Trading haute fréquence

Le Trading Haute Fréquence (THF) consiste à transmettre automatiquement et à très grande vitesse des ordres sur les marchés financiers, sans intervention humaine, à l’aide de programmes informatiques complexes, appelés algorithmes.   Définition Processus de calcul constitué d’une suite d’opérations élémentaires obéissant à un enchaînement déterminé.

Des techniques de trading complexes…

Ces programmes analysent en permanence les carnets d’ordres   Définition Le carnet d’ordres recense, à un instant donné, les ordres de bourse (achats et ventes) émis sur une valeur. Il permet de confronter l’offre et la demande et de calculer le cours d’équilibre du titre qui permet de maximiser le nombre de transactions.
électroniques des places boursières afin d’anticiper leurs micro-mouvements de marché pour en tirer profit.

Si une opportunité est détectée, le THF permet alors de se positionner, dans ce même carnet d’ordres, pour bénéficier ainsi de la tendance des prix qui est en train de se dessiner.

Cette stratégie est mise en oeuvre sur un horizon de détention très court.

En pratique, les transactions sont réalisées dans un laps de temps éclair, de l’ordre de la micro seconde, expliquant l’efficacité de ces nouvelles techniques de trading à intercaler des ordres parmi ceux des autres intervenants de marché.

A ce titre, l’infrastructure informatique joue un rôle clef pour expliquer cette efficacité.

C’est la raison pour laquelle, l’élaboration des les programmes informatiques de passage d’ordre du THF demandent des machines puissantes, généralement installées géographiquement au plus près des serveurs des principales places boursières, afin d’augmenter la rapidité d’envoi des instructions au marché.

D’ailleurs, le nombre d’intervenants financiers utilisant ces techniques de trading est très restreint (4 ou 5 établissements), tant les investissements technologiques nécessaires sont coûteux dans ce domaine.

L’objectif visé par le trading haute fréquence est en effet de générer des gains très faibles à chaque opération tout en multipliant dans le même temps les transactions, faisant en sorte qu’au final des profits substantiels soient générés.

On comprend dès lors un peu mieux l’importance croissante du THF ces dernières années, passant de 9% à 40% des volumes échangés quotidiennement sur les marchés actions européens entre 2007 et 2011, d’après les données de Tabb Group. Selon une étude de l’AMF, il représente 30 à 35 % des transactions réalisées en Europe, 50 à 60% des transactions réalisées aux Etats-Unis.

…Qui sont loin de faire l’unanimité

Le trading haute fréquence est loin de faire l’unanimité, notamment au sein des organes de réglementation et de contrôle des marchés financiers et notamment de L’Autorité des Marchés Financiers (AMF)..

Selon ses partisans le THF apporte davantage de liquidité au marché, contribuant ainsi à améliorer son degré d’efficience, bénéfique à l’ensemble des investisseurs.

Pourtant, outre de possibles pannes ou erreurs informatiques de nature à déstabiliser le marché, le trading haute fréquence pose la question du risque de manipulation de cours.

En effet, les outils technologiques utilisés dans le cadre du THF permettent une analyse des cours de Bourse, à une vitesse inaccessible aux autres intervenants, de nature à créer une asymétrie d’information entre les différentes parties prenantes.

Le trading haute fréquence créerait une sorte de « concurrence déloyale » de nature à chasser les autres acteurs du marché. Ces derniers pourraient penser que, de toute façon, les meilleures opportunités leur échappent, étant prises par des acteurs plus rapides qu’eux, avant qu’ils ne puissent y avoir accès.

D’autre part il y a une grande différence d’ampleur entre les ordres initiés par les THF et les ordres effectivement exécutés.
Selon l’AMF, les ratios d’exécution seraient de l’ordre de 1 à 5 % seulement. Cela renforce les soupçons de manipulation de marchés liés au THF, même s’ils sont cependant aux dires même du, président de l’Autorité des Marchés Financiers, Jean-Pierre Jouyet, « quasiment impossible à démontrer. » Pour le président de l’AMF le THF est « un dispositif qui est hors de proportion par rapport aux avantages que -peut-être -il procure en termes de financement de l’économie. D’un outil censé fournir des liquidités, on est passé à un outil extrêmement coûteux pour les banques et les infrastructures -qui sont obligées de s’équiper pour maintenir leur part de marché -et extrêmement déstabilisant pour les marchés » . ( Les Echos 23/11/2011).
Selon lui, « l’intégrité du marché ne pourra être assurée qu’en le supprimant ou le limitant ».

Aller plus loin :
Cartographie 2011 des risques et des tendances sur les marches financiers et pour l’épargne (pages 36 à 41)

Créé le 05 mars 2012 - Dernière mise à jour le 05 mars 2012
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !