Index d’égalité salariale : premiers résultats

la finance pour tous

Les entreprises de plus de 1000 salariés devaient publier le 1er mars le résultat de leur index d’égalité homme femme dans les entreprises. Il fallait dépasser la barre des 75/100 pour être dans les clous. Pour l’instant, seulement la moitié ont rendu leur note publique.

L’Etat avait dévoilé un index en novembre dernier, passé inaperçu pendant la crise des « gilets jaunes », qui devait répondre à la persistance des inégalités salariales entre les hommes et les femmes.

Un index sur les discriminations regroupant 5 indicateurs

Les entreprises sont dorénavant notées à partir d’un index compris entre 0 et 100, où 100 sera la meilleure note. Il est composé de 5 indicateurs qui doivent permettre d’atteindre les 5 objectifs suivants :

Indicateur

Poids

Score

Ecart de rémunération de base et variable + primes individuelles

40 %

de 0 à 40 points

Ecart  de répartition des augmentations individuelles

20 %

de 0 à 20 points

Ecart de répartition des promotions

15 %

de 0 à 15 points

% de salariées augmentées à leur retour d’un congé maternité

15 %

de 0 à 15 points

Nombre de femmes dans les 10 plus hautes rémunérations

10 %

de 0 à 10 points

TOTAL = INDEX

100 %

de 0 à 100 points

 

Index d’égalité salariale : pour l’instant seules les grandes entreprises sont concernées

Au 1er mars, seules les grandes entreprises de plus de 1000 salariés devaient publier leurs résultats. Mais dès septembre prochain, c’est aux entreprises de plus de 250 salariés de s’y contraindre à leur tour. Les entreprises plus modestes (entre 50 et 250 salariés) ont encore un an devant elles.

Calendrier index contre discriminations salariales

Si les entreprises sont sous la barre des 75/100, elles ont alors trois ans pour corriger le tir au risque de subir des sanctions financières.

Les meilleures notes des entreprises du CAC 40 sont…

Il s’agit de la filiale Hygiène et propreté de Sodexo qui obtient 100/100. Suivent des entités du groupe Danone et Sanofi avec 98 points. Mais au niveau des entités principales des entreprises du CAC 40, c’est Michelin, Orange, Schneider Electric, Cap Gemini, EssilorLuxottica et Sanofi qui arrivent en tête avec 94 points sur 100.

En revanche, Atos et ArcelorMittal Industeel ne franchissent pas la barre des 75 points.

Plus généralement, sur cet échantillon de 700 grands groupes (sur 1400 normalement attendus), 118 entreprises n’atteignent pas le seuil des 75 points, soit un peu plus de 15 %.

La plus mauvaise note est de 51 points.