Crédit : deux études soulignent la chute de la demande

Deux études viennent d’être publiées concernant l’évolution récente du crédit en France : la Banque de France a publié le 29 avril 2009 son enquête trimestrielle auprès des banques sur la distribution du crédit en France, tandis que l’Observatoire du crédit logement et l’Institut CSA viennent de remettre leurs statistiques sur les emprunts immobiliers au 1er trimestre 2009.

La distribution de crédit a continué de se resserrer pour les ménages (crédit à la consommation et crédit immobilier) ainsi que de façon plus modérée, pour les entreprises et les collectivités locales.

Evolution du crédit aux entreprises et aux collectivités locales

Selon la Banque de France, s’agissant des entreprises, le resserrement provient à la fois des critères d’octroi et de la demande perçue par les banques comme étant en repli mais plus modéré qu’à la fin de l’année 2008. De plus ce sont surtout les PME (par nature plus risquées) qui sont touchées par la défiance des banques, et qui manifestent par ailleurs un plus faible besoin de crédit.

Concernant les collectivités locales, ce sont les conditions de l’offre de crédit qui se sont durcies de façon plus sensible, tandis que la demande est restée inchangée.

Evolution du crédit aux particuliers

S’agissant du crédit aux ménages (consommation et immobilier) c’est la demande qui serait en recul alors que les critères d’octroi des banques sont demeurés inchangés.
Selon la Banque de France les banques attribuent ce repli à la dégradation de la confiance des ménages, au recul de leur consommation et à la dégradation des perspectives sur le marché du logement. Pour le deuxième trimestre, les banques s’attendent à une demande stable, sinon en légère diminution, et prévoient pour la plupart d’entre elles de laisser leurs critères d’octroi inchangés.

L’étude de l’Observatoire du crédit logement / CSA, corrobore celle de la Banque de France, en ce qui concerne la chute de la demande de crédit immobilier. Au premier trimestre 2009, les prêts à l’habitat ont connu une contraction sans précédent de 40 %.

L’Observatoire souligne que cette baisse de la demande intervient alors que la baisse des taux du crédit immobilier est sensible : le taux moyen des prêts immobiliers a chuté, passant de 5,15 % en novembre 2008 à 4,42 % en mars 2009.

Mais cela ne freine pas la diminution du recours à l’emprunt. En fait ce n’est pas seulement la demande d’investissement immobilier qui recule mais aussi l’offre. Les vendeurs préfèrent en effet différer leurs cessions. Le marché immobilier est gelé. Cette contraction parallèle de l’offre explique que les prix de l’immobilier n’aient pas – pour l’instant ? - fortement chuté ; les données de l’Observatoire du crédit au logement indiquent une baisse entre 3 et 4 % en 2008 et prévoient une inflexion des prix du même ordre au premier semestre 2009.

Dès lors la baisse de la quantité de prêts octroyés serait appelée à se poursuivre et les banques n'atteindront probablement pas leurs promesses de croissance de 4 % d'encours faites au gouvernement en contrepartie de son soutien financier.

Voir aussi :

Enquête trimestrielle auprèsdes banques sur la distribution
du crédit France

Le site de l' Observatoire Crédit Logement

Créé le 06 mai 2009
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !