Les banques créent-elles de la monnaie ?

la finance pour tous

Question

On dit que les banques créent de la monnaie, est-ce exact ?

Par Stéphane

Réponse

Le mécanisme principal de la création monétaire repose sur le crédit bancaire. La monnaie est donc créée lorsqu’une banque accorde un crédit à un client.

Depuis 1971 et la fin des accords de Bretton Woods, la monnaie n’a plus aucun lien avec l’or, qui est devenu une simple matière première. Ainsi, la création monétaire n’est pas liée aux découvertes d’or.

Le processus principal de la création monétaire repose sur le crédit bancaire. Lorsqu’une banque accorde un crédit, elle crée la monnaie correspondante en créditant le compte de son client. Cette création monétaire est scripturale, c’est-à-dire qu’elle se fait via des écritures comptables et non par l’impression de nouveaux billets. La création de billets et de pièces correspond à de la fabrication physique de monnaie. Cependant, quand un particulier retire de l’argent au distributeur, la somme retirée en billets est retranchée de son compte bancaire. La masse monétaire reste donc identique bien que sa composition ait changé.

Les dépôts ne sont donc pas un préalable à l’octroi de crédit. En fait, quand une banque crée de la monnaie en accordant un crédit, elle crée par la même occasion un dépôt bancaire en mettant à disposition de son client la monnaie ainsi créée. Ce sont donc les crédits qui font les dépôts, un mécanisme qui peut sembler en contradiction avec la croyance populaire qui veut que ce soient les dépôts qui fassent les crédits !

À l’inverse, la monnaie est détruite lorsqu’un emprunt est remboursé. Ainsi, s’il y a plus de crédits accordés que de crédits remboursés sur une période donnée, la masse monétaire augmente. Inversement, elle diminue si les remboursements sont supérieurs aux crédits accordés.

Cependant, la capacité des banques à créer de la monnaie n’est pas illimitée. Elles sont contraintes par des exigences de refinancement fixées par la banque centrale. C’est donc la banque centrale (en zone euro, la Banque centrale européenne) qui, en faisant varier son taux de refinancement, l’un des taux d’intérêt directeurs, pilote la création monétaire.

    27 commentaires sur “Les banques créent-elles de la monnaie ?”
    1. Bonsoir, merci pour ces explications. Je ne comprends encore pas bien comment des crédits peuvent créer la monnaie et en quoi le remboursement de crédit détruit la monnaie.
      Merci d’avance

      1. Bonjour,
        Lorsqu’une banque accorde un crédit, elle crée de la monnaie en créditant le compte de son client du montant du prêt. Cette création monétaire se fait de manière « scripturale », c’est-à-dire qu’elle passe par des écritures comptables et non par l’impression de nouveaux billets. Lorsque le client rembourse son emprunt, le processus inverse est à l’œuvre : la monnaie préalablement créée est alors détruite.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour,
      Merci pour toutes cex explications mais un point m’échappe encore. J’ai du mal à comprendre en quoi le non-remboursement d’un prêt est un risque pour la banque. Puisque c’est « uniquement » de la monnaie scripturale qui a été créée et non de la monnaie centrale la banque ne perd aucun argent pour financer ses transactions sur le marché interbancaire. Comme la création est réalisée via un jeu d’écritures comptables, je ne vois pas en quoi le non-remboursement constitue une perte pour la banque puisque sa trésorerie ne va pas changer. Et que l’éventuel argent reçu en remboursement du prêt sera détruit (donc que le prêt soit remboursé ou non la banque n’en voit pas la couleur).
      Et deuxième question liée, concrètement que se passe-t-il pour la banque si un agent ne rembourse pas son prêt ? Elle ne peut pas détruire l’argent qu’elle avait créé mais subit-elle des pertes en monnaie centrale ? Ou d’autres pertes ?
      Merci pour votre éclairage

      1. Bonjour,
        Supposons qu’une banque accorde un crédit d’une valeur de 100 en créant de la monnaie ex nihilo. Son bilan comptable est alors impacté de la manière suivante :
        – son actif augmente de 100, puisqu’elle détient désormais une créance sur son client (celui-ci devra lui rembourser 100 ultérieurement)
        – son passif augmente également de 100, puisque la banque verse le montant du prêt sur le compte courant de son client. Les fonds conservés sur les comptes courants appartiennent aux clients des banques et constituent donc un engagement pour les banques.
        Que se passe-t-il en cas de non-remboursement du crédit ? La banque subit une perte, puisque la valeur de son actif diminue, tandis que son passif demeure.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Bonjour

      Si les banques commerciales créent leur argent alors pourquoi revendaient elles les crédits sous forme de mbs et de cdo puisqu’elles n’ont pas de problèmes de liquidité à ce niveau là et en quoi le défaut d’une écriture comptable peut il pousser une banque à la faillite ?

      1. Bonjour,
        Les banques disposent, en effet, du pouvoir de création monétaire. Il est, toutefois, limité, notamment par la règlementation prudentielle et la politique monétaire de la Banque centrale (voir, par exemple, notre article : https://www.lafinancepourtous.com/decryptages/politiques-economiques/theories-economiques/creation-monetaire/les-limites-a-la-creation-monetaire/). De plus, en cas de remboursement du prêt par le client, la banque subit une perte comptable. Comme toute entreprise, si les pertes d’une banque sont trop importantes, celle-ci risque de disparaître. Or, une banque ne peut créer de la monnaie qu’en l’existence d’une contrepartie (prêt accordé à un client par exemple) et ne peut donc pas créer de la monnaie pour renflouer ses comptes. La vente de créances de la part des banques via la titrisation visait, par ailleurs, à transférer des éléments risqués vers d’autres institutions et ainsi à les « sortir » de leur bilan.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

27 commentaires

Commenter