Des solutions personnelles

Des solutions de prévoyance individuelles existent aussi pour faire face aux difficultés du chômage. La constitution d’une épargne de précaution permet de faire face aux premières difficultés financières. Lors de la conclusion d’un crédit, vous pouvez aussi souscrire une assurance perte d’emploi, pour couvrir le risque de licenciement.

L’épargne

L'épargne est un moyen relativement sûr pour pallier une baisse de revenus passagère. Elle permet de conserver un minimum de pouvoir d’achat pendant quelques mois et ainsi de faire face aux aléas d’une perte d’emploi temporaire.

L’assurance perte d’emploi

Lors de la conclusion d’un crédit immobilier, ou parfois d’un crédit à la consommation tel qu’un crédit auto, l’établissement financier peut vous proposer de souscrire une assurance perte d’emploi (ou assurance chômage). Cette assurance a un coût. Non obligatoire, aucun établissement ne peut vous l’imposer.

Cette assurance permet à l’assuré de bénéficier :

  • soit du report des mensualités pendant une période prévue à l’avance ou pendant le temps chômé,
  • soit de la prise en charge de tout ou partie des mensualités pendant la période de chômage.

Les conditions d’accès à l’assurance « perte d’emploi » sont assez drastiques, variables selon les assureurs :

  • être salarié en contrat à durée indéterminée (CDI) avec un minimum d’ancienneté d’au moins six mois ou un an chez le même employeur ;
  • pouvoir bénéficier des allocations du régime de l’assurance chômage, liées à une perte d’emploi involontaire (licenciement). Les personnes qui démissionnent ne bénéficient pas de la couverture de l’assurance perte d’emploi ;
  • conditions d’âge (souvent difficile à souscrire après 50 ans) ;
  • obligation de souscrire à une assurance décès invalidité...

Une fois souscrite, l’assurance perte d’emploi ne joue pas de manière systématique et immédiate. Deux conditions limitent le champ d’intervention de la garantie :

  • le délai de carence : la garantie ne joue pas pendant une période après l’adhésion variant selon les contrats (de 3 à 12 mois). Si un licenciement intervenait à ce moment, vous ne seriez pas couvert par votre assurance ;
  • la période de franchise : une fois acquise la prise en charge par l’assureur, une seconde période d’attente (3 à 9 mois) démarre avant de percevoir l’indemnisation de l’assurance.

Lisez bien les conditions de cette assurance !

Créé le 08 septembre 2008 - Dernière mise à jour le 19 janvier 2017
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !