Des solutions personnelles

Des solutions de prévoyance individuelles existent aussi pour faire face aux difficultés du chômage.

L’épargne

L’épargne est un moyen relativement sûr pour pallier une baisse de revenus passagère. Elle permet de conserver un minimum de pouvoir d’achat pendant quelques mois et ainsi de faire face aux aléas d’une perte d’emploi temporaire.

L’assurance perte d’emploi

Lors d’un achat immobilier, l’établissement financier qui vous octroie le prêt peut vous proposer de souscrire une assurance perte d’emploi (ou assurance chômage). Cette assurance a un coût. Non obligatoire, elle est parfois considérée par certains organismes financiers comme nécessaire à l’octroi du crédit. Ceci dit, aucun établissement ne peut vous l’imposer. Aujourd’hui, ce dispositif tend à se généraliser à d’autres types d’emprunts, comme le crédit auto voire celui à la consommation.

Les assurances perte d’emploi ne s’adressent qu’aux salariés bénéficiant d’un contrat de travail à durée indéterminée. Bon nombre de personnes ne peuvent donc adhérer à un tel contrat d’assurance. Certains assureurs exigent en outre une ancienneté d’au moins six mois ou un an chez le même employeur.

Par ailleurs, toutes les pertes d’emploi ne sont pas assurées. Seule la perte d’emploi involontaire est couverte par l’assurance. En conséquence, les personnes démissionnant ne peuvent y prétendre.

Cette assurance permet à l’assuré de bénéficier :

  • soit du report des mensualités pendant une période prévue à l’avance ou pendant le temps chômé,
  • soit de la prise en charge de tout ou partie des mensualités pendant la période de chômage.

Une fois souscrite, l’assurance perte d’emploi ne joue pas de manière systématique et immédiate. Deux conditions limitent le champ d’intervention de la garantie :

  • le délai de carence : la garantie ne joue pas pendant une période après l’adhésion variant selon les contrats (de 3 à 12 mois),. Si un licenciement intervenait à ce moment, vous ne seriez pas couvert par votre assurance,
  • la période de franchise : une fois acquise la prise en charge par l’assureur, une seconde période d’attente (3 à 9 mois) démarre avant de percevoir l’indemnisation de l’assurance.
    Lisez bien les conditions de cette assurance !

L’assurance « perte d’emploi » : quelques repères

Les conditions d’accès à l’assurance « perte d’emploi » sont assez drastiques. Variables selon les établissements bancaires, on peut tout de même les lister :

  • obligation de souscrire à une assurance décès invalidité
  • pouvoir bénéficier des allocations du régime de l’assurance chômage
  • être salarié en CDI avec un minimum d’ancienneté
  • conditions d’âge (souvent difficile à souscrire après 50 ans)

    Chaque établissement bancaire fixe lui-même ses conditions.

Sachez également que certains assureurs proposent une garantie « indemnité journalière » qui vous permet de bénéficier d’une allocation complémentaire en cas de perte d’emploi afin de maintenir votre niveau de vie. Cette offre de service s’inscrit dans le cadre d’un contrat individuel passé entre vous et votre assureur. Les conditions de souscription sont différentes selon les professionnels. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de plusieurs assureurs.

Liens

Pôle emploi

GSC – Garantie sociale des chefs et dirigeants d’entreprise|GSC – Garantie sociale des chefs et dirigeants d’entreprise

Créé le 08 septembre 2008 - Dernière mise à jour le 14 août 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !