Grand prix 2018

la finance pour tous

Pour cette quatrième édition du Grand prix de La finance pour tous, la cérémonie s’est déroulée le 6 avril 2018 au siège de La MIF, mécène de cette édition.  Une manifestation très conviviale, qui a permis à l’assemblée de visionner les œuvres des lauréats et de faire plus ample connaissance avec eux. Le cru 2018 : une grande diversité qui montre que l’argent est un sujet dont peuvent aussi s’emparer les littéraires !

A quoi sert l’argent ?

Grand Prix 2018Ce Grand prix a pour objectif de récompenser les meilleures productions pédagogiques originales (article, vidéo, application, infographie dynamique, bande-dessinée,…) proposées par des étudiants sur un thème économique et/ou financier. Le thème 2018 posait la question « A quoi sert l’argent ? ».

La cérémonie a eu lieu en présence de Serge Gayraud, Président de La MIF, mécène du Grand prix, ainsi que des membres du jury (1), et d’un public de partenaires et soutiens de notre association. Au total, près de 30 productions pédagogiques ont été réalisées par quelque 50 étudiantes et étudiants, issus de formations très diverses : école de commerce, de journalisme, université, BTS…

Serge Gayraud a introduit la remise des prix en rappelant les origines de la MIF, créée il y a plus de 150 ans, et qui offre à ses sociétaires des supports d’épargne et de prévoyance. « La MIF qui partage avec l’IEFP le constat de l’importance de l’éducation financière du public ne pouvait que répondre favorablement à la proposition de sponsoring du Grand Prix Etudiant 2018 de La Finance pour tous ».

Pascale Micoleau-Marcel, Déléguée générale de La finance pour tous s’est félicitée de la qualité des productions reçues et de la diversité des supports utilisés : « Le cru 2018 est de très grande tenue. Est-ce le sujet assez général choisi par le jury cette année, mais nous avons reçu des productions très variées : des poèmes, des chansons, et même un jeu, en plus des traditionnelles vidéos qui ont, elles aussi, été primées ».

1er prix : A quoi sert l’argent ?

Axel Wursthorn (Licence d’économie – Université Paris Dauphine) a reçu le premier prix d’une valeur de 1 500 €. Sa vidéo pédagogique pose les bases du problème : les relations des particuliers avec l’argent, l’utilité de ce dernier dans la vie de tous les jours, et les nombreuses fonctions de l’argent à l’échelle d’un Etat.

L’argent circule dans notre économie, et fait le lien entre les différents marchés, permettant de consommer, d’investir et même de créer des emplois… Un système qui repose sur une notion principale : la confiance.

« Le mix du discours et du format employé constitue un très bon exercice de communication ; mais au-delà, c’est aussi la remarquable dimension pédagogique qu’il convient de souligner », a souligné Patrick Celeri, Directeur du développement de la MIF et membre du jury.

2ème prix : « Une entrecôte, un Saint-Julien »

Lison Lopez (Sciences-Po Bordeaux), remporte le deuxième prix, d’une valeur de 1 000 €. Avec sa chanson au rythme bien cadencé, Lison Lopez a choisi de traiter le thème 2018 sous l’angle du l’humour !

« Le fric, on se dit qu’on s’en fout c’est sûr,
Qu’on peut vivre sans un sou, à l’air pur,
Que le champagne et son caviar,
C’est pour les escrocs, les toquards,
Qui cèdent à cette dictature… »…

Le blé, paraît que c’est pas si mal c’est clair,
Avec un petit plus on serait pépères,
On inviterait les copains,
Une entrecôte, un Saint Julien,
Dans la maison chaude même l’hiver… ».

Les paroles intégrales de la chanson

A écouter en musique !

Rémi Jeannin, Vice-président du Printemps de l’Economie et membre du jury, est très élogieux : « La chanson proposée par Lison Lopez a des qualités artistiques indéniables, par la poésie des paroles, qui jouent sur les doubles sens et le lexique très vaste des mots de l’argent, et par la réalisation musicale. Elle a aussi des qualités pédagogiques. Sans pouvoir prétendre répondre complètement à cette question, ce qu’une chanson ne pourrait faire, elle reformule la question de manière habile, ce qui est un point de départ absolument indispensable dans toute démarche de connaissance. La chanson apporte sa réponse en déplaçant la question : “Le flouze, c’est finalement pas le problème / La question c’est plutôt comment on l’sème”, ou comment la réponse à la question de départ en amène une autre. Pour ce cheminement, pour la qualité de la réalisation artistique : un très grand bravo ! »

Pour cette année, deux candidats reçoivent le troisième prix et 500 € chacun.

3ème prix ex-aequo : A quoi sert l’argent, retour en cours d’économie

Stéphane Geneste (Ecole Supérieure du Journalisme de Lille) reçoit le troisième prix, avec une vidéo originale qui a pour objectif de reprendre les bases des fonctions de la monnaie. Son cheminement commence par un passage à la boulangerie, puis une brève lecture du dictionnaire, et ensuite une analyse de la pensée de grands économistes. L’argent, en tant qu’unité de compte, est un instrument qui permet d’estimer la valeur d’un bien. C’est également un intermédiaire des échanges et une réserve de valeur. Son œuvre traite également du rôle social de l’argent : la sécurité, la liberté et l’indépendance, ainsi que le pouvoir… parfois assorti  de violence.

« Nous avons choisi de décerner le troisième prix à Stéphane Geneste car sa vidéo est parfaitement centrée sur le thème de l’année 2018. Le lauréat donne plusieurs éléments de réponse (c’est un intermédiaire des échanges, etc.), sans s’éparpiller ou digresser. Par ailleurs, tout au long de la vidéo, il utilise un exemple simple et clair pour illustrer son propos (le prix d’une baguette de pain). Cela rend le contenu très accessible et pédagogique, ce à quoi j’ai été, personnellement,  très sensible. Représentant les éditions First et en particulier notre collection « pour les Nuls », tout bon travail de vulgarisation m’interpelle. Le jury a également apprécié que le lauréat revienne aux fondamentaux, en mettant en avant et en explicitant les théories des plus grands économistes (Marx, etc.) », a déclaré Marion Bolingue, membre du jury et représentant des Editions First.

3ème prix ex-aequo : Et si l’argent ne servait à rien ?

Jean-Loup Delmas (Institut Pratique du Journalisme – Université Dauphine) reçoit également le troisième prix, avec son poème baptisé « Et si l’argent ne servait à rien ? ». Un texte mêlant ironie, mélancolie de la jeunesse, et approche philosophique et économique du thème de l’argent.

Extrait :

« On lui prête bien des maux, des injustices et des cruautés,
Devant nos bières, à seize ans, on a tous songé à s’en passer,
Face à l’argent roi, on a levé nos poings, dressé de bien rouges drapeaux,
Porté des t-shirts du Che en imaginant un monde forcément plus beau. »…

« Mais gardons toujours cette pensée à l’esprit,
Si l’argent ne servait à rien, s’il n’y avait aucun profit,
Nous perdrions tellement d’acquis, d’humanité, de rites,
Et il n’y aurait aucune monnaie pour mesurer un tel déficit. »

Intégralité du poème

Jean Bensaid, membre du jury et du conseil d’administration de La finance pour tous a particulièrement apprécié cette œuvre : « Jean-Loup Delmas a décidé de marier deux mondes a priori étrangers : la poésie et la finance. En 7 strophes et pas moins de 80 vers tous rimés, son Poème « et si l’argent ne servait à rien ? » réussit la prouesse de faire une histoire de la monnaie, de ses fonctions principales … et aussi des dérives de l’argent ! Mais ce qui m’a le plus séduit dans la production de Jean-Loup, c’est la manière originale dont il décrit le lien intime qui existe entre l’essor de la monnaie et le développement des échanges, de la civilisation, du savoir et de la culture. En ces temps de tentation protectionniste un peu partout dans le monde, ce rappel historique est bienvenu, surtout venant de la jeune génération. ».

«  Pour avoir eu le talent de dépoussiérer un sujet qui de prime abord pouvait paraître bien austère, félicitations aux quatre lauréats de ce Grand Prix, mais également à l’ensemble des participants pour la qualité, la créativité et la diversité de leurs productions », a conclu Serge Gayraud.

Lauréats Grand prix 2018Crédit photo François Renault

Partenaires Grand Prix