Change fixe, change flottant : les deux types de régime de change

Le régime de change désigne l’ensemble des règles par lesquelles un pays ou un ensemble de pays organisent la détermination des taux de change. Il existe  une grande variété de taux de change correspondant  plus ou moins à deux grands types de régimes : le régime de changes fixes et le régime de changes flottants (ou flexibles). Le choix d’un régime de change par rapport à un autre relève de la politique monétaire décidée par un pays ou une zone monétaire.

Le régime de change fixe

Dans un régime de change fixe, le cours d’une devise est fixé par rapport à un étalon - souvent une monnaie ou un panier de monnaies- par la banque centrale qui émet cette devise. Le cours ainsi fixé est appelé le cours pivot (ou parité fixe) et constitue le taux de change de référence autour duquel une certaine marge de fluctuation peut être autorisée (de plus ou moins quelques pourcents). Les autorités monétaires sont tenues de défendre le cours pivot pour le maintenir à l’intérieur de la marge de fluctuation autorisée. Des modifications du cours pivot (dévaluation ou réévaluation) peuvent néanmoins être autorisées sous certaines conditions.

Il existe plusieurs formes de régimes de change fixe. Un taux de change pivot peut être fixé avec une marge de fluctuation autorisée plus ou moins large. Dans un régime de monnaie unique (cas de l’euro), une banque centrale établit des taux de change fixes et  irrévocables, les monnaies locales étant remplacées par une monnaie commune. Dans un système de caisse d’émission, en anglais currency board (cas du peso argentin de 1991 à 2001), l’émission de monnaie dépend strictement des quantités de monnaie de référence mises en réserve par la banque centrale du pays concerné. Parfois les deux monnaies, locale et de référence, circulent librement à l’intérieur du pays.

Le régime de change flottant

Dans un régime de change flexible (ou flottant), à l'inverse, aucun engagement n'est pris au sujet du taux de change, qui évolue librement, en fonction de l'offre et de la demande sur le marché des changes.

Il existe de même plusieurs formes de régimes de change flottant, depuis le régime « pur » dans lequel seul le marché définit l’équilibre, jusqu’au régime de flottement administré dans lequel les banques centrales interviennent de façon coordonnée pour informer le marché des taux de change souhaités. Ce qui est notamment le cas de la Chine

Avec le poids grandissant de la Chine dans le commerce international, la maîtrise du taux de change de la devise chinoise, le yuan, par la Banque Populaire de Chine est devenue un thème de débat récurrent lors des sommets économiques mondiaux. La Chine est en effet souvent accusée de ne pas jouer le jeu des changes flottants, comme la plupart des pays développés, en maintenant sa devise sous-évaluée afin de favoriser ses exportations. Cette politique monétaire plus dirigiste qu’ailleurs est considérée comme une forme de concurrence déloyale par ses partenaires commerciaux, en premier lieu les Etats Unis.

La convertibilité d’une monnaie

La convertibilité est la possibilité pour une monnaie d’être librement échangée contre une autre monnaie. Si la majeure partie des pays les plus avancés (Etats-Unis, Canada, Grande Bretagne, zone euro, Japon, etc) ont des devises librement convertibles, de nombreux pays continuent d’avoir une politique monétaire qui tend à maîtriser la quantité de monnaie convertible.

Il ne faut pas confondre la convertibilité d’une monnaie avec le régime de change mis en place dans un pays ou une zone monétaire. En d’autres termes, la libre convertibilité n’est pas synonyme d’un régime de change flottant. Ainsi le Brésil ou l’Inde qui ont opté pour un régime de change flottant limitent tout de même la convertibilité respective du real brésilien et de la roupie indienne.

On peut observer que le cours de ces monnaies varie chaque jour, comme celui de l’euro ou du yen, mais les banques centrales brésilienne et indienne gardent un contrôle strict sur la masse monétaire de devises en circulation. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’on ne peut pas acheter de real ou de roupies en France avant de se rendre dans ces pays : le seul moyen d’obtenir ces devises physiquement est d’être sur place au Brésil ou en Inde.

Créé le 01 juin 2012 - Dernière mise à jour le 19 février 2014
© IEFP – la finance pour tous
 
8 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
dodo , publié le 18/11/2016 19:40

félicitation pour cette initiative qui va aidé beaucoup des lecteurs

Marc2nice , publié le 04/06/2016 13:27

Merci

BENYAHYA , publié le 18/04/2016 18:34

très intéressé par vos présentations à jour des événements de la finance. Merci pour l'utilité de ces présentations.

oumarou , publié le 29/07/2015 09:07

Sujet bien traite et sur lequel nous vous remercions d 'avoir acces à ce document.
Merci

christa , publié le 02/11/2014 07:44

Merci beaucoup de l'initiative qui va aider beaucoup de personnes. Bon progrès et bonne réussite

Stéph , publié le 17/03/2014 17:26

Félicitation,c'est une très bonne initiative

L’équipe de l’IEFP, publié le 19/02/2014 09:43

Bonjour,

Nous avons ajouté quelques références complémentaires en bas de l'article, en vous remerciant de votre lecture attentive,

Meilleures salutations,

L'équipe Lafinancepourtous.com

malick , publié le 18/02/2014 13:29

pas assez détaillé

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !