Sommet du G20 : de nouvelles avancées

Le sommet du G20 du 2 avril 2009 s’est achevé par l’adoption d’un ensemble de mesures qui vont bien au-delà de la simple déclaration d’intention.

Des moyens financiers supplémentaires et des pouvoirs accrus pour les institutions financières.

Le FMI, grand gagnant du G20 ?

D’une part des moyens financiers nouveaux ont été dégagés, via les organisations internationales. Ainsi le Fonds Monétaire International (FMI) voit ses moyens tripler, passant de 250 milliards de dollars à 750 milliards. La moitié de la somme sera apportée par les Etats et les 250 milliards de dollars restants seront obtenus par création monétaire (émission de « droit de tirage spéciaux », l’unité de compte du FMI). Il ne s’agit pas là d’un nouveau plan de relance internationale, mais de mesures destinées à permettre au FMI de jouer son rôle de prêteur aux Etats les plus en difficulté.

Les pays émergents qui ont accepté le renforcement des ressources du FMI, où ils sont actuellement sous-représentés, se sont vu promettre une modification des droits de vote pour 2011. De plus l’accord implicite réservant à un Américain la présidence de la Banque mondiale et à un Européen celle du FMI a été abandonné. Le G20 entérine donc l’entrée définitive sur la scène politique internationale des grands pays émergents, qui intègre ainsi un nouveau « directoire mondial ». L’ère du G7 (puis G8) est peut-être révolue.

Des sommes importantes débloquées

Par ailleurs 250 milliards de dollars seront injectés pour aider le financement du commerce (financement d’exportations, agences d’investissement), afin de relancer les échanges mondiaux. Cette décision s’inscrit dans un ensemble de déclarations soulignant le danger d’un retour du protectionnisme et la nécessité de combattre celui-ci.

Enfin, 100 milliards de dollars seront accordés aux banques de développement, telles la Banque asiatique de développement et la Banque africaine de développement. Celles-ci doivent également soutenir les échanges mondiaux.

Le Forum de stabilité financière rénové

Outre le FMI, le Forum de stabilité financière   Définition Le Forum de Stabilité Financière internationale (FSF) a été créé en février 1999 à l’initiative des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales des pays du G7.
Il vise à coordonner les efforts de ses différents membres afin de promouvoir la stabilité financière internationale, d’améliorer le fonctionnement des marchés et de réduire les risques systémiques.
Rassemblant les autorités monétaires et financières, les superviseurs et les régulateurs des grandes places financières, ainsi que diverses institutions ou organisations internationales, le Forum constitue une instance de coopération et de discussion, qui a pour mission d’apprécier les facteurs conjoncturels et structurels de vulnérabilité et les dynamiques du système financier mondial, en vue d’identifier et de coordonner les actions à entreprendre pour répondre aux enjeux majeurs.
Le Forum a formulé des recommandations sur différents aspects essentiels au maintien de la stabilité financière internationale (liste des codes et standards internationaux, liste des centres « offshore » selon la qualité de supervision, gestion des crises, risque financier systémique posé par les hedge funds…)
Consulter le site
(FSF) - dont le rôle est de détecter les risques financiers- a vu son importance confirmée. Il s’élargit à de nouveaux membres et change par ailleurs de nom, devenant le Comité de stabilité financière.

Deux listes pour les paradis fiscaux

Le principe d’une liste des paradis fiscaux a été accepté par les participants. Elle a été publiée le jour même par l’OCDE. Seuls quatre pays y sont inscrits (le Costa Rica, la Malaisie, les Philippines et l'Uruguay), car tous les autres ont récemment pris l’engagement de faire évoluer leur législation. Une « liste grise » de trent-huit pays n’ayant pas encore « substantiellement » mis en œuvre leurs engagements a toutefois été publiée, sur laquelle se trouvent les paradis fiscaux les plus connus (Monaco, la Suisse, le Liechtenstein, Luxembourg…).

Le communiqué final du sommet affirme que « l’ère du secret bancaire est terminée » et que des « sanctions » seront prises contre les centres fiscaux non coopératifs.

Des sujets qui restent cependant encore à aborder

Enfin, même si aucune mesure concrète n’a été prise, le G20 a annoncé que des contrôles accrus seraient mis en œuvre en ce qui concerne les agences de notation, les fonds spéculatifs, ainsi que les règles en matière de rémunération dans le secteur de la finance.

Parmi les thèmes qui restent à aborder, les déficits publics et les déséquilibres de changes restent des enjeux cruciaux. Une nouvelle réunion a toutefois été programmée pour septembre 2009.

Découvrez notre dossier complet pour comprendre la crise financière.

Créé le 03 avril 2009
© IEFP - la finance pour tous
 
Noter cet article
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 0

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !