Qu’appelle-t-on « défaut de paiement » pour un État ?

la finance pour tous

Question

J’ai lu dans la presse que la Russie pourrait être amenée à faire défaut sur sa dette. Pourriez-vous préciser en quoi consiste un défaut de paiement pour un État ?
Par Marlène

Réponse

Définition du défaut de paiement (pour un État) :

Un État est en situation de défaut de paiement lorsqu’il ne peut plus payer ce qu’il doit à ses créanciers, qu’il s’agisse du capital emprunté ou de ses intérêts. Lorsqu’un État fait défaut, on parle de défaut souverain.

Les conséquences d’un défaut souverain sont multiples :

  • Tout d’abord, les créanciers du pays faisant défaut essuient des pertes. Ces détenteurs de la dette peuvent être des investisseurs particuliers ou institutionnels. Par exemple, en 2015, la Grèce a été le premier pays à faire défaut sur une dette contractée auprès du Fonds monétaire international (FMI). Dans la majorité des défauts de paiement, des négociations sont entamées entre l’État et ses créanciers afin d’aboutir à une annulation partielle de la dette. Celle-ci présente l’avantage pour l’État d’alléger sa dette, tandis que les créanciers peuvent ainsi espérer récupérer une partie de leurs fonds ;
  • Par ailleurs, un défaut de paiement réduit, par définition, l’endettement de l’État et le montant des intérêts sur cette dette. Toutefois, un défaut a un coût important en termes de réputation. En particulier, l’État en situation de défaut pourrait être exclu, au moins partiellement, des marchés financiers : les investisseurs ne souhaitant plus leur prêter des fonds… ou alors à des conditions très défavorables !
  • Enfin, dans certains cas, un défaut de paiement peut déclencher une crise bancaire, économique ou encore de change.

Dans l’histoire, la quasi-totalité des États s’est déjà retrouvé, au moins une fois, dans une situation de défaut de paiement. Depuis 2020, six pays ont fait défaut : l’Argentine, l’Équateur, le Liban, le Suriname, la Zambie, le Bélize et le Sri Lanka.

0 commentaire

Commenter