Un cas isolé ou un problème plus général ?

la finance pour tous

Abacus est-il l’arbre qui cache la forêt ? Les investigations du Sénat américain laissent entendre que la banque d’investissement pariait depuis déjà plus d’un an sur l’effondrement des créances immobilières, avant de spéculer sur la dette grecque…

D’une part, de nombreux CDO du même type ont été créés dans les années 2006/2008.UBS ou Merril Lynch, JP Morgan, ont semble-t-il été même plus actifs en la matière que Goldman Sachs.

Les premieres structures de CDO de type Abacus

La SEC et d’autres autorités financières ont fait savoir que d’autres cas étaient étudiés. La banque néerlandaise Rabobank a pour sa part porté plainte auprès de la Cour suprême de New York contre Merril Lynch au sujet de l’implication du hedge fund Chicago Magnetar dans un CDO appelé Norma.

D’autre part s’agissant de Goldman Sachs, les conclusions de la sous-commission permanente des investigations du Sénat américain vont bien au delà du seul cas Abacus. Selon elle, Goldman Sachs qui gère en son sein pour compte propre des capitaux gigantesques, a parié à partir de 2007 sur l’effondrement du marché des créances immobilières, sans rien en révéler à ses clients, à qui elle vendait les produits dont elle se débarrassait.

A l’appui de l’accusation un mail de Llyod Blankfein le PDG de Goldman Sachs adressé à ses collaborateurs en novembre 2007 : «  Bien entendu, nous n’avons pas échappé à la pagaille des crédits immobiliers à risques. Nous avons perdu de l’argent, ensuite nous avons regagné plus que nous n’avons perdu grâce à des positions courtes ».

La banque a par ailleurs été accusée d’avoir été favorisée lors du sauvetage par les autorités de l’assureur AIG, à l’automne 2008 en bénéficiant de 13 milliards de dollars de fonds publics. Elle a également été soupçonnée d’avoir aidé dans le passé le gouvernement grec à obtenir des liquidités sans que cela apparaisse dans la dette publique grecque et d’avoir ensuite spéculé sur la dette grecque.

0 commentaire

Commenter