutes ces ressources ont un coût.
  • Des durées différentes
    La durée de l’emprunt que vous contractez auprès d’une banque est plus élevée que celle des banques auprès de la BCE, qui est de très court terme. Or votre banque peut difficilement prévoir, à horizon de vingt ou trente ans, à quel taux elle pourra emprunter de l’argent et doit tenir compte de l'inflation. Si une banque vous prêtait de l’argent pour un crédit immobilier sur 20 ans au niveau de taux actuel de la BCE, elle serait très probablement perdante. S'agissant des crédits immobiliers à taux fixe, la référence que suivent les banques est d’ailleurs le loyer de l'argent à long terme (concrètement, le taux de l'OAT à 10 ans) qui n’est lui-même en rapport que de très loin avec le taux directeur de la BCE.
  • Le coût du risque
    Par ailleurs, la banque est soumise au risque de défaillance des emprunteurs. L'évaluation qu'elle fait du montant des crédits qui ne seront pas remboursés l’oblige à réclamer des taux d’intérêt plus élevés à tous ses clients, afin de demeurer bénéficiaire. Et plus le crédit accordé sera considéré comme risqué, plus les taux seront élevés. Ce qui explique en partie le niveau des taux des crédits à la consommation, qui sont pour les banques des prêts moins "sûrs", accompagnés de moins de garanties, que les prêts immobiliers.
  • Le prix du service
    Comme toute entreprise, une banque est soumise à des frais de fonctionnement qu’elle répercute ensuite sur le prix de ses produits, et cherche à dégager des bénéfices afin de pouvoir pérenniser et étendre son activité. Or la crise financière a là aussi gravement affecté les bénéfices des institutions bancaires, qui sont aujourd’hui contraintes de reconstituer leurs marges afin de garantir leur survie. Il s’agit là aussi d’un facteur d’augmentation du coût du crédit.
Créé le 22 juin 2009 - Dernière mise à jour le 01 janvier 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Noter cet article
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 0

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
QUESTIONS/RÉPONSES Posez votre question
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !