Les ateliers de la finance responsable

Les ateliers de la finance responsable se sont tenus le 12 juin 2012 à Paris. Ce fut l’occasion pour l’organisateur (1) de présenter une cartographie de la finance « altruiste » en Europe, et pour les principaux acteurs français de la finance éthique, de présenter les différents produits ouverts à la souscription.

Carte d’Europe de la finance altruiste

Dans tous les pays d’Europe, l’histoire des banques alternatives et des produits de partage est portée par des personnalités emblématiques, des pionniers et des parcours individuels. Née dans les années 70 dans plusieurs Etats européens, cette « autre » finance connaît ces dernières années, du fait de la crise économique et de l’image dégradée des banques et de la finance traditionnelle un croissant succès d’estime même si les encours concernés restent extrêmement modestes (10 milliards d’euros pour toute l’Europe dont 8 Mds pour les formules d’épargne et 2 Mds pour les volumes de transaction des cartes bancaire) et encore plus les dons générés (85 millions d’euros).

Selon cette étude, la France est le pays qui abrite le plus de solutions de partage avec 126 produits commercialisés, devant le Royaume Uni (96). Mais en termes de dons, elle arrive en 2ème position derrière le Royaume Uni, dont le fonds de partage géant « The Children’s Investment Fund » pèse à lui seul plus que tous les autres produits européens réunis. Si l’on rapporte ces dons au nombre d’habitants, et si l’on excepte le Royaume Uni, la Suède est la plus généreuse (6 fois plus que la France et 30 fois plus que l’Italie). La Suède et la Suisse génèrent des dons essentiellement par l’intermédiaire des fonds de partage (90 %) tandis qu’en Espagne les 2/3 des dons se font par l’utilisation de cartes bancaire. En France, 30 % se font via les comptes, 20 % via les cartes et 50 % grâce aux fonds de partage.

Les produits de partage commercialisés en France

Cartes bancaires

Pour soutenir les associations grâce aux cartes bancaires, plusieurs mécanismes possibles : versement d’un certain pourcentage de chaque achat, distribution d’une somme fixe à chaque opération ou don de tout ou partie de la cotisation. Les dons peuvent être initiés par la banque ou par le client.

En France, la première carte a été créée en 2002 par le Crédit Coopératif (carte « Agir »). D’après le décompte d’Axylia, il y aurait dans notre pays 45 cartes de partages ayant généré 2 M€ de dons en 2010, dont la moitié en provenance des cartes sociétaires du Crédit Agricole (un million de sociétaires détiennent cette carte). Les dons collectés au travers de ces cartes financent des initiatives locales, mais au niveau européen, on constate que les causes les plus bénéficiaires sont l’humanitaire et l’environnement.

Livrets et comptes

Le livret de partage est le plus ancien produit de partage européen. En France il apparaît en 1989, via la NEF. Le partage est le plus souvent consenti par le souscripteur qui donne une part de ses intérêts annuels à une association. La France est leader dans ce domaine : ses 26 produits représentent 40 % des encours et 52 % des dons. Ces derniers sont très concentrés puisque 60 % d’entre eux proviennent du Crédit Coopératif (livret Agir). La plupart des acteurs sont des alternatifs (NEF, Crédit Coopératif). Seule la Société Générale semblerait avoir creusé le sujet : plutôt que de créer un produit dédié, elle propose depuis 2010 de convertir les livrets traditionnels au partage, et abonde les dons à hauteur de 10 %. 

Les montants restent somme toute extrêmement modestes, avec, en France, 370 M€ d’encours et 2,7 M€ de dons.

Fonds de placement

Dans une conception large du fonds de partage (flux financiers au profit d’une association bénéficiaire, que le partage provienne du souscripteur par abandon d’une partie de ses intérêts ou de l’opérateur par abandon d’une partie de ses frais de gestion). La plupart des fonds sont « estampillés » ISR et/ou Finansol.

En France, sur 650 M€ d’encours, la partie « dons » représente 4 M€.

Assurance-vie

L’assurance vie de partage est tout à fait embryonnaire puisqu’en France elle ne représente en 2010 que 116 000 € de dons sur 1300 Mds€ encours d’assurance vie ! L’essentiel de ces dons (plus de 100 000 €) provient d’un produit - Entraid’Epargne - développé par la Carac (mutuelle) qui rétrocède 1% des versements à cinq associations partenaires.

(1) Organisés par la société de conseil Axylia spécialisée en ISR et en philanthropie en partenariat avec divers acteurs de la finance éthique et solidaire (Crédit Coopératif, Société Générale, BFM et Anoria).

Créé le 18 juin 2012
© IEFP - la finance pour tous
 
Noter cet article
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 0

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !