LVMH/ Hermes : une montée en puissance surprise

Le groupe LVMH a créé la surprise en annonçant fin octobre 2010 avoir acquis 17,12 % des actions du groupe Hermes, une entreprise familiale qui appartient toujours à 73,4 % à la cinquième et sixième génération des héritiers du fondateur.

La loi impose aux actionnaires d’une société cotée de se dévoiler lorsqu’ils franchissent les seuils de 5 % et de déclarer leurs intentions lorsqu’ils franchissent les seuils de 10 % ou de 15 %.

Mais LVMH qui détenait auparavant 4,9 % des actions Hermes, n’a pas déclaré de franchissement de seuil avant de détenir 17,12 %. Avec l’appui de trois banques, Il a eu recours à partir de 2007 à des contrats à terme portant sur des actions Hermes, mais devant se conclure par des paiements en espèces du gain ou de la perte.

LVMH a décidé récemment de dénouer les contrats par l’achat effectif des actions. Il a alors déclaré le franchissement de seuil et son intention d’une participation amicale et pacifique, de soutien à la stratégie menée par la famille.

Les dirigeants de LVMH affirment avoir respecté la législation qui n’impose pas de comptabiliser parmi les actions détenues par un actionnaire les contrats à terme portant sur des actions mais se dénouant par du « cash ».

L’AMF a ouvert une enquête qui ne sera vraisemblablement pas conclue avant un an.

Sans attendre, le Président de l’AMF, Jean-Pierre Jouyet, a exprimé le souhait que la loi évolue - comme l’avait déjà fait l’AMF il y a quelques années à la suite du rapport Field de 2008 - afin que tous les instruments possibles soient pris en compte dans les règles d’information concernant les franchissements de seuil.

En savoir plus sur le franchissement de seuil

Créé le 29 novembre 2010
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !