Credit crunch

la finance pour tous

« Credit crunch » est une expression anglaise communément utilisée dans le monde pour désigner une réduction drastique de l’offre de crédit consécutive à une crise bancaire.

Une situation de « credit crunch » correspond à un rationnement du crédit offert par les banques, plus grave qu’une simple hausse des taux même accompagnée d’un resserrement des conditions du crédit.

La difficulté est de savoir quand on passe d’une situation de resserrement de crédit à une situation de « credit crunch ». En fait dans ce dernier cas, l’offre de prêt bancaire est raréfiée sans être nécessairement accompagnée d’une forte hausse des taux d’intérêt réels (c’est-à-dire déduction faite de l’inflation). Des emprunteurs potentiels qui jusqu’ici pouvaient trouver des emprunts et dont le risque est inchangé n’en trouvent plus. L’offre disponible de crédit bancaire apparaît délibérément rationnée et ce, par d’autres moyens que les prix.

Dans la crise financière des subprimes, la menace d’un véritable « credit crunch » pour l’offre bancaire de crédit aux entreprises, et en premier lieu aux PME est apparue progressivement à partir de septembre 2008.
Elle fait suite à l’accumulation des pertes enregistrées par les banques sur toutes sortes d’actifs, au refus des banques de se prêter de l’argent entre elles, et à la chasse aux liquidités à laquelle elles se livrent.

Les plans d’action décidés en 2008 par les dirigeants des Etats-Unis, du Japon et de l’Europe ont visé à éviter le crédit crunch en augmentant les facilités de refinancement des banques centrales, en accordant des garanties publiques aux nouveaux crédits interbancaires et en recapitalisant les banques par des prises de participation publiques.

0 commentaire

Commenter