Le système de retraite français réduit les inégalités de revenus entre retraités

Selon une étude de l’Insee, en corrigeant les aléas de carrière, le système de retraite atténue la dispersion des pensions (écart entre les pensions les plus élevées et les pensions les moins élevées) par rapport à celle des salaires.

Cette étude met en évidence le caractère redistributif du système de retraite français. Le montant des pensions versées aux retraités (tous régimes confondus) n’est pas strictement proportionnel au montant des salaires perçus au cours de la carrière.

Un rapport de 4,1% pour les pensions contre 5,8 % pour les salaires

Alors que les 10 % des salariés les plus aisés perçoivent un salaire 5,85 fois plus élevé que les 10 % les plus défavorisés, les 10 % des retraités les plus favorisés perçoivent une pension seulement 4,10 fois plus élevée que les 10 % des plus défavorisés lorsqu’ils partent à la retraite. C’est la notion de dispersion (ou d’inégalité) des salaires et des pensions.

Ce constat est encore plus marqué pour les femmes que pour les hommes. Lorsqu’elles sont en activité, la dispersion des salaires est de 6,73 (contre 3,38 pour les hommes), du fait notamment de salaires plus faibles et de carrières plus courtes. Cet écart est compensé en partie par le système de retraite, la dispersion des pensions n’étant plus que de 4,32 pour les femmes (2,95 pour les hommes). Les femmes bénéficient donc plus que les hommes des dispositifs correcteurs prévus par notre système de retraite.

Les dispositifs correcteurs contribuant à la réduction des inégalités de carrière

Certaines composantes de notre système de retraite favorisent la réduction des inégalités de montant de pension entre retraités, en compensant les « accidents » de carrière.

Il s’agit des mécanismes de majoration du montant de la pension, de la validation de trimestres « assimilés » à des périodes de cotisation ou de majoration de durée d’assurance prévus pour compenser des périodes de chômage, de temps partiel subi, d’interruption de carrière pour élever ses enfants, de maladie ou d’invalidité…

En revanche, d’autres mécanismes liés à la structure de notre système de retraite, ont un impact global d’amplification des inégalités de carrière. Il s’agit notamment de la prise en compte dans le calcul de la retraite des seules « meilleures années » ou la différence de traitement des salaires au-dessus et en dessous du plafond de la Sécurité sociale.

L’impact de ces divers dispositifs sur les disparités de pension évolue au cours des années et selon les générations, en fonction des changements de réglementation et des évolutions des profils de carrière. L’évolution est orientée vers la réduction des disparités des montants de pension entre retraités.

Créé le 25 juillet 2012
© IEFP - la finance pour tous
 
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !