Banque d’investissement

On lit dans la presse que la crise financière actuelle marque la fin du modèle des banques d’investissement indépendantes. Mais qu’est ce qu’une banque d’investissement, que fait-elle de si singulier ? Mon chargé de clientèle appartient-il à une banque d’investissement ? Est-il menacé par la mort programmée des banques d’investissement ?

Pour comprendre ce qu’est une banque d’investissement, il faut d’abord savoir ce qu’elle ne fait pas. Elle ne reçoit pas les dépôts des particuliers. Avant sa faillite, vous n’auriez pas pu ouvrir un compte chez Lehman Brothers ; vous ne le pouvez pas davantage chez Goldman Sachs ou JP Morgan, ni en France chez Natixis ou Calyon, filiales de grands groupes connus. La banque a bien des clients, mais il s’agit essentiellement d’entreprises et d’investisseurs qui recherchent, soit à se financer soit à placer leurs liquidités. Ne recevant pas de dépôts des particuliers, les banques d’investissement indépendantes recherchent la liquidité auprès des autres banques, ou de la Banque centrale, ce qui explique en partie qu’en cas de crise de liquidité, elles soient les premières touchées.

Les banques d’investissement ont essentiellement trois types d’activités.

Le premier est hérité des banques dites d’affaires   Définition Initialement spécialisées dans l’accompagnement des entreprises (activités de conseil, et notamment en fusion-acquisition), les banques dites d’affaires sont aujourd’hui la plupart du temps également engagées dans des activités de marché (augmentation de capital, placement d’obligations, titrisation), qui étaient auparavant l’apanage des banques dites d’investissement . La distinction entre banque d’affaires et banque d’investissement n’est dès lors plus guère opérationnelle.
  Définition Initialement spécialisées dans l’accompagnement des entreprises (activités de conseil, et notamment en fusion-acquisition), les banques dites d’affaires sont aujourd’hui la plupart du temps également engagées dans des activités de marché (augmentation de capital, placement d’obligations, titrisation), qui étaient auparavant l’apanage des banques dites d’investissement . La distinction entre banque d’affaires et banque d’investissement n’est dès lors plus guère opérationnelle.
et consiste à faire du conseil, notamment en fusion-acquisition.

L’autre ensemble d’activités est lié au financement des entreprises. Les banques d’investissement organisent les augmentations de capital, les introductions en bourse, le lancement d’emprunts obligataires.

Enfin, le troisième type d’activités vise à trouver les placements financiers ou les couvertures les plus rentables. La banque sert d’intermédiaire à ses clients sur les marchés financiers et sur les marchés des changes. Un fonds d’investissement recherche une rentabilité maximum avec un fort effet de levier ? La banque l’accompagne dans un LBO, ou conçoit des produits complexes utilisant notamment des dérivés   Définition Produits financiers complexes qui sont liés à (ou « dérivent de ») d'autres actifs (actions, obligations, matières premières, indice,...), qualifiés de sous-jacents. Les principaux dérivés sont les options, les contrats à terme, les swaps et dérivés de crédit.
  Définition Produits financiers complexes qui sont liés à (ou « dérivent de ») d'autres actifs (actions, obligations, matières premières, indice,...), qualifiés de sous-jacents. Les principaux dérivés sont les options, les contrats à terme, les swaps et dérivés de crédit.
parfois intégrés dans des véhicules de titrisation .

Ces activités ont été extrêmement rentables ces dernières années, ce qui explique qu’en France, même les banques traditionnellement de détail s’y soient mises, au travers de filiales parfois distinctes, mais toujours rattachées à leur maison-mère.

Pourquoi une telle rentabilité ? Sans doute parce que tout le monde y croyait, la confiance étant un élément clé dans ces matières. Et certainement aussi parce que l’activité était risquée, et, comme on le sait, le rendement est lié au risque. Mais tout le monde avait oublié ou minimisé les risques liés à l’utilisation d’outils complexes comme les dérivés de crédit   Définition Il s’agit de produits financiers dérivés, dont le « sous-jacent » est un actif de type crédit, c'est-à-dire une créance ou une obligation. Ce produit permet aux banques de transférer le risque (et tout ou partie des revenus !) relatifs au crédit, sans transférer l'actif lui-même.
L'utilisation des dérivés de crédit a d’abord permis aux banques de diversifier leurs portefeuilles de crédit. Ainsi deux banques, l'une spécialisée dans le crédit au secteur internet, l'autre dans le crédit à l'industrie, peuvent acheter chacune une part des revenus liés au portefeuille de l'autre. Chacune diversifie ainsi les risques encourus, en bénéficiant de plus de l'expertise de sa contrepartie dans son domaine de compétences.
Ces instruments sont devenus de plus en plus sophistiqués. On trouve aujourd’hui toutes sortes de dérivés de crédit, qui portent des noms anglo-saxons, à commencer par les swaps (« credit defaut swap », CDS, CDO…) Ils sont au cœur de la crise des subprimes , qu’ils aient ou non été logés dans des véhicules ad hoc de titrisation, qu’ils aient été utilisés que par les prêteurs (qui veulent sortir leurs risques de crédit) ou les emprunteurs (qui veulent se couvrir contre d'éventuelles fluctuations des conditions de marché qui pourraient amener une dégradation de leurs conditions de financement). Ces dérivés de crédit ont eux-mêmes été garantis par des rehausseurs de crédit .
et la titrisation , dont l’objet même était de sortir les risques du bilan des banques. Sortis de leurs bilans, mais revenus en boomerang affecter le bilan des banques d’investissement jusqu’à provoquer la faillite ou la disparition des plus connues d’entre elles.

Créé le 23 septembre 2008 - Dernière mise à jour le 05 avril 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
5 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
sstkaba , publié le 29/03/2016 16:42

Merci pour vos eclaircissement

L’équipe de l’IEFP, publié le 20/01/2016 10:05

Bonjour,

Il convient de vous adresser à votre propre banque d'abord puis de faire le tour des autres banques commerciales. Vous pouvez aussi déposer des dossiers auprès de business angels : http://www.franceangels.org/

Meilleures salutations.
L'Equipe de Lafinancepourtous.com

COULIBALY 99 , publié le 20/01/2016 09:25

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2016
Je suis porteur de projet innovant ,et futuriste,je suis à la recherche d'un investisseur, je suis à la recherche d'une banque à ce effet. Aidez moi,ou à défaut guides moi vers un investisseur.

Diègo , publié le 31/05/2015 19:11

Bonjour à tous,

J'espère qu'avec les infos financiers pour tous. On peut avoir une avance sur ce sujet aux particuliers qui veulent entrer dans l'économie.
Merci à plus!

joline , publié le 20/05/2014 14:14

Où est la transparence dans tout ça?

Noter cet article
  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 5

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
QUESTIONS/RÉPONSES Posez votre question
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !