PRATIQUE

Prêter autrement

En règle générale, c’est la banque - et non ses clients - qui choisit les entreprises ou les ménages à qui elle accorde des crédits. Du reste, c’est la banque qui assume le risque dans l’hypothèse où l’emprunteur est un mauvais payeur. Des épargnants souhaitent cependant choisir les projets qui seront financés par leur épargne.

Tour d’horizon et explications sur les solutions qui s’offrent à eux.

Le crédit solidaire

L’objectif est que l’épargne des particuliers serve à financer le projet d’un entrepreneur dans un pays en développement. Il s’agit du microcrédit solidaire. Des plateformes de crédits solidaires mettent en relation des prêteurs et des demandeurs de financement.

En s’inscrivant sur une plateforme, telle que babyloan.org ou xetic.org, l’épargnant décide du projet qu’il veut financer. Cela peut être un salon de beauté au Nicaragua, une plantation de riz au Vietnam ou encore des produits artisanaux au Pérou. La plateforme sélectionne les projets selon la stabilité financière de l’emprunteur, la stabilité politique du pays et la dimension sociale de la mission.

Les montants demandés sont faibles, rarement au dessus de 1 000 €, pour une durée inférieure à deux ans. Il est possible de prêter seulement 50 € pour un projet. Le remboursement du prêt est assuré, même si l’entrepreneur a des difficultés, sauf en cas de forces majeures (troubles politiques, économiques ou naturels).

Les prêteurs ne reçoivent aucun intérêt sur ces prêts. En revanche, ils doivent s’acquitter d’unecommission  à la plateforme en fonction du montant prêté. Les fonds sont versés à une institution de microfinance qui accorde les prêts aux entrepreneurs et qui reçoit les intérêts versés par les emprunteurs. C’est cette institution de finance qui verse des frais d’inscription et une commission forfaitaire annuelle à la plateforme. 

Le financement participatif

L’épargne peut aussi financer des entrepreneurs individuels en France. Le site Friendsclear met en relation des prêteurs et des porteurs de projet. Le montant ne dépasse pas 25 000 € et l’apport peut être seulement de 100 €.

L’avantage pour le prêteur est de connaître l’utilisation de ses fonds. En s’inscrivant sur le site, il peut voter pour des projets. Les projets qui ont récupéré le plus de votes sont ensuite sélectionnés.

Pour l’emprunteur, cela permet d’obtenir des fonds que les banques lui refusent et de les obtenir rapidement. Des garanties de solvabilité financières sont demandées. Le site utilise les mêmes méthodes de notation que les banques traditionnelles.

Mais Friendsclear n’est pas une banque, c’est juste un intermédiaire. Le site est adossé au Crédit Agricole pour la récolte des dépôts. Chaque investisseur doit ouvrir un compte  dans cette banque. La rémunération de l’épargne est attractive. Au premier semestre 2012, le site offre jusqu’à 4,50 % bruts. 

Le prêt collaboratif

Enfin, l’épargne peut désormais financer des projets de particuliers. Le peer-to-peer lending, ou prêt collaboratif, est un système de financement qui permet à des particuliers disposant d’épargne de prêter des fonds à des particuliers qui ont des besoins de financement.

Inventé aux États-Unis au début des années 2000, ce système s’est largement développé en Asie et en Europe du Nord. En France, la législation est beaucoup plus rigoureuse. Seul un organisme financier  agréé par la Banque de France, peut accorder de tels crédits.

Prêt d’Union s’est vu octroyer cet agrément en septembre 2011. C’est le seul organisme de crédit collaboratif autorisé en France.

En tant que prêteur, l’avantage principal est de savoir que ces fonds sont utilisés pour financer des particuliers. Cela peut être un mariage, l’achat d’une voiture ou encore des travaux dans une maison. Les épargnants votent pour différents projets, les projets ayant récupéré le plus de votes sont plus susceptibles de voir leurs prêts accordés. Ensuite, tous les fonds sont mutualisés, un épargnant ne prête pas à une personne en particulier mais à l’ensemble des emprunteurs du site internet.

Dans les faits, il achète des obligations pour une durée déterminée de 3, 4 ou 5 ans à taux fixe. Grâce à la mutualisation des risques, il subit moins les risques de non-remboursement des emprunteurs. Cependant, aucune garantie n’est offerte pour faire face aux défauts de paiement des emprunteurs. La rémunération de ce genre d’obligations peut aller jusqu’à 6,5 % par an sur 5 ans.
Comme tout organisme de crédit, Prêt d’Union doit évaluer les capacités de remboursement de ses emprunteurs. De plus, il se rémunère grâce aux frais de dossiers payés par les emprunteurs.

Créé le 12 avril 2012 - Dernière mise à jour le 12 avril 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
4 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
L’équipe de l’IEFP, publié le 12/05/2016 12:01

Bonjour,

Vous avez deux solutions :

* effectuer un regroupement de crédits auprès d'un organisme de crédits. Pour en savoir plus : http://www.lafinancepourtous.com/Banque-au-quotidien/Regroupement-de-credits
* déposer un dossier de surendettement : http://www.lafinancepourtous.com/Banque-au-quotidien/Surendettement

Meilleures salutations.

L'Equipe de Lafinancepourtous.com

Gege , publié le 11/05/2016 14:00

J ai plusieurs petites dettes aui me pourrissent mon quotidien car je n ai aud l AH 625e je voulais savoir si il existais un organisme qui solderait mes petites dettes ce qui me permeterait de rembourser un seul creancier
Ce sont des petites dettes accumulees suites a des hospitalisations

L’équipe de l’IEFP, publié le 28/08/2014 16:49

Bonjour,

Les projets financés par le financement collaboratif (don, prêt gratuit ou rémunéré, investissement en capital) sont de natures très différentes. Nous vous invitons à lire notre dossier pratique sur la finance participative (http://www.lafinancepourtous.com/Epargne-et-placement/La-finance-participative) dans lequel vous trouverez quelques exemples de plateformes de crowdfunding. Sinon, vous pouvez contacter votre banque pour connaître les conditions d'octroi d'un prêt étudiant.

Meilleures salutations.

L'Equipe de Lafinancepourtous.com

Ophélie , publié le 27/08/2014 18:10

Bonjour,
j'ai trouvé une école de finance qui accepte les boursiers (celle ci : http://www.esgf.com/) mais malheureusement la bourse ne couvre pas l'intégralité de la scolarité. Pensez vous qu'un prêt collaboratif puisse me financer? Je n'ai trouvé que des crédits participatif destinés à des personnes qui veulent créer leur entreprise ou se lancer... ce qui n'est pas mon cas.
Merci de votre retour.

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !