Après le G20 : Le tableau de bord des réformes bancaires et financières

Les dirigeants des principaux pays industrialisés et des puissances émergentes étaient réunis à Toronto les 26 et 27 juin. Principaux points à l’ordre du jour la coordination des politiques économiques et celle de la réforme du système financier après la crise déclenchée il y a maintenant 3 ans.

Faut-il donner la priorité à la poursuite de politiques de soutien à la relance (position des Etats Unis) ou à la mise en place de plans d'austérité (position des pays européens) ?

Telle était en résumé la question posée en matière de coordination des politiques économiques. La réponse du G 20 est : Il faut « Poursuivre des mesures de relance budgétaire et communiquer des plans de consolidation (budgétaire) favorables à la croissance. « Pour tenir compte de cet équilibre, les économies avancées se sont engagées à mettre en place des plans budgétaires qui auront pour effet de réduire d’au moins de moitié les déficits d’ici 2013, et de stabiliser ou de réduire les ratios de la dette publique au PIB d’ici 2016 ». « Ces mesures seront différentes pour chaque pays et tiendront compte des circonstances nationales ». Sur cette base, chacun peut se sentir conforté dans ses choix.

S’agissant de la réforme du secteur financier, le débat portait principalement sur la création emblématique d’une taxe sur les banques. L’Allemagne, la France et le Royaume Uni y sont favorables. Le Canada, les Etats Unis, et les pays émergents y sont opposés. Réponse du G20 : chacun est libre d'agir comme il lui plaît. "Certains pays imposent une taxe financière tandis que d'autres ont choisi une approche différente".
Le G20 n’est pas le seul lieu où s’élaborent les réformes du système financier.

Le tableau que nous publions fait le point sur l’avancement des travaux pour les Etats Unis, pour l’Union Européenne et pour la France. Aux Etats Unis, après le vote de projets par la Chambre des représentants et par le Sénat un compromis a été trouvé et la réforme devrait bientôt être promulguée par le président Obama. Beaucoup d’observateurs considèrent que si la réforme reste ambitieuse des réformes importantes ont été rabotées comme l’interdiction pour les banques d’opérer directement sur les produits dérivés initialement inscrite.
Au niveau européen Le Commissaire Michel Barnier en charge de la question a publié la feuille de la Commission le 2 juin 2010. Une partie importante se jouera dans le cadre plus large du Comité de Bale qui doit décider prochainement des nouvelles règles prudentielles. L’Europe se conformera en effet à ces dispositions.

En vidéo

Danièle Nouy, Secrétaire Générale de la Commission bancaire, Secrétaire Générale de l'ACP explique les nouvelles régulations bancaires

/ [ /]

Créé le 28 juin 2010
© IEFP - la finance pour tous
 
Noter cet article
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 0

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !