Placements et travaux verts : avantages fiscaux pour les particuliers

la finance pour tous

Certains travaux permettant de réduire la facture énergétiques des logements offrent une réduction d’impôt. Il existe également un système d’éco-prêt à taux zéro. Enfin, le Livret de Développement Durable Solidaire (LDDS) a pour double objectif de collecter des ressources au service du financement des travaux d’économies d’énergie dans les logements, et d’aider des associations d’intérêt général. Revue de détail.

Le CITE, pour rénover sa résidence principale

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Ecologique (CITE) offre un crédit d’impôt aux particuliers pour développer les énergies renouvelables, qui a pour en effet de réduire le montant de son impôt sur le revenu pour acquérir de nouveaux équipements moins énergivores. Ce dispositif s’adresse aux propriétaires, comme aux locataires d’une résidence principale.

Notre article pratique sur le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

L’éco-prêt à taux zéro, pour financer des travaux

Cet « éco PTZ » s’adresse également aux propriétaires et locataires d’une résidence principale. Le prêt, d’un maximum de 30 000 €, doit servir à financer des travaux d’amélioration de la performance énergétique du bien.

Notre article pratique sur l’éco-prêt à taux zéro 

Pour ces deux dispositifs, il faut que les travaux soient réalisés par un professionnel certifié RGE (reconnu garant de l’environnement).

Le LDDS, une épargne durable et solidaire

Le Livret de Développement Durable et Solidaire (ex-Codevi) reste globalement peu « vert », car 10 % des fonds collectés doivent servir à financer des prêts de rénovation énergétique de logements. Et la partie solidaire reste, pour le moment, chimérique  car le décret d’application n’est pas encore paru ! C’est un livret règlementé

Notre article pratique sur le Livret de Développement Durable Solidaire

0 commentaire

Commenter